Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Imagerie des tumeurs malignes primitives bronchopulmonaires (apport de l'imagerie à la stratégie et à la surveillance thérapeutique des tumeurs malignes primitives bronchopulmonaires) - 01/01/99

[32-460-A-10]
Catherine Beigelman : Praticien hospitalier
Valérie Attali : Chef de clinique-assistant, service de pneumologie
Service de radiologie du professeur Grenier, hôpital Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris  France
fr

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 16
Iconographies 16
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE : Cardiovasculaire - Thoracique - Cervicale
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

L'imagerie est essentielle pour le diagnostic et le suivi du cancer bronchopulmonaire. Le dépistage de cette affection repose encore actuellement sur le cliché standard dans les populations à risque, bien que l'efficacité de la méthode reste discutée. La classification préthérapeutique repose essentiellement sur la tomodensitométrie (TDM), qui évalue au mieux l'opérabilité des patients. L'avènement de la TDM à acquisition volumique a nettement amélioré les performances de la technique et supplanté certaines indications de l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Cette technique garde ses indications essentiellement dans la recherche d'une extension cardiaque, rachidienne, dans le bilan d'extension locorégionale des tumeurs de l'apex, et parfois dans la recherche de localisations secondaires cérébrales ou osseuses. Les ponctions guidées sous TDM sont requises en cas de tumeur périphérique non opérable, de masse surrénalienne, hépatique ou osseuse ne faisant pas leur preuve. La détection des complications et le suivi post-thérapeutique font largement appel aux mêmes techniques d'imagerie. Dans certains cas, la différenciation entre fibrose et récidive est impossible. De nouvelles méthodes récemment introduites en médecine nucléaire, en particulier la tomographie à émission de positrons, apparaissent très prometteuses dans le bilan et le suivi du carcinome bronchopulmonaire.

Plan

fr

© 1999  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.