Médecine

Paramédical

Autres domaines


Une luxation bilatérale postérieure des épaules sur ostéonécrose des têtes humérales - 09/02/10

Doi : 10.1016/j.main.2009.11.008 
O. Barbier , E. Van Gaver, S. Rigal
Service de chirurgie orthopédique et traumatologique, hôpital d’instruction des armées Percy, avenue Henri-Barbusse, 92140 Clamart, France 

Auteur correspondant. 21, rue George-Bernard-Shaw, 75015 Paris, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 4
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Nous rapportons un cas de luxation postérieure simultanée d’épaules simultanée survenue chez un patient de 46 ans aux antécédents de corticothérapie à forte dose. Le mécanisme lésionnel était atraumatique, secondaire à un mouvement de contraction contrariée du muscle sous-scapulaire en rotation médiale. Le diagnostic avait été initialement méconnu devant un tableau de douleur interscapulaire intense malgré un scanner qui avait été réalisé pour éliminer une urgence cardiovasculaire. Après réduction, les épaules étaient instables. L’IRM retrouvait un aspect d’ostéonécrose des deux têtes humérales. Le patient était opéré par voie deltopectorale en un temps avec réalisation d’un comblement par greffe iliaque spongieuse de l’encoche antéromédiale des têtes humérales. À trois mois, le patient ne présentait pas de récidive et ses mobilités articulaires étaient correctes. Les luxations bilatérales postérieures d’épaules sont une entité rare et ce cas de luxation bilatérale postérieure atraumatique est unique dans la littérature. Les étiologies les plus fréquentes sont l’épilepsie, l’électrocution et les traumatismes extrêmes. Dans ce cas, l’étiologie était une ostéonécrose bilatérale des têtes humérales confirmée par l’imagerie et la biopsie, probablement en lien avec une corticothérapie intense ancienne. Le diagnostic de luxation bilatérale postérieure d’épaules est souvent retardé car méconnu au début et sa prise en charge reste encore mal codifiée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

We report a case of simultaneous bilateral posterior shoulders dislocations in a 46-year-old male with antecedent of high-dose corticotherapy. The mechanism was non-traumatic after a contraction of the sub scapularis muscle in internal rotation. The interscapular pain was not initially diagnosed although a tomodensitometry was realized to eliminate a cardiovascular emergency. After reduction, the shoulders were unstable and the MRI showed an osteonecrosis of the humeral heads. The patient underwent surgery with an iliac spongy bone graft in the humeral nick. At 3 months, there was no recurrence and mobilities were good. Bilateral posterior shoulders dislocations are unusual and it is the first case of non-traumatic dislocation. Aetiology are often epilepsy, electrocution, and extreme traumatism. Diagnosis is often misrecognized and the treatment is not well codified.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Luxation postérieure bilatérale d’épaule, Ostéonécrose, Corticoïde

Keywords : Bilateral posterior shoulders dislocation, Osteonecrosis, Corticotherapy


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 1

P. 48-51 - février 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Lipome géant de la main : présentation d’un cas clinique et revue de la littérature
  • S. Fnini, J. Hassoune, A. Garche, M. Rahmi, A. Largab
| Article suivant Article suivant
  • Agenda

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.