Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Group B streptococcal prosthetic joint infections: a retrospective study of 30 cases - 09/11/09

Doi : 10.1016/j.lpm.2009.02.026 
Valérie Zeller 1, 2, , Marina Lavigne 2, Philippe Leclerc 1, Luc Lhotellier 1, Wilfrid Graff 1, Jean Marc Ziza 2, Nicole Desplaces 1, 3, Patrick Mamoudy 1
1 Service d’Orthopédie et de Traumatologie Groupe Hospitalier Diaconesses-Croix Saint-Simon, F-75020 Paris, France 
2 Service de Médecine Interne et Rhumatologie Groupe Hospitalier Diaconesses-Croix Saint-Simon, F-75020 Paris, France 
3 Laboratoire de Biologie Médicale Groupe Hospitalier Diaconesses-Croix Saint-Simon, F-75020 Paris, France 

Valérie Zeller, Service de Chirurgie Osseuse et Traumatologique, Groupe Hospitalier Diaconesses-Croix Saint-Simon, 125 rue d’Avron F-75020 Paris, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Objective

To describe the epidemiological, clinical, and laboratory characteristics of patients with group B streptococcal (GBS) prosthetic joint infections, their diagnoses, treatment, and long-term outcomes.

Methods

We conducted a retrospective cohort study including all patients hospitalized from January 1994 through May 2006 for a GBS prosthetic joint infection.

Results

The study included 30 patients, aged 35-87 (median 74) years with prosthetic hip (24) or knee (6) infections, 20 with at least one underlying disease. The route of infection was presumed to be hematogenous in 27 patients, and a portal of entry was identified in 9 (genitourinary tract 4, skin 2, gastrointestinal tract 2, oropharynx 1). All patients underwent surgery (6 debridement-synovectomy, 9 1-stage exchange arthroplasty, 8 2-stage exchange arthroplasty, 6 hip resection arthroplasty, and 1 knee arthrodesis) and received prolonged intravenous antibiotics. Four patients relapsed. One patient developed 2 other infections on her knee prosthesis. Two deaths were infection-related, and one was treatment-related. Nineteen patients followed for ≥2 years were cured. One patient was lost to follow-up and 3 died of causes unrelated to infection or treatment within 2 years.

Conclusion

GBS prosthetic joint infections are mostly acute hematogenous infections that require prompt management for satisfactory outcome. Despite high antibiotic susceptibility, treatment failure is frequent because of the severity of the infection and patients’ advanced age, underlying diseases, and relapses.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Description des caractéristiques épidémiologiques, cliniques, et biologiques des infections de prothèse à streptocoque du groupe B, leur diagnostic et leur évolution à long terme.

Méthodes

Etude rétrospective monocentrique incluant tous les patients hospitalisés entre janvier 1994 et mai 2006 pour une infection de prothèse à streptocoque du groupe B.

Résultats

30 patients, âgés de 35-87 ans (médiane 74), avec une infection de prothèse de hanche (24) ou de genou (6) ont été inclus. Vingt patients avaient au moins une autre maladie associée. La voie de contamination était présumée hématogène chez 27 patients. Une porte d’entrée a été trouvée chez 9 patients (génito-urinaire 4, cutanée 2, digestive 2, pharyngée 1). Tous les patients ont été opérés (synovectomie-excision 6, changement de prothèse en 1 temps 9, en 2 temps 8, résection de hanche 6, arthrodèse du genou 1) et ont reçu une antibiothérapie IV prolongée. Quatre patients ont rechuté. Deux patients sont décédés dans les suites de l’infection, un patient dans les suites du traitement. Un patient s’est réinfecté à 2 reprises avec des germes différents. Dix-neuf patients étaient guéris avec un recul supérieur ou égal à 2 ans. Un patient a été perdu de vue et 3 patients sont décédés avant 2 ans d’une cause non liée à l’infection.

Conclusion

Les infections de prothèse à streptocoque du groupe B sont le plus souvent hématogènes. Elles nécessitent une prise en charge urgente. Malgré une sensibilité aux antibiotiques, des échecs sont observées, en rapport avec la sévérité de ces infections, la fragilité des patients et des rechutes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 11

P. 1577-1584 - novembre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le test des 5 mots chez 85 patients ayant un trouble anxieux généralisé
  • Bernard Croisile, Emile Simon, Jean-Laurent Astier, Charlotte Beaumont, Hélène Mollion
| Article suivant Article suivant
  • Risque et conséquences à court et à long terme de l’anesthésie
  • Francis Bonnet, Joëlle Berger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.