Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Conduites addictives, psychotraumatisme et accidents de la route - 11/09/09

Doi : 10.1016/j.amp.2009.07.009 
O. Cottencin a, , S. Duhem b, F. Ducrocq c, A.-L. Demarty b, G. Vaiva c
a Service d’addictologie, CHRU de Lille, université de Lille II, 57, boulevard de Metz, 59037 Lille, France 
b Centre d’investigation clinique, CHRU de Lille, 57, boulevard de Metz, 59037 Lille, France 
c Pôle des urgences et de psychiatrie, CHRU de Lille, 57, boulevard de Metz, 59037 Lille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Huit à 40 % des sujets confrontés à un accident de la voie publique présentent un état de stress post-traumatique. En plus de son retentissement social, familial, professionnel et fonctionnel, ce trouble présente une comorbidité importante avec les addictions. Nous présentons les résultats d’une étude prospective épidémiologique d’une population de 273 patients, victimes d’un accident de la route, hospitalisées en traumatologie et suivis sur six mois. Nous retrouvons conformément à la littérature un taux d’état de stress post-traumatique (ESPT) à six semaines de 20,8 % et à six mois de 16,6 % pour l’ensemble de la population. Nous ne notions pas d’augmentation de mésusage d’alcool ou de drogue dans les suites de l’accident pour l’ensemble de la population (voire une diminution). En revanche, nous avons retrouvé une proportion plus importante des taux d’ESPT à six semaines et à six mois chez les patients présentant un mésusage d’alcool ou de drogue au moment de l’accident. De même, nous avons retrouvé une augmentation du mésusage d’alcool ou de drogues chez les patients atteints d’ESPT en comparaison aux chiffres admis de la population générale. Nous ne pouvons pas conclure à une augmentation des consommations de substances chez les patients victimes d’un accident de la route. En revanche, nous posons la question de l’influence des consommations de substances initiales sur la psychopathologie après l’accident et nous insistons sur l’importance de leur repérage précoce grâce à des structures psychiatriques et addictologiques intégrées à toutes les étapes de la prise en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Eight to 40% of subjects confronted with a motor vehicle accident present with a posttraumatic stress disorder (PTSD). Besides its professional, functional social, environmental impact, PTSD increase the risk comorbide substance use disorder. We present a prospective epidemiological long-term study of a population of 273 patients victims of a motor vehicle accident hospitalized in Trauma & Orthopedic Department with 6 months follow-up. We find a Post-Traumatic Stress Disorder (PTSD) rate in accordance with literature: 20.8% (6 weeks after accident) and 16.6% (6 months after the accident) for the whole population. We did not note increase of substance abuse disorder (alcohol or opiates) (6 weeks or 6 months after the accident) for the whole population (or even a reduction). But we found a more important proportion of PTSD in patients initially presenting with substance abuse disorder at 6 weeks and at 6 months. On the other hand, we found an increase of substance misuse in patients presenting with a PTSD (at 6 weeks and 6 months) in comparison with of general population. We discuss how initial substance abuse disorder could impact on psychopathological disorders onset afterwards and the importance of early screening as part of the secondary prevention for PTSD using itinerant unit of addictology and/or psychiatry (i.e. Consultation Liaison Addictology and Psychiatry).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Accident de la route, Addiction, Addictologie, Psychiatrie de liaison, Psychotraumatisme

Keywords : Addiction, Addictology, Liaison psychiatry, Motor vehicle accident, Posttraumatic stress disorder


Plan

Plan indisponible

© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 167 - N° 7

P. 537-538 - septembre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Note sur le parcours thérapeutique des toxicomanes traités à la méthadone
  • F.-R. Ingold, J. Dugarin, P. Nomine
| Article suivant Article suivant
  • Cannabis et grossesse : actualités et expériences cliniques
  • M. Kanit, M. Sana, T. Bani, X. Laqueille

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.