Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Investigation de l’épilepsie partielle par l’IRM - 19/06/09

Doi : RN-05-2002-158-5-C2-0035-3787-101019-ART4 

S. Dupont [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’IRM morphologique a modifié les stratégies d’investigation des épilepsies partielles. Elle représente à l’heure actuelle la base du bilan étiologique permettant des examens de plus en plus performants, rentables et sensibles dans la détection et la localisation d’anomalies cérébrales. Les progrès techniques sont multiples : avènement de nouvelles séquences (acquisitions 3D, inversion-récupération, fast spin écho…), choix du plan d’imagerie approprié (plan hippocampique parallèle au grand axe de l’hippocampe dans les épilepsies temporales, plan CA-CP ou orbito-méatal dans les épilepsies extra-temporales), amélioration de la résolution spatiale et du rapport signal sur bruit des examens et techniques dérivées apportant des renseignements complémentaires (spectroscopie RMN, imagerie de diffusion/perfusion, IRM fonctionnelle).

L’un des principaux buts de l’IRM est la détection d’anomalies cérébrales potentiellement épileptogènes pouvant aider à la définition et à la localisation de l’épilepsie. La sensibilité de l’IRM dans la détection de telles anomalies est très nettement supérieure à celle du scanner cérébral qui, sauf cas particuliers, devient caduque. La sclérose hippocampique est l’exemple type d’une lésion cérébrale attachée à une épilepsie (syndrome de l’épilepsie de la face médiale du lobe temporal) dont le diagnostic a été modifié par l’IRM. Entité au départ purement anatomopathologique décrite en postmortem dès 1825 par Bouchet et Cazauvieilh, la sclérose hippocampique peut être désormais diagnostiquée de façon fiable grâce à l’IRM, contribuant ainsi à asseoir le diagnostic d’épilepsie de la face mésiale du lobe temporal. La classification des dysgènésies cérébrales a également été en partie revue à la lumière des données radiologiques. L’IRM peut également apporter de précieux renseignements pronostiques aussi bien pharmacologiques que chirurgicaux. Il a ainsi été démontré que le degré de pharmacosensibilité des lésions cérébrales n’était pas équivalent et que certaines lésions comme les scléroses hippocampiques étaient généralement associées au caractère pharmacorésistant de l’épilepsie. La pharmacosensibilité varie également selon le type de dysgènésie cérébrale. Il a également été démontré que la présence d’une lésion cérébrale à l’IRM est généralement un des facteurs de bon pronostic postopératoire lorsqu’on envisage un traitement chirurgical de l’épilepsie.

L’amélioration constante de la technique IRM, le développement du plateau technique et l’essor de techniques dérivées qui, combinées, apporteront de précieuses informations, font de l’IRM un outil indispensable de l’investigation des épilepsies partielles.

Abstract

MRI exploration of partial epilepsy

Abstract

Investigative strategies for partial epilepsy have evolved greatly since the advent of morphological MRI. MRI currently provides the most extensive and sensitive information for detecting and localizing brain anomalies. Technical progress has included new sequences (3D acquisition, inversion-recovery, fast spin-echo), new imaging planes (through the greater diameter of the hippocampus for temporal epilepsy, orbitao-meatal for extra-temporal epilepsy), high-resolution imaging, and better signal-noise ratio in addition to new procedurs such as NMR spectroscopy, diffusion/perfusion imaging, or functional MRI.

One of the principal aims of MRI is to detect potentially epileptogenic brain anomalies useful for the detection and localization of the epileptic focus. MRI sensitivity is much greater than brain computed tomography, which excepting specific cases, is no longer contributive. Hippocampal sclerosis is a typical example of an epsilepsy-related brain anomaly (mesial temporal lobe epilepsy) whose diagnosis has been changed by MRI. This entity was described by Bouchet and Cazauvieilh in 1825 who related anatomic postmortem findings to the clinical expression. Reliable diagnosis of hippocampal sclerosis can now be achieved with MRI, contributing to the diagnosis of mesial temporal lobe epilepsy. MRI can also contribute precious prognostic information, useful for both drug and surgical treatment. It has been demonstrated that the degree of response to drug treatment is not univocal and that certain lesions such as hippocampal sclerosis are generally associated with drug resistance. Sensitivity to drug therapy also varies with the type of cerebral dysgenesia. It has also been demonstrated that the a brain lesion identified at MRI is generally a factor of good prognosis after surgery.

Continuing improvements in MRI techniques, widespread availability of technical facilities and new derived techniques contribute greatly to the usefulness of MRI for investigating partial epilepsy.


Plan



© 2002 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 158 - N° 5-C2

P. 19-26 - décembre 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Place de la génétique en épileptologie
  • A. Malafosse
| Article suivant Article suivant
  • Manifestations confusionnelles et épilepsie
  • P. Thomas

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.