Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Incontinence anale par rupture sphinctérienne : rôle de l'étiologie dans la qualité des résultats après réparation chirurgicale - 01/01/03

Doi : 10.1016/j.anchir.2003.12.007 

P.  Martel * ,  M.  Malafosse,  P.  Lecomte,  D.  Gallot*Auteur correspondant.

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La réparation chirurgicale des ruptures sphinctériennes a la réputation de donner de bons résultats immédiats, ayant tendance à s'altérer avec le temps en cas d'étiologie post-obstétricale. Le but de cette étude rétrospective était de comparer les résultats immédiats et à long terme des réparations sphinctériennes en fonction de l'étiologie post-obstétricale ou postopératoire.

Méthode. - L'étude a porté sur 55 patientes ayant eu une réparation sphinctérienne pour une rupture d'origine post-obstétricale (Ob) (28) ou postopératoire (Op) (27). La technique chirurgicale était une réparation en paletot effectuée de façon identique pour toutes les patientes. En cas de rupture post-obstétricale, il était effectué également une myorraphie antérieure des muscles releveurs de l'anus. Les résultats fonctionnels ont été évalués cliniquement deux mois et un an après l'intervention ainsi qu'au cours de l'année 2001.

Résultats. - Les deux groupes étaient comparables à l'exception du nombre de colostomies de dérivation effectuées et de la durée d'évolution des symptômes avant l'intervention. La mortalité et la morbidité étaient comparables. Le suivi moyen pour l'ensemble des patientes était de neuf ans et demi (extrêmes : 3-20). Les résultats immédiats étaient meilleurs dans le groupe Op avec 96 % de bons résultats contre 78 % dans le groupe Ob (p = 0,05). L'altération des résultats avec le temps était moins importante dans le groupe Op que dans le groupe Ob (88 % de bons résultats à la fin du suivi contre 65 % ; p < 0,05). Cette différence persistait en données actuarielles, mais de façon non significative.

Conclusion. - La réparation sphinctérienne semble donner de meilleurs résultats immédiats et se dégradant moins rapidement quand la rupture est d'origine chirurgicale. La neuropathie d'étirement fréquente après accouchements traumatiques pourrait être à l'origine de cette différence.

Abstract

Short-term functional results are usually good after sphincter repair but they could deteriorate with time if the disruption is due to obstetric damage. The aim of this study was to compare short and long-term results after sphincter repair according to the etiology of the damage.

Methods. - Fifty-five women have been operated on for a sphincter disruption due to obstetrical damage (Ob) (28) or to postoperative damage (Op) (27) and were retrospectively studied. Surgical procedure was similar for every patients but the puborectalis muscle was also approximated in case of obstetric damage. Functional results were recorded by clinical examinations two months after the operation and during the year 2001.

Results. - The two groups were similar, except for the rate of defunctionning stoma undergone and for the duration of symptoms before the operation. Mortality and morbidity were similar between the two groups. Short-term functional results were better in the postoperative group (96 vs 78%) (P =0.05). At the end of the follow-up the results remained significantly better in group Op (85 vs 65%; P <0.05). The cumulative rates of functional good results also decreased more rapidly in group Ob but the difference was not significant.

Conclusion. - Short and long-time functional results after sphincter repair seem to be better in case of postoperative disruption. Pudendal nerve damages frequently observed after traumatic delivery could explain this difference.

Plan



© 2003  Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 129 - N° 1

P. 20-24 - février 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge des kystes thymiques
  • M. Rahmati, P. Corbi, H. Gibelin, C. Jayle, M. Abdou, S. Milinkevitch, P. Menu, J.L. Kraimps
| Article suivant Article suivant
  • L'effraction de la vésicule lors des cholécystectomies laparoscopiques n'influence pas la morbidité. Étude prospective
  • C. Barrat, A. Champault, L. Matthyssens, G. Champault

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.