Médecine

Paramédical

Autres domaines


Modélisation de l’impact de la vaccination HPV quadrivalente en France - 27/08/09

Doi : 10.1016/j.jgyn.2009.04.008 
D. Riethmuller a, , b , J.-L. Prétet b, F. Denis c, F. Aubin b, d, P. Pradat e, f, g, C. Clavel h, R. Dachez i, J. Gondry j, X. Carcopino k, C. Mougin b
a Service de gynécologie-obstétrique, CHU Saint-Jacques, 2, place Saint-Jacques, 25030 Besançon, France 
b EA3181, IFR133, CHU de Besançon, université de Franche-Comté, Besançon, France 
c Laboratoire de bactériologie et virologie, CHU Dupuytren, Limoges, France 
d Service de dermatologie, CHU Saint-Jacques, Besançon, France 
e Service d’hépato-gastroentérologie, Hôtel-Dieu, hospices civils de Lyon, Lyon, France 
f IFR62 Lyon-Est, université Claude-Bernard Lyon-1, Lyon, France 
g Inserm U871, Lyon, France 
h IFR53, laboratoire Pol-Bouin, hôpital Maison-Blanche, CHU de Reims, Reims, France 
i Laboratoire LCL, Paris, France 
j Service de gynécologie-obstétrique, CHU d’Amiens, Amiens, France 
k Service de gynécologie-obstétrique, CHU Nord, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Estimer l’impact attendu de la vaccination quadrivalente HPV 16/18/6/11 sur la survenue des lésions génitales associées aux HPV chez la femme en France.

Méthodes

Une analyse par modèle de Markov a été conduite afin d’estimer le nombre de cas évités par la vaccination quadrivalente et le nombre de sujets à vacciner pour éviter un cas de ces différentes lésions. Cette analyse a été basée sur des données épidémiologiques françaises issues de quatre études de génotypage HPV (EDiTH I–IV). Ces études rapportent une prévalence globale des HPV 6/11/16/18 de 82 % (IC 95 % : 78,5–85,1) dans les cancers invasifs du col de l’utérus (CIC), 64 % (IC 95 % : 59,7–68,1) dans les CIN2/3, 34 % (IC 95 % : 28,9–38,1) dans les lésions de bas grade (LSIL) et 83 % (IC 95 % : 77,6–87,8) dans les condylomes acuminés externes (CAE) de la femme.

Résultats

En considérant une efficacité vaccinale de 100 %, 130 jeunes filles doivent être vaccinées pour éviter un CIC, 17 pour une CIN2/3 et 13 pour un cas de CAE chez la femme. La vaccination par le vaccin quadrivalent de 80 % des jeunes filles de 14 ans en France permettrait d’éviter chaque année 2495 CIC (soit une baisse de 72 %), 17985 CIN2/3 (54 %), 8004 CIN1 (27 %) et 22531 CAE (65 %) dans la population féminine.

Conclusion

Une bonne adhésion aux recommandations françaises de vaccination par le vaccin quadrivalent réduirait de façon notable le nombre de lésions génitales associées aux HPV chez la femme en France.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

To assess the expected impact in France of a quadrivalent HPV 6/11/16/18 vaccine on the occurrence of genital HPV-induced lesions in women.

Methods

A Markov model based on a quadrivalent vaccination of 14-year-old girls as recommended in France was performed to assess the number of subjects needed to vaccinate to prevent an HPV-related event during their lifetime and the expected annual number of cases which could be prevented by vaccination. This model was based on prevalence data reported in four large French studies (EDiTH I–IV) reporting an HPV 6/11/16/18 prevalence of 82% (95% CI: 78.5–85.1) in cervical cancer (CC), 64% (95% CI: 59.7–68.1) in CIN2/3, 34% (95% CI: 28.9–38.1) in low-grade squamous intraepithelial lesions (LSIL) and 83% (95% CI 77.6–87.8) in female external acuminata condylomata (EAC) cases.

Results

Using a theoretical vaccine efficacy of 100%, 130 young women need to be vaccinated to prevent a case of CC, 17 for a case of CIN2/3 and 13 for a case of EAC. Immunization of 80% of 14-year-old girls could prevent 2495 CC (72%), 17,985 CIN2/3 (54%), 8004 CIN1 (27%), and 22,531 EAC female cases (65%) in France annually.

Conclusion

A good adhesion to the preferentially recommended HPV quadrivalent vaccination would thus substantially reduce the burden of female genital lesions in France.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : HPV, Papillomavirus humains, Cancer invasif, Néoplasie intraépithéliale, CIN, Condylome, CAE, Markov, EDiTH

Keywords : HPV, Human papillomavirus, Cervical cancer, Cervical intraepithelial neoplasia, CIN, External acuminata condylomata, EAC, Markov, EDiTH


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 5

P. 389-395 - septembre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Reste-t-il de la place pour la sexualité lors de la prise en charge en assistance médicale à la procréation ?
  • F. Reder, A. Fernandez, J. Ohl
| Article suivant Article suivant
  • Histoire cytologique de 191 patientes atteintes d’un cancer invasif du col de l’utérus en région Bretagne
  • V. Lavoué, C. Gautier, C. Piette, P. Porée, H. Mesbah, F. Foucher, J. Vialard, J. Levêque

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.