Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La crise homicidaire : pendant de la crise suicidaire ? Particularités chez le sujet schizophrène - 25/01/10

Doi : 10.1016/j.amp.2009.10.004 
S. Richard-Devantoy a, , b , M. Voyer c, B. Gohier a, J.-B. Garré a, J.-L. Senon c
a Département de psychiatrie et psychologie médicale, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers cedex 09, France 
b UPRES EA 2646, université d’Angers, UNAM, Angers, France 
c Service hospitalo-universitaire de psychiatrie et psychologie médicale, CHU et CHHL, BP 587, 86021 Poitiers, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La prise en charge des suicidants offre un modèle de réflexion tant les phénomènes de l’homicide et du suicide sont intimement liés sur le plan clinique, psychopathologique, neuropsychologique et biologique. Actes destructeurs, auto- ou hétéroagressifs, le suicide et l’homicide suscitent les mêmes préoccupations et interrogations du clinicien : présence d’idéations suicidaires ou homicidaires ? Pathologie psychiatrique sous-jacente ? Antécédents de tentative de suicide ou de violence physique envers autrui ? Ce dernier paramètre est indéniablement le facteur de risque le plus probant d’un comportement suicidaire ou homicidaire à venir. Ces similitudes nous font envisager la « crise homicidaire » comme le pendant de la crise suicidaire et nous offrent la possibilité d’appréhender le potentiel homicidaire. Cette évaluation repose sur un trépied clinique : les facteurs de risque d’homicide (facteurs généraux : sexe masculin, âge jeune, faible niveau socioéconomique, antécédent de violence envers autrui, abus d’alcool ; et facteurs spécifiques : diagnostic de schizophrénie avec des comorbidités d’abus de toxiques et/ou de troubles de la personnalité, forme clinique paranoïde, idées délirantes à thématique criminogène de persécution, de grandeur, de mysticisme ou d’influence, désorganisation de la pensée, durée de psychose non traitée longue, défaut d’insight, rupture de suivi ou de traitement médicamenteux) ; l’urgence et l’imminence du passage à l’acte (fréquence, intensité des idées de violence ou d’homicide, spatialité, temporalité et modalités du scénario homicidaire) ; et le danger de l’acte homicide (létalité et accessibilité aux moyens).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Schizophrenics are at increased risks of violence and of committing homicide as compared to the general population. The objective of this review was to examine which factors were associated with schizophrenia, and to assume a “homicidal crisis” and an analysis tool of the homicidal potential. First, the authors highlighted that male gender, a young age, a low socioeconomic status, a history of violence and alcohol abuse could be considered as general homicide-related factors, while drug abuse, personality disorders, clinical paranoia, delusions of persecution, religious or not, delusions of grandeur, lack of insight, disorganized thinking, a lengthy duration of untreated psychosis, or a monitoring or treatment which were discontinued were more schizophrenia-specific factors for homicide. Secondly, the urgency of homicide plans (place, time, conception, preparation of the homicidal scenario, frequency and intensity of homicidal thoughts) needed to be completed by the danger of the homicide itself (lethality and accessibility of murder weapon). The relationship between past and current episodes of aggressive behaviour reinforces the importance of including a careful assessment of past history of violent behaviour as part of the routine psychiatric evaluation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Crise homicidaire, Homicide, Prévention, Schizophrénie, Suicide

Keywords : Homicidal crisis, Homicidal potential, Homicidal scenario, Prevention, Risks factor


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 168 - N° 1

P. 62-68 - février 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Discussion
| Article suivant Article suivant
  • Discussion

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.