Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’invention de l’addiction à la pornographie - 30/11/09

Doi : 10.1016/j.sexol.2009.09.008 
F. Voros, PhD 1
École des Hautes Études en sciences sociales (EHESS), 96, boulevard Raspail, 75006 Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Cet article propose une généalogie des savoirs et des pratiques traitant de l’ « addiction à la pornographie », « trouble sexuel » supposé toucher principalement les hommes, caractérisé par la consommation « excessive » et « incontrôlée » d’images sexuellement explicites. Il s’agit dans un premier temps de reconstituer le processus d’émergence et de dissémination de ce nouveau langage médical : apparition des premières pratiques de prise en charge au sein de groupes de « dépendants à la sexualité » aux États-Unis à la fin des années 1970 ; développement d’une expertise médicale à partir des années 1980 au carrefour de plusieurs disciplines (psychiatrie, psychologie, sexologie, psychanalyse, neurobiologie) et domaines de savoir émergeants (addiction sexuelle, compulsion sexuelle, addiction à Internet) ; puis diffusion médiatique de la notion en France à partir des années 2000. L’analyse des différents discours publics portés sur cette pathologie (émanant de cliniciens, mais aussi d’« ex-dépendants », de journalistes et de militants antipornographie), et en particulier la mise en lumière des contradictions qui traversent les modes d’administration de la preuve de son existence (étude de cas, test de dépistage, enquête épidémiologique, IRM), permet ensuite d’envisager sur un même plan épistémologique et politique les pratiques savantes (expertiser, prouver, diagnostiquer) et les pratiques ordinaires (témoigner, révéler, étiqueter) de lutte contre l’addiction à la pornographie. À travers la critique des normes sexuelles qui sous-tendent les définitions médicales de cette pathologie, il s’agit alors de poser la question du type de normativité produit par ces pratiques. Plutôt que comme une ingérence croissante des professionnels de la santé sexuelle dans la vie des usagers, l’article propose d’envisager ce processus de remédicalisation de l’usage de pornographie comme une revitalisation, à un niveau plus microphysique, de pratiques ordinaires de contrôle de soi et de contrôle des autres.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pornographie, Cybersexe, Addiction, Compulsion, Médicalisation, Contrôle social


Plan


 This issue also includes an English abridged version: Voros F. The invention of addiction to pornography.


© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 18 - N° 4

P. 270-276 - octobre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les professionnels de la sexologie en France : quelques évolutions. Premiers résultats de l’enquête nationale (2009)
  • A. Giami, M. Chevret-Méasson, M. Bonierbale
| Article suivant Article suivant
  • Les conditions de possibilité des couples d’hommes
  • G. De Larocque

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.