Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Curarisation résiduelle et musculature pharyngée : restons vigilants ! - 19/11/09

Doi : 10.1016/j.annfar.2009.07.090 
A.-A. d’Hollander a, , J.-L. Bourgain b
a Service d’anesthésiologie, HUG, Genève, Suisse 
b Service d’anesthésie, institut Gustave-Roussy, rue Camille-Desmoulins, 94800 Villejuif, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les nombreux concepts traitant de « curarisation résiduelle » ont été présentés selon deux perspectives : l’analyse de leurs contenus – épidémiologique, clinique, instrumental – et la description du rôle de la musculature striée pharyngée dans ces contextes. Il apparaît que certains niveaux de « curarisation résiduelle » trop marqués restent un facteur de surmorbidité dans de nombreuses situations cliniques actuelles. Les méthodes de surveillance instrumentale du niveau de curarisation – mécanographie, électromyographie, accélérométrie – sont toutes utiles pour documenter des niveaux de « curarisation résiduelle » avant l’extubation ou au réveil. Aujourd’hui, il est néanmoins établi que tant le muscle choisi – adducteur du pouce –, que le test privilégié actuellement – train de quatre 2Hz –, que les seuils choisis – 0,90 ou 1,00 – ne constituent pas actuellement la preuve incontournable d’une absence totale de « curarisation résiduelle ». Déjà, chez le volontaire sain subissant l’action d’un curare, un train de quatre de l’adducteur du pouce supérieur à 0,90 reste contemporain d’altérations fonctionnelles spirométriques traduisant un défaut de dilatation de la filière pharyngée. En clinique, le contrôle de la filière pharyngée est perturbé par de nombreuses molécules-benzodiazépines même à concentrations, halogénés, propofol-même à concentrations non hypnotiques. Devant ces évidences, notre spécialité devra acquérir de nouvelles connaissances pour la mise au point de procédures de contrôle de la gestion des curares éliminant à coup sûr les surmorbidités liées à la « curarisation résiduelle ». Ces tests devront avoir été validés pour exclure également un dysfonctionnement morbidifère des muscles pharyngés. Cette nouvelle orientation serait une évolution sécuritaire majeure pour notre spécialité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The different concepts treating of “residual curarization” were presented according to two directions: the analysis of their contents – epidemiologic, clinical, instrumental – and the description of the pharyngeal striated muscles functions in these contexts. It appears that certain, too marked, “residual curarization” levels remain a well-evidenced factor increasing some morbidities in numerous clinical situations. All the methods of instrumental monitoring of the level of curarization – mecanography, electromyography, accelerometry – appeared useful to document the levels of “residual curarization” before patient’s extubation or awakening. Today, for our speciality, it became particularly clear that: neither the selected muscle – adductor pollicis –, neither the test currently privileged – train-of-four 2Hz –, nor the thresholds currently selected – 0.90 or 1.00 – did not constitute the unavoidable proof of a “residual curarization” complete absence. For the healthy volunteer receiving a curare, a train of four of the adductor pollicis greater than 0.90 can exist in presence of spirometric alterations evidencing the lack of adequate pharyngeal dilatation. In daily routine, the pharyngeal control is already disturbed by numerous molecules including: benzodiazepines, halogenated vapours, propofol, i.e. even under non-hypnotic concentrations. Faced to such evidences, our medical speciality will, undoubtedly, have to acquire new knowledge to develop muscle relaxant management control processes eliminating the surmorbidities related to “residual curarization”. These tests must be validated also to exclude morbidity-prone dysfunctions of the pharyngeal striated muscles. Considering this new paradigm would be a major safety evolution for our speciality.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Curare, Antagonisation, Sécurité anesthésique, Monitorage

Keywords : Muscle relaxant, Reversal, Security, Monitoring


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 10

P. 868-877 - octobre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Antibioprophylaxie pour césarienne avant incision ou après clampage du cordon ? Méta-analyse
  • E. Boselli, L. Bouvet, T. Rimmelé, D. Chassard, B. Allaouchiche
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt de l’échographie en ALR pédiatrique
  • C. Dadure, O. Raux, A. Rochette, X. Capdevila

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.