Médecine

Paramédical

Autres domaines


Couples sérodifférents dont l’homme est infecté par le VIH et Assistance médicale à la procréation : le désir d’enfant et la grossesse aux prises avec la réalité de la maladie - 05/01/10

Doi : 10.1016/j.gyobfe.2009.05.012 
F. Hopker Azemar a, , c , M. Daudin b, c, L. Bujan b, c
a Service de néonatologie, hôpital des Enfants, CHU de Toulouse, 330, avenue de Grande-Bretagne, 31059 Toulouse cedex 9, France 
b Human Fertility Research Group, université Toulouse III Paul-Sabatier (EA 3694), 31000 Toulouse, France 
c CECOS Midi-Pyrénées, centre de stérilité masculine et féminine, CHU Paule-de-Viguier, 330, avenue de Grande-Bretagne, 31059 Toulouse cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 12
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les couples dont l’homme est infecté par le VIH peuvent bénéficier d’une Assistance médicale à la procréation (AMP). Dés le début de leur parcours, ils rencontrent des psychologues ou des psychiatres. Dans un premier temps, les entretiens psychologiques menés avec quarante couples sérodifférents dans le cadre du CECOS de Toulouse ont permis de dégager quelques pistes de réflexion. Le projet d’enfant est porté par des couples stables affectivement et socialement, engagés tous deux dans la prise en charge de la maladie. L’AMP vient révéler un désir d’enfant important chez les femmes et elle permet au couple de construire des projets d’avenir. Mais elle rappelle aussi à l’homme sa dépendance à la médecine, du fait des exigences posées par les protocoles médicaux et elle peut fragiliser l’équilibre trouvé jusque-là par le couple avec le VIH en cas d’échec. Dans un deuxième temps, des entretiens avec 12 couples durant la grossesse laissent apparaître le rôle encore prégnant de la maladie, même si l’enfant désiré s’annonce. Les femmes expriment dans leur discours une certaine anxiété par rapport au risque de contamination et les hommes paraissent déstabilisés dans les défenses qu’ils avaient construites pour vivre avec le VIH, la question de la mort étant réactivée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Assisted Reproductive Technologies for serodiscordant couples with HIV-infected male partner has been possible since 2000 in French centres such as the CECOS in Toulouse. From the outset, couples in the program meet psychologists or psychiatrists. In the first instance, the results from 40 psychologist led interviews with serodiscordant couples held at the CECOS in Toulouse, identified several challenging ideas. Couples who plan to have children were in a stable long-term relationship and both were involved in managing the illness. Medically assisted procreation awakens in the women a strong desire for children and enables the couples to make plans for the future. But it also reminds the men of their reliance on medical assistance because of the demands made by the medical program, and in case of failure it can destabilise the couples’ way of coping with HIV. Subsequently, interviews with 12 couples during pregnancy revealed the overbearing presence of the illness, despite the imminent birth of the desired child. In their responses, women express their anxiety concerning the risk of contamination, and the defences that the men had built up to cope with HIV appeared destabilised, now that the idea of their death is rekindled.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Couple sérodifférents, Assistance médicale à la procréation, Désir d’enfant, Maladie, Grossesse, Anxiété, Entretien psychologique

Keywords : Serodiscordant couples, Assisted Reproductive Technologies, Desire for children, Illness, Pregnancy, Anxiety, Psychologist led interview


Plan


© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 1

P. 58-69 - janvier 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge de l’accouchement des patientes ayant un antécédent de césarienne
  • P. Poulain, S. Seconda
| Article suivant Article suivant
  • Être une femme et gynécologue-obstétricienne : une association d’avenir
  • D. Ivora-Deleuze

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.