Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Transplantation hépatique pour carcinome hépatocellulaire et chez les malades avec antécédents de cancer - 07/09/09

Doi : 10.1016/j.lpm.2009.05.001 
Monika Hurtova 1, 3, Thomas Decaens 1, 3, Alexis Laurent 2, 3, Daniel Cherqui 2, 3, Christophe Duvoux 1, 3,
1 Service d’hépato-gastro-entérologie, Hôpital Henri Mondor, AP-HP, Université Paris XII Val-de-Marne, F-94000 Créteil, France 
2 Service de chirurgie digestive, Hôpital Henri Mondor, AP-HP, Université Paris XII Val-de-Marne, F-94000 Créteil, France 
3 Unité de transplantation hépatique, Hôpital Henri Mondor, AP-HP, Université Paris XII Val-de-Marne, F-94000 Créteil, France 

Christophe Duvoux, Service d’hépato-gastro-entérologie, Unité de transplantation hépatique, Hôpital Henri Mondor, 51 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, F-94000 Créteil, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est actuellement la première indication de transplantation hépatique en France et représente 25 % des indications.

La transplantation ne s’adresse cependant qu’aux CHC à faible risque de récidive post-greffe, limités en taille et en nombre, satisfaisants aux critères de Milan (1 nodule unique de 5 cm de diamètre maximum ou 3 lésions de 3 cm de diamètre maximum), ou excédant modérément ces critères, sans invasion vasculaire sur l’imagerie pré-opératoire.

Les résultats dans cette indication sont très satisfaisants avec une survie 5 ans après greffe comprise entre 60 et 80 % en fonction du stade tumoral initial.

Les CHC uniques de petite taille (<2cm) sont habituellement traités de façon conservatrice et la transplantation est proposée en cas de contre-indication à la résection ou la radiofréquence, ou en cas de récidive après traitement local.

Un antécédent de tumeur extrahépatique est trouvé chez environ 5 % des candidats à une transplantation hépatique.

Chez les candidats à la greffe hépatique, un antécédent de tumeur extrahépatique ne contre-indique pas nécessairement la transplantation.

Les candidats à la greffe hépatique avec un antécédent de tumeur extrahépatique traitée curativement et avec une espérance de vie à 5 ans en rapport cette tumeur > 50-60 % peuvent être considérés comme éligibles pour la greffe après discussion en réunion de concertation multidisciplinaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Hepatocellular carcinoma (HCC) is currently the leading indication for liver transplantation in France, accounting for 25% of all cases.

Transplantation is appropriate, nonetheless, only for patients whose HCC has a low risk of posttransplant recurrence and is limited in size and number, meeting the Milan criteria (1 single nodule of a maximum diameter of 5cm or 3 lesions of a maximum diameter of 3cm), or slightly exceeds these criteria without vascular invasion visible on preoperative imaging.

Results for this indication are very satisfactory, and 5-year survival ranges from 60 to 80%, according to tumor stage.

Small HCCs (<2cm) are usually treated conservatively. Transplantation is proposed in cases of a contraindication to resection or radiofrequency ablation or of recurrence after local treatment.

A history of an extrahepatic tumor is found in approximately 5% of candidates for liver transplantation. This history is not necessarily a contraindication to transplantation. They may be considered eligible for a graft after discussion in a multidisciplinary meeting, if the extrahepatic tumor was treated curatively and if their 5-year tumor-related life expectancy is greater than 50-60%.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 9

P. 1272-1280 - septembre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Transplantation hépatique à partir d’un donneur vivant
  • Olivier Scatton, Ailton Sepulveda, Olivier Soubrane
| Article suivant Article suivant
  • Transplantation hépatique chez les patients porteurs des virus de l’hépatite B, de l’hépatite C et du virus de l’immunodéficience humaine
  • Jean-Charles Duclos-Vallée, Bruno Roche, Didier Samuel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.