Médecine

Paramédical

Autres domaines


Données 2007 de l’extraction instrumentale en France : résultats d’une enquête nationale auprès de l’ensemble des centres hospitalo-universitaires - 23/03/10

Doi : 10.1016/j.jgyn.2010.01.002 
M. Mangin, R. Ramanah, Z. Aouar, L. Courtois, A. Collin, S. Cossa, A. Martin, R. Maillet, D. Riethmuller
Clinique universitaire de gynécologie-obstétrique, 2, place Saint-Jacques, 25030 Besançon cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Les recommandations pour la pratique clinique (RPC) du Collège national des gynécologues obstétriciens français concernant les extractions instrumentales sont parues en décembre 2008. C’est pour cette raison que nous avons souhaité faire un état des lieux des pratiques obstétricales de l’année 2007 et connaître la répartition géographique et le niveau d’utilisation de l’extraction instrumentale dans les différents CHU.

Matériel et méthodes

Nous avons inclus dans notre étude tous les CHU de France métropolitaine et des DOM-TOM, ce qui représente 49 établissements. La période étudiée est l’année 2007, et a relevé outre le nombre d’extractions instrumentales et les types d’instruments utilisés par les obstétriciens, également le niveau de la maternité, le nombre de patientes et d’accouchements, le nombre de césariennes, le nombre d’accouchements par voie basse et enfin le nombre d’épisiotomies.

Résultats

Nous avons recueilli les données des 49 centres. La moyenne nationale des accouchements en CHU est de 2203 par an pour les niveaux I, 2060 pour les niveaux II et 2720 pour les niveaux III. Le taux d’extraction instrumentale est extrêmement variable d’un centre à l’autre allant de 5,3 à 34,1 % de l’ensemble des accouchements. Il en va de même pour le type d’instrument, avec des disparités géographiques très nettes même si la notion d’École n’est plus aussi prééminente car la plupart des centres utilisent aujourd’hui au moins deux instruments. À noter que les taux de césarienne varient entre 9 et 29,5 % (tous niveaux confondus) avec un taux moyen national pour les CHU de 20,7 %. Enfin, en ce qui concerne les épisiotomies, les taux moyens observés sont compris entre 3,6 et plus de 60 %.

Discussion

Ce travail a montré qu’il existait d’importantes variations d’utilisation des instruments dans les CHU et que les pratiques obstétricales en France sont loin d’être uniformes. On note en revanche que l’utilisation routinière de plus d’un instrument par centre est la situation majoritaire en 2007, ce qui n’était pas le cas il y a une ou deux décennies ; et le recours à la ventouse obstétricale s’est largement diffusé. Les trois types d’instruments ont des indications plus ou moins spécifiques, et la maîtrise de deux instruments paraît être une assurance pour gérer au mieux la multiplicité des situations obstétricales. Cette dualité minimale de formation à l’extraction instrumentale relève de la responsabilité des centres formateurs que sont les CHU. La publication récente des RPC devrait permettre d’uniformiser un peu plus les pratiques professionnelles pour les extractions instrumentales dans les années à venir.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Aim

Clinical Practice Guidelines of the French College of Gynecologists and Obstetricians concerning operative deliveries were published in December 2008. That is why a national survey was performed for the year 2007 so as to obtain an inventory of obstetrical practices regarding the geographical distribution of the type of instrument used for operative deliveries following the level of each teaching hospital concerned.

Material and methods

We included in our study 49 teaching hospitals from metropolitan France and the overseas departments and territories. For the year 2007, we noted the number of operative deliveries, the type of instrument used, as well as the level of the maternity concerned with its total number of patients, births, cesarean sections, vaginal deliveries, and episiotomies.

Results

We obtained data from all 49 centres. The mean number of deliveries per year was 2203 for level I teaching hospitals, 2060 for level II and 2720 for level III, respectively. The rate of operative delivery was quite different from one centre to the other, ranging from 5.3 to 34.1% of all births. Similarly, for the type of instrument used, there existed clear geographical disparities although the notion of “School’s instrument” was not as preeminent as before since most centres used at least two instruments. Moreover, the rate of cesarean varied from 9 to 29.5% (all levels concerned) with a national mean rate of 20.7% for teaching hospitals. Finally, mean rate of episiotomies ranged from 3.6 to 60%.

Discussion

This study showed that important differences existed between teaching hospitals in the use of instruments and that obstetrical practices are far from being uniform. However, in 2007, the routine use of more than one instrument in each centre was most usual, as opposed to the situation some decades ago. The use of obstetrical vacuum extractors has been largely disseminated. Each of the three types of instruments has specific indications and mastering at least two instruments seems more secure in the management of the numerous obstetrical situations. It is up to teaching hospitals to make sure that the use of at least two instruments is taught for operative deliveries. The recent publication of Clinical Practice Guidelines would probably help in standardizing operative deliveries in years to come.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Recommandations pour la pratique clinique, Accouchement voie basse, Césarienne, Extraction instrumentale, Épisiotomie

Keywords : Clinical practice guidelines, Vaginal delivery, Cesarean section, Operative vaginal delivery, Episiotomy


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 2

P. 121-132 - avril 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Choc anaphylactique et bleu patente : à propos de quatre cas et revue de la littérature
  • N. Lucas, S. Benay Interne, P. Laine, B. Nicolie, E. Fondrinier
| Article suivant Article suivant
  • Abuse-t-on des césariennes en extrême urgence ?
  • F. Bloc, O. Dupuis, J. Massardier, P. Gaucherand, M. Doret

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.