Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Abuse-t-on des césariennes en extrême urgence ? - 23/03/10

Doi : 10.1016/j.jgyn.2009.12.006 
F. Bloc a, O. Dupuis b, J. Massardier b, P. Gaucherand a, c, M. Doret a, , c
a Service d’obstétrique, hôpital Femme–Mère-Enfant, hospices civils de Lyon, 59, boulevard Pinel, 69500 Bron, France 
b Service d’obstétrique, centre hospitalier Lyon Sud, hospices civils de Lyon, Lyon, France 
c Université Claude-Bernard Lyon-1, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

L’utilisation des « codes couleurs » doit faciliter la communication entre les multiples protagonistes d’une césarienne en urgence et réduire le délai décision–naissance en cas de césarienne en extrême urgence. Cette étude a pour but d’évaluer l’incidence, le degré d’urgence et le délai décision–naissance des césariennes réalisées en extrême urgence ou « code rouge ».

Patientes et méthodes

Sur une période de six mois, tous les cas de césariennes « code rouge » ont été revus indépendamment par quatre obstétriciens expérimentés, dont deux extérieurs au service. Pour chaque césarienne, ils devaient confirmer ou rejeter l’indication de « code rouge ». Le délai décision–naissance était noté.

Résultats

Trente-huit césariennes « code rouge » ont été réalisées représentant 2,3 % des accouchements et 9,1 % des césariennes. Les indications de césarienne « code rouge » ont été confirmées dans 12 cas et rejetées dans 13 cas. Les avis étaient discordants dans les 13 autres cas. Le délai décision–naissance moyen était de 10,8minutes.

Conclusion

L’utilisation des « codes couleurs » permet d’aboutir à un délai décision–naissance très court mais elle ne doit pas banaliser la procédure. Les indications doivent être limitées pour ne pas exposer la mère et l’enfant à des risques injustifiés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

“Colour code” was implemented in our labour and delivery room to facilitate communication between the different actors of emergency c-sections and, more specifically, to reduce the decision to delivery interval in crash c-sections called “red code”. This study aims at evaluating “red colour” c-sections rate, emergency level and decision to delivery interval.

Patients and methods

Over a six-months-period, all “red code” c-sections have been independently reviewed by four experimented obstetricians, including two external from the department. For each c-section, they had to confirm or reject the indication for “red code” c-section. Decision to delivery interval was also collected.

Results

Thirty-eight “red code” c-sections were performed representing 2.3 % of all deliveries and 9.1 % of all c-sections. “Red code” c-section indications have been confirmed in 12 cases and rejected in 13 cases. Opinions were discordant in the 13 others cases. Mean decision to delivery interval was 10.8minutes.

Conclusion

In our department, defining emergency level by “colour code” is associated with a short decision to delivery interval in crash c-sections but also with a trivialization of this high-risk procedure. Indications should be restricted to avoid unjustified maternal and foetal complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Césarienne, Urgence, Code rouge, Code couleur, Évaluation des pratiques professionnelles

Keywords : Cesarean, Emergency, Red code, Color code, Clinical audit


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 2

P. 133-138 - avril 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Données 2007 de l’extraction instrumentale en France : résultats d’une enquête nationale auprès de l’ensemble des centres hospitalo-universitaires
  • M. Mangin, R. Ramanah, Z. Aouar, L. Courtois, A. Collin, S. Cossa, A. Martin, R. Maillet, D. Riethmuller
| Article suivant Article suivant
  • Traitement du diabète gestationnel par hypoglycémiants oraux
  • G. Carles, L. Germain, N. Alassas, W. El Guindi, F. Dallah, J.-L. Daigre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.