Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement des calcifications de la coiffe des rotateurs : une étude contrôlée - 21/07/09

Doi : 10.1016/j.rhum.2008.10.018 
Yves Maugars a, , c , Stéphane Varin a, c, François Gouin b, c, Dominique Huguet b, c, Denis Rodet a, c, Julien Nizard a, c, Jean-Michel N’Guyen c, d, Pascale Guillot a, c, Joëlle Glémarec a, c, Norbert Passutti b, c, Jean-Marie Berthelot a, c
a Service de rhumatologie, CHU de Nantes, 1, place Alexis-Ricordeau, 44092 Nantes cedex 01, France 
b Service d’orthopédie, CHU de Nantes, Nantes, France 
c Service de rééducation, CHU de Nantes, Nantes, France 
d Service de statistique, CHU de Nantes, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Les calcifications de l’épaule s’accompagnent de douleurs chroniques chez environ un malade sur dix. Plusieurs techniques d’ablation ont été mises au point, notamment la bursoscopie et la ponction-fragmentation-lavage (PFL). Nous avons réalisé la première étude randomisée comparant ces deux techniques à un groupe témoin.

Méthodes

Nous avons inclus 102 épaules (chez 96 patients) présentant des calcifications de diamètre supérieur à 5mm associées à des douleurs chroniques réfractaires au traitement médical (plus de quatre mois). Une infiltration de corticoïde a été réalisée sous contrôle fluoroscopique, ce qui a permis d’obtenir dans 49 cas une amélioration de plus de 70 % sur une échelle globale d’autoévaluation. Les 53 épaules restantes ont été divisées par randomisation en trois groupes : PFL (n=16), bursoscopie (n=20) et témoin (n=17). Nous avons réévalué tous les malades un, quatre, 12 et 24 mois après le traitement.

Résultats

À quatre mois, l’amélioration globale était supérieure à 70 % chez 62 et 65 % des malades des groupes PFL et bursoscopie, respectivement, contre 29 % des témoins (PFL versus témoin, p=0,03 ; bursoscopie versus témoin, p=0,02) ; le score de douleur sur une échelle visuelle analogique ayant diminué de 37 et 29 % contre 11 % dans le groupe témoin ; la modification du score de Constant était de +16 et +12 % contre −15 % dans le groupe témoin (PFL versus témoin, p=0,03 ; bursoscopie versus témoin, p=0,02) et la modification de l’aire des calcification était de −58 et −77 % contre +4 % dans le groupe témoin (PFL versus témoin, p=0,005 ; bursoscopie versus témoin, p=0,0002 ; bursoscopie versus PFL, p=0,01). Après 24 mois, les résultats s’étaient maintenus dans les groupes PFL et bursoscopie, mais dans le groupe témoin, seuls six des 17 malades étaient toujours améliorés ; il n’y avait aucune différence significative entre les groupes PFL et bursoscopie. Parmi les malades qui n’ont pas répondu au traitement, trois avaient une rupture partielle de coiffe à l’imagerie par résonance magnétique (un dans chaque groupe).

Conclusion

Les résultats de cette étude valident la PFL et la bursoscopie pour l’ablation des calcifications de la coiffe chez des malades souffrant de douleurs chroniques réfractaires aux autres traitements médicaux. Les résultats se sont maintenus à 24 mois, sans différence entre la PFL et la bursoscopie. Toutefois, la PFL est peut-être préférable étant donné sa simplicité et son faible coût.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Calcifications pathologiques, Épaule, Apatite, Arthroscopie, Bursoscopie, Aspiration à l’aiguille

Keywords : Calcification shoulder, Apatite, Bursoscopy, Arthroscopy needling


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais sa référence anglaise dans le même volume de Joint Bone Spine (doi: 10.1016/j.jbspin.2008.10.016).


© 2009  Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 7

P. 659-667 - juillet 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Comparaison des modalités d’imagerie du rachis cervical rhumatoïde : étude de prévalence et de facteurs associés
  • Mohamed Younes, Safa Belghali, Soulef Kriâa, Zrour Soussen, Ismail Bejia, Mongi Touzi, Mondher Golli, Amor Gannouni, Naceur Bergaoui
| Article suivant Article suivant
  • Impact de la spondylarthrite ankylosante sur l’activité professionnelle
  • Mohamed Montacer Kchir, Mohamed Mehdi Ghannouchi, Wafa Hamdi, Dhouha Azzouz, Samir Kochbati, Kawther Saadellaoui, Lilia Daoud, Abdelmajid Ben Hamida, Mohamed Béchir Zouari

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.