Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Allogreffe de face et implantologie basale (implant-disques à appuis corticaux) - 04/12/09

Doi : 10.1016/j.stomax.2009.09.008 
J.-P. Meningaud , J.-M. Donsimoni, L. Lantieri
Service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, groupe Henri-Mondor–Albert-Chenevier, Assistance publique-Hopitaux de Paris, faculté de médecine, université Paris 12, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Nous rapportons un cas clinique de réhabilitation orale complète sur implants basaux (implant-disques à appuis corticaux) chez un patient allogreffé de face un an auparavant.

Observation

Le patient, de 31 ans, était porteur d’un neurofibrome plexiforme infiltrant les tissus mous de la cavité buccale. Les déformations maxillaires étaient très importantes. L’intervention a consisté à extraire les nombreuses dents surnuméraires incluses, à réduire les tissues mous excédentaires, à fixer six implants basaux au maxillaire et sept à la mandibule. Le lendemain, deux prothèses fixes en résine ont été adaptées et scellées sur les émergences implantaires. Les prothèses définitives ont été mises en place deux mois et demi après. Aucune complication n’a été notée deux ans après la mise en place des implants.

Discussion

Cet article vise à documenter un cas particulier et éventuellement à ouvrir la voie à une étude dans le cadre réglementaire de la recherche clinique. Cette observation pose de multiples questions. La première est celle de la pertinence d’une réhabilitation sur implants chez un patient immunodéprimé. Pour ce cas, elle était impossible par prothèse adjointe. Une reconstruction faciale avec des objectifs plastiques, fonctionnels et de réinsertion sociale mais faisant l’impasse sur la réhabilitation orale nous a semblé incohérente. Bien qu’ils ne soient pas documentés, les cas de patients greffés ayant des implants dentaires ne sont pas exceptionnels. Enfin, cette réhabilitation a été envisagée chez un patient particulièrement suivi sur le plan médical. La deuxième question majeure est celle du choix de l’implantologie basale. Il a été motivé par la possibilité de réaliser le cas en une seule intervention, avec des prothèses provisoires scellées dès le lendemain. Ces prothèses agissent comme des fixateurs externes orthopédiques conférant une stabilité primaire exceptionnelle. Les appuis corticaux, seuls éléments fiables chez ce patient, ont permis de se dispenser de greffes osseuses. Enfin, les piliers d’émergence de ce type d’implant, particulièrement fins, limitent les communications entre l’os et le milieu buccal.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

We report a case of total oral rehabilitation with basal implants (cortically anchored disk-design implants) on a patient who received a facial allograft 1 year earlier.

Observation

A 31-year-old patient was suffering from a plexiforme neurofibroma spread into the soft tissues of the oral cavity with huge deformations of the jaws. The operation consisted in pulling out numerous supernumerary impacted teeth, removing unnecessary soft tissues, settling six basal implants in the maxilla and seven in the mandible. The following day, two resin bridges were adjusted and cemented onto the implant abutments. The permanent bridges were settled 2 months and half later. The outcome was still unremarkable 2 years after the implant procedure.

Discussion

This case report raises important issues, notably the relevance of an oral rehabilitation with implant-supported prostheses on an immunosuppressed patient. In this specific case, this was impossible to achieve using removable prostheses. A facial reconstruction with its plastic, functional, and social goals seemed inconsistent without an oral rehabilitation. Even if they have not been published, cases of grafted patients with dental implants are unexceptional. Lastly, this rehabilitation has been planned for a particularly monitored patient. The second important question regards the choice of the basal implantology. This option has been motivated by the possibility to complete the case in one sole operation with provisional prostheses cemented the day after that act like orthopaedic external fixators providing an exceptional primary stability. The cortical anchorage, which was the only reliable on this patient, allowed to avoid bone grafting. Finally, the particular thinness of the implant emergence limits to the minimum the communications between bone and oral cavity. We would like to stress that the only objective of this observation was to document a specific case and possibly to open the way to a scientific study in accordance with the regulations of clinical research.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Allogreffe, Implant dentaire, Immunosuppression

Keywords : Transplantation, Homologous, Dental implants, Immunosuppression


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 110 - N° 6

P. 353-358 - décembre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Adénome pléomorphe géant de la parotide
  • S. Nitassi, M. Oujilal, M. Boulaich, L. Essakalli, M. Kzadri
| Article suivant Article suivant
  • Chirurgie endoscopique d’un fibro-odontome améloblastique mandibulaire
  • A. Franco, S. Riscala, M. Kahoudji, A. Croue

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.