Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude de faisabilité de radiothérapie de conformation avec modulation d'intensité dans les cancers localisés de la prostate - 01/01/03

Doi : 10.1016/j.canrad.2003.10.007 

N.  Aillères a ,  D.  Azria b * ,  S.  Thézenas c ,  N.  Barbier b ,  P.  Fenoglietto a ,  R.  Delard a ,  M.H.  Hay b ,  J.B.  Dubois b *Auteur correspondant.

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif de l'étude. - Rapporter notre expérience sur la planification et la toxicité aiguë d'une radiothérapie de conformation avec modulation d'intensité (RCMI) chez 16 patients atteints d'un cancer localisé de la prostate.

Patients et méthodes. - Entre mars 2001 et octobre 2002, 16 patients ont été traités par radiothérapie de conformation avec modulation d'intensité. La planification a été réalisée selon une dosimétrie inverse. Les faisceaux ont été modulés en intensité grâce à un collimateur multilame dynamique. Tous les patients ont reçu l'ensemble du traitement sous forme de RCMI jusqu'à une dose prescrite de 78 Gy. Tous les plans de traitement de RCMI ont été comparés à ceux d'une radiothérapie de conformation tridimensionnelle. La toxicité aiguë a été évaluée selon l'échelle du CTCAE version 3.0 (common toxicity criteria for adverse events). Une corrélation statistique a été recherchée entre le volume rectal ou vésical irradié et la toxicité aiguë observée.

Résultats. -Dans les deux cas (radiothérapie conformationnelle et RCMI), 95 % du PTV2 (volume cible prévisionnel 2) a reçu une dose supérieure à 76 Gy et le bénéfice apporté par le traitement avec modulation d'intensité est négligeable en ce qui concerne le PTV2. L'analyse de la moyenne des histogrammes dose-volume obtenus pour le PTV2 avec la RCMI et radiothérapie conformationnelle a montré très peu de différence entre les deux techniques de traitement. Dans les deux cas, les contraintes du protocole Getug 06 (groupe d'études des tumeurs urogénitales) étaient largement respectées. Le traitement avec modulation d'intensité permettait toutefois d'améliorer l'homogénéité de la dose reçue par le PTV2, qui était de 7,5 % avec la RCMI au lieu de 9 % avec la radiothérapie conformationnelle. La dose reçue par 95 % du PTV1 était supérieure de plus de 5 Gy avec la RCMI par rapport à la radiothérapie conformationnelle. Une épargne des parois rectales et vésicales a été mise en évidence par la méthode de la RCMI. Le bénéfice devenait non négligeable en dessous de 75 Gy pour la paroi vésicale. De la même façon, pour la paroi rectale, l'apport de la modulation d'intensité devenait sensible pour des doses inférieures à 70 Gy. Pendant la radiothérapie, respectivement quatre patients sur 16 (25 %) et cinq patients sur 16 (31 %) ont souffert d'une toxicité rectale et vésicale de grade 2. Aucune toxicité rectale ou vésicale de grade 3 n'a été observée. La corrélation entre la dose reçue par 50 % du volume rectal irradié et la toxicité aiguë observée n'a pas atteint le seuil de signification, mais en était très proche (p = 0,09).

Conclusion. - La RCMI dans les cancers localisés de la prostate est faisable en pratique quotidienne dans notre centre sans toxicité aiguë rectale ou vésicale de grade 3. Un suivi à plus long terme et sur un nombre de patients plus important est nécessaire pour évaluer l'efficacité antitumorale.

Mots clés  : Modulation d'intensité ; Cancer de la prostate ; Radiothérapie.

Abstract

Purpose. - To report our experience on treatment planning and acute toxicity in 16 patients suffering from clinically localized prostate cancer treated with high-dose intensity-modulated radiation therapy (IMRT).

Patients and methods. - Between March 2001 and October 2002, 16 patients with clinically localized prostate cancer were treated with IMRT. Treatment planning included an inverse-planning approach, and the desired beam intensity profiles were delivered by dynamic multileaf collimation. All patients received the entire treatment course with IMRT to a prescribed dose of 78 Gy. All IMRT treatment plans were compared with a theoretical conventional three-dimensional conformal radiation therapy (3D-CRT). Acute lower gastro-intestinal (GI) and genito-urinary (GU) toxicity was evaluated in all patients and graded according to the Common Toxicity Criteria for Adverse Events version 3.0 (CTCAE v. 3.0). A relationship between dose volume and clinical toxicity was evaluated.

Results. - Ninety-five percent of the PTV2 received more than 76 Gy using IMRT or 3D-CRT with no difference between both methods. The dose-volume histogram mean obtained for the PTV2 was not different between IMRT and 3D-CRT. IMRT improved homogeneity of the delivered dose to the PTV2 as compared with 3D-CRT (7.5 vs 9%, respectively). Ninety-five percent of the PTV1 received 5 Gy more using IMRT with protection of the bladder and the rectum walls. The benefit was considered below 75 and 70 Gy for the wall of the bladder and the rectum, respectively. Grade 2 GI and GU toxicity was observed in four (25%) and five (31%) patients, respectively. No grade 3 toxicity was observed. There was a trend towards a relationship between the mean rectal dose and acute rectal toxicity but without statistical significant difference (P =0.09).

Conclusion. - Dose escalation with IMRT is feasible with no grade 3 or higher acute GI or GU toxicity. Examination of a larger cohort and longer-term follow-up are warranted in the future.

Mots clés  : Intensity modulation ; Prostate cancer ; Radiotherapy.

Plan



© 2003  Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 8 - N° 2

P. 59-69 - avril 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial board
| Article suivant Article suivant
  • Plasmocytome solitaire osseux : aspects thérapeutiques et évolutifs
  • L. Kochbati, N. Kédidi Ben Romdhane, K. Mrad, C. Nasr, D.E. Ben Salah, K. Ben Romdhane, M. Maalej

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.