Médecine

Paramédical

Autres domaines


Évaluation d’une politique restrictive d’épisiotomie avant et après les recommandations du Collège national des gynécologues obstétriciens français - 05/02/10

Doi : 10.1016/j.jgyn.2009.09.013 
A. Eckman a, R. Ramanah a, E. Gannard a, M.C. Clement b, G. Collet a, L. Courtois a, A. Martin a, S. Cossa a, R. Maillet a, D. Riethmuller a,
a Service de gynécologie-obstétrique, CHU Saint-Jacques, avenue du 8-Mai-1945, 25000 Besançon, France 
b Service de santé publique, CHU de Besançon, Besançon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Évaluer notre pratique suite aux recommandations pour la pratique clinique (RPC) du Collège national des gynécologues obstétriciens français (CNGOF) de 2005 qui plaidaient pour l’épisiotomie restrictive et montrer qu’une diminution significative du taux d’épisiotomie n’entraîne pas d’augmentation des lésions périnéales du troisième et quatrième degré.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective comparative des épisiotomies et des lésions périnéales du troisième et quatrième degré des années 2003 (avant les RPC) et 2007 (après les RPC de 2005). Nous avons étudié les indications des périnéotomies et comparé le taux d’épisiotomie au taux de lésions périnéales graves pendant ces deux périodes.

Résultats

En 2003, 18,8 % d’épisiotomies ont été réalisées (sur 1755 accouchements par voie vaginale). Nous avons constaté 16 lésions périnéales du troisième degré (9‰) dont cinq étaient associées à une épisiotomie et deux lésions périnéales du quatrième degré (1‰). En 2007, nous avons pratiqué 3,4 % d’épisiotomies (sur 1940 accouchements par voie vaginale). Il y a eu huit lésions périnéales du troisième degré (4‰) et quatre lésions périnéales du quatrième degré (2‰). Les deux années étaient comparables pour l’âge, la parité, l’âge gestationnel, le poids de naissance, le taux d’expulsions spontanées, de siège et d’extractions instrumentales. Il existait une différence pour l’indication d’expulsion en occipitosacré (5,8 % vs 13,8 % ; p=0,02). Nous n’avons pas trouvé de différence significative entre les taux de lésions périnéales du troisième degré (9‰ vs 4‰ ; p=0,059) et du quatrième degré (1‰ vs 2‰ ; p=0,487). En revanche, il existait une baisse très significative dans le taux d’épisiotomie entre les deux périodes (18,8 % vs 3,4 % ; p<0,001).

Conclusion

Notre taux d’épisiotomie à 3,4 % est notablement plus bas que le seuil de 30 % recommandé. Une politique restrictive du recours à l’épisiotomie est réalisable sans augmenter le taux des complications périnéales graves. L’incitation à une obstétrique pesant le bénéfice-risque de chaque pratique permettra de diminuer le nombre d’épisiotomie ; l’utilisation de cette dernière devrait relever dans chaque maternité d’une évaluation des pratiques professionnelles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Aim

To evaluate our practice following Clinical Practice Guidelines (CPG) of the French College of Obstetricians and Gynecologists (CNGOF) in 2005 advocating a policy of restrictive episiotomy and to show that a significative decrease in the rate of episiotomy does not increase the number of third and fourth degree perineal tears.

Material and methods

A retrospective study of episiotomies and third/fourth degree perineal tears of the year 2003 (before the CPG) was compared with the year 2007 (after the CPG). We analyzed the indications of episiotomies and compared the rate of episiotomies and severe perineal tears between the two periods.

Results

: In 2003, the rate of episiotomies was 18.8% (upon 1755 vaginal deliveries). We observed 16 (9‰) third-degree perineal tears, five of which was associated with episiotomies; and two (1‰) fourth-degree perineal tears. In 2007, the rate of episiotomies was 3.4% (upon 1940 vaginal deliveries). There were eight (4‰) third-degree and four (2‰) fourth-degree perineal tears. The two periods of study were similar in terms of age, parity, gestational age, birthweight, rate of spontaneous deliveries, breech and instrumental deliveries. There were a difference regarding deliveries in the occipitoposterior position (5.8% vs 13.8% ; p=0.02). No significant difference was found between the rates of third degree (9‰ vs 4‰ ; p=0.059) and fourth degree perineal tears (1‰ vs 2‰ ; p=0.487). However, there was a significant decrease in the rate of episiotomies between the two periods (18.8% vs 3.4% ; p<0.001).

Conclusion

An episiotomy rate of 3.4% is much lower than the threshold rate of 30% recommanded. A policy of restrictive episiotomy is possible without increasing the rate of severe perineal tears. Aknowledging the risks and benefits of each obstetrical procedure might decrease the number of episiotomies, whose practice should be evaluated in every labour ward.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Épisiotomie, Politique restrictive, Recommandations professionnelles, Lésions périnéales de haut degré

Keywords : Episiotomy, Restrictive policy, Professional guidelines, High degree perineal tears


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 1

P. 37-42 - février 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Peut-on traiter 74 % des grossesses extra-utérines par un traitement médical ? À propos d’une série de 202 patientes
  • O. Garbin, C. Helmlinger, N. Meyer, E. David-Montefiore, C. Vayssiere
| Article suivant Article suivant
  • Ligature bilatérale des artères hypogastriques dans la prise en charge des hémorragies du post-partum
  • D. Chelli, F. Boudaya, K. Dimassi, B. Gharbi, I. Najjar, E. Sfar, M.B. Chanoufi, H. Chelli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.