Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Implant intraoculaire et chirurgie de la cataracte : comparaison de l’adhésion bactérienne et du risque d’endophtalmie selon le biomatériau - 16/09/09

Doi : 10.1016/j.jfo.2009.04.026 
S. Baillif a, b, R. Ecochard c, D. Hartmann b, J. Freney b, L. Kodjikian a, b,
a Département d’Ophtalmologie, Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de Lyon, Université Claude Bernard Lyon I, Lyon, France 
b Laboratoire « Réparation Tissulaire, Interactions Biologiques et Biomatériaux », UPSP 2007.03.135 RTI2B, Lyon, France 
c Département de biostatistiques, UMR CNRS 5558, Université Claude Bernard Lyon I, Lyon, France 

Auteur correspondant. Service d’ophtalmologie, hôpital universitaire de la Croix-Rousse, 103, Grande rue de la Croix-Rousse, 69004 Lyon, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La chirurgie de la cataracte permet une parfaite réhabilitation visuelle grâce à l’insertion intraoculaire d’un implant en lieu et place du cristallin. Toutefois, 0,04 % à 0,32 % des interventions réalisées se compliquent encore d’une endophtalmie. Les sources de contamination de l’œil au cours de la chirurgie sont extrêmement variées. Une des étiologies principales est cependant l’adhésion, puis le développement d’un biofilm bactérien sur les lentilles intraoculaires implantées. La responsabilité du biomatériau constituant l’implant intraoculaire dans la promotion de l’adhésion bactérienne et consécutivement dans l’augmentation du risque d’endophtalmie fait l’objet d’un intérêt croissant. Il s’agit en effet de déterminer parmi les biomatériaux actuellement à la disposition du chirurgien ceux qui favoriseraient ou non l’adhésion bactérienne. L’analyse des études épidémiologiques et expérimentales, tant in vitro qu’in vivo confirme que l’adhésion bactérienne est bien variable suivant le biomatériau composant l’implant intraoculaire. Mêmes si les conditions méthodologiques et expérimentales diffèrent et rendent difficiles la comparaison des résultats, de grandes constantes peuvent être extraites de ces données. Il semblerait ainsi que certains biomatériaux tels que le silicone soient associés à une adhésion bactérienne plus importante et à un risque relatif d’endophtalmie supérieur. D’un point de vue expérimental, des biomatériaux tels que le silicone et l’acrylique hydrophobe, matériaux les plus hydrophobes, favoriseraient l’adhésion bactérienne de façon statistiquement significative comparativement à d’autres biomatériaux tels que l’hydrogel ou l’acrylique hydrophile, polymères les plus hydrophiles. Cette affinité pour l’un ou l’autre des biomatériaux est surtout explicable par l’analyse de leur caractère hydrophile/hydrophobe dominant les autres forces gouvernant les interactions entre une bactérie et un support. Cependant, toutes ces études restent insuffisantes et ne permettent pas d’associer formellement un biomatériau à un risque plus élevé d’endophtalmie. Tous les mécanismes conduisant à partir d’une adhésion bactérienne sur un implant intraoculaire au développement d’une endophtalmie ne sont en effet pas encore élucidés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Cataract surgery is a usually successful procedure that restores vision by replacing the natural lens with an intraocular lens (IOL). Acute postoperative endophthalmitis is still one of the most serious complications of cataract surgery. Its incidence has been reported to be between 0.04% and 0.32%. Precisely why bacteria induce endophthalmitis is not entirely understood. Indeed the risk of its development may be influenced by several factors. Among them, bacterial adhesion to the IOL has been recently emphasized in the ophthalmology literature. Indeed, the ability of an organism to adhere to the IOL surface is believed to be associated with a risk of infection at the implantation site. Several studies have demonstrated that bacterial adhesion is influenced by IOL materials. Ever since, numerous studies have investigated the interactions between bacteria and different types of IOLs to determine which biomaterial would be most permissive to bacterial adherence. This article reviews all the epidemiological and experimental data relating to the study of the relationship between bacterial adhesion, IOL material, and risk of developing postoperative endophthalmitis. Even if discrepancies between these studies exist, mainly stemming from the use of different experimental conditions and protocols, it seems that bacterial adhesion is strongly influenced by IOL material. Epidemiological studies suggest that the implantation of silicone IOLs might be associated with increased rates of endophthalmitis. Experimental studies reach similar conclusions showing that hydrophobic IOLs such as silicone or acrylic hydrophobic IOLs are more permissive to bacterial adhesion and growth than hydrophilic IOLs such as acrylic hydrophilic IOLs. Among the interactions that govern bacterial attachment to the IOLs, it seems that hydrophilic–hydrophobic interactions have the greatest influence. Nevertheless, since bacterial adhesion is a complicated process affected by many factors, the conclusions drawn by these results have to be interpreted with care. Further investigations are still needed to understand the connections between IOL material and endophthalmitis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Adhésion bactérienne, Biomatériau, Endophtalmie, Implant intraoculaire

Keywords : Bacterial adhesion, Biomaterial, Endophthalmitis, Intraocular lens


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 7

P. 515-528 - septembre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Cataracte aiguë chez une jeune fille diabétique
  • J. Tilleul, J.-B. Daudin, B. Pelosse, S. Feldman-Billard, L. Laroche
| Article suivant Article suivant
  • Huile de silicone et tomographie par cohérence optique
  • C. Buestel, M.-N. Delyfer, M.B. Rougier, J.-F. Korobelnik

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.