Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Lèpre de l’enfant : un diagnostic à ne pas méconnaître - 17/05/10

Doi : 10.1016/j.annder.2010.03.024 
G. Frémont a, E. Bourrat a, E. Mahé b, B. Flageul a,
a Service de dermatologie, université Denis-Diderot Paris 7, hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefaux, 75010 Paris, France 
b Service de dermatologie, université Paris-Ouest, hôpital Ambroise-Paré, 9, avenue Charles-de-Gaulle, 92100 Boulogne Billancourt, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La lèpre est la seconde mycobactériose mondiale après la tuberculose, avec 254 525 nouveaux cas en 2007. Selon l’OMS, l’élimination de la lèpre en tant que problème de santé publique (moins d’un cas pour 10 000 habitants) est atteinte au niveau mondial mais des zones de forte endémicité persistent. En 2007, le taux de lèpre chez l’enfant, reflet du niveau d’endémicité d’un pays, variait de 0,32 à 37,96 % selon les pays. En raison de la grande mobilité des populations, des cas de lèpre peuvent être diagnostiqués en France métropolitaine chez des adultes mais également chez des enfants.

Observations

Nous rapportons les observations de trois patients de moins de 15 ans atteints de lèpre et pris en charge dans le service de dermatologie de l’hôpital Saint-Louis entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2008.

Discussion

Les trois cas décrits représentent 3 % des nouveaux patients hanseniens pris en charge à Saint-Louis durant les sept dernières années. Ils sont tous nés en pays d’endémie. Chez deux d’entre eux, les lésions cutanées sont apparues plus de 18 mois après leur arrivée en France. Le diagnostic avait été évoqué cliniquement chez un seul enfant ; chez les deux autres, sans doute en raison de la normoesthésie des lésions, le diagnostic a été fait grâce au prélèvement histologique.

Conclusion

La lèpre doit être évoquée devant des lésions cutanées en particulier hypochromiques, même normoesthésiques, chez des enfants originaires de pays d’endémie lépreuse quelle que soit l’ancienneté de leur arrivée en France.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

With 254,525 new cases reported in 2007, leprosy is the worlds’ second most widespread form of mycobacteriosis. According to the WHO, eradication of leprosy as a public health problem (defined by less than one case per 10,000 people) has been globally achieved. High endemic zones, however, still subsist. Leprosy rates among children, which reflect a country’s endemic level, ranged from 0.55 to 19.2 % in 2006. Due to world population migrations, cases of leprosy are now seen in mainland France, in both children and adults.

Patients and methods

We describe three leprosy patients aged under 15 years treated at the Dermatology Unit of Saint Louis Hospital between 1st January 2002 and 31st December 2008. The three cases described account for 3 % of new patients treated for leprosy at Saint Louis Hospital over this 7-year period. All were born in an endemic country. Lesions appeared 18 months after arrival in France in two cases and clinical diagnosis was made in only one case. Due to absence of sensory loss in the lesions, diagnosis was reliant upon histopathological examination in two cases.

Conclusion

Leprosy should be suspected in children from endemic countries presenting skin lesions, particularly hypochromic lesions, even if there is no sensory loss, regardless of how long they have been living in France.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Lèpre, Enfant, France, Maladie de Hansen

Keywords : Leprosy, Child, France, Hansen’s disease


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 137 - N° 5

P. 359-363 - mai 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Insuffisance cardiaque et ulcère de stase : une association significative (étude prospective de 100 cas)
  • F. Augey, A. Pinet, P. Renaudier
| Article suivant Article suivant
  • Fibromatose hyaline juvénile
  • S. Mallet, T. Boye, S. Hesse, B. Fournier, B. Guennoc, F. Carsuzaa

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.