Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Répercussions psychocomportementales en périopératoire chez l’enfant - 17/05/10

Doi : 10.1016/j.annfar.2010.01.020 
D. Cohen-Salmon
Département d’anesthésie-réanimation, hôpital d’enfants Armand-Trousseau, 26, avenue du Dr-Arnold-Netter, 75571 Paris cedex 12, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 12
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La littérature a été analysée à l’aide de la base de données Medline depuis les années 1940, avec les mots clés suivants : enfant, opération, anxiété, agitation, troubles postopératoires, préparation, prémédication, présence parents, prévention. L’anxiété préopératoire, l’agitation du réveil et les troubles du comportement postopératoires sont les manifestations de la détresse psychologique de l’enfant opéré. L’anxiété préopératoire se manifeste surtout à l’induction. L’agitation du réveil est fréquente et partiellement indépendante de la douleur. En postopératoire, les signes les plus courants sont l’anxiété de séparation, les colères, la peur des étrangers, les problèmes alimentaires, les cauchemars et terreurs nocturnes et l’énurésie. Ils sont en règle résolutifs, mais persistent jusqu’à un an chez certains enfants. Les principaux facteurs favorisant ces troubles sont le jeune âge, les antécédents d’hospitalisations ou de soins dans de mauvaises conditions, certaines modalités d’hospitalisation, la douleur postopératoire, l’anxiété des parents et certains traits de personnalité de l’enfant. Nous disposons d’outils permettant de quantifier l’anxiété (score m-YPAS) et les troubles postopératoires (PHBQ). Un repérage des enfants à risque de troubles est envisageable dès la consultation préanesthésique. Il s’agit des enfants jeunes (avant six ans), émotifs, impulsifs et mal socialisés, et dont les parents sont anxieux. Les stratégies proposées pour minimiser le stress de l’enfant sont la préparation préopératoire, la prémédication, la présence des parents à l’induction (PPIA), ainsi que des mesures agissant sur l’environnement de l’enfant, notamment l’hypnose. Les modalités de préparation sont diverses (information, modélisation, jeux de rôle, techniques favorisant le coping), leur efficacité est prouvée en préopératoire mais pas lors de l’induction ni dans les suites. La prémédication par midazolam réduit efficacement l’anxiété préopératoire. La PPIA n’a prouvé son efficacité que dans certains contextes (parent calme/enfant anxieux) mais garde sa valeur si elle s’intègre à un programme de prise en charge du stress centré sur la famille. Elle devrait faire partie des options. La prise en considération des besoins émotionnels des enfants est partie intégrante du rôle de l’anesthésiste pédiatrique. Nous disposons d’outils et de techniques pour évaluer et prendre en charge la détresse périopératoire de l’enfant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The relevant literature since the 1940s has been collected from the Medline database, using the keywords: child, operation, anxiety, distress, postoperative complications, preparation, premedication, parental presence, prevention. Preoperative anxiety, emergence delirium, and postoperative behavior changes are all manifestations of psychological distress in children undergoing surgery. Preoperative anxiety is most prominent during anaesthesia induction. Emergence delirium is frequent and somewhat independent of pain levels. Postoperative behavior changes most often include separation anxiety, tantrums, fear of strangers, eating problems, nightmares, night terrors and bedwetting. These difficulties tend to resolve themselves with time but can last up to one year in some children. The major risk factors for postoperative behavior problems are young age, prior negative experience with hospitals or medical care, certain kinds of hospitalization, postoperative pain, parental anxiety, and certain personality traits of the child. Currently, tools exist for quantifying anxiety (m-YPAS) and postoperative behavior (PHBQ). It is possible to identify those children who are at risk for postoperative complications during the preanaesthesia consultation by paying close attention to children under six years with higher levels of emotionality and impulsivity and poorer socialization skills with anxious parents. Suggested strategies for reducing child distress include preoperative preparation, premedication, parental presence during anaesthesia induction, and interventions affecting the child’s environment, such as hypnosis. There are numerous ways to provide preoperative preparation (information, modeling, role playing, encouraging effective coping) and their effectiveness is proven in the preoperative setting but not during anaesthesia induction or in the operating room. Midazolam has been shown to be an effective preoperative sedative for reducing anxiety. Parental presence during induction has been shown to effectively reduce preoperative anxiety in children in certain contexts (when the parent is calm and the child is anxious). It is worthwhile if it is integrated into a family-centered anxiety management program and remains one of several options offered to families. Overall, taking into account the child’s psychological needs should be considered an essential part of paediatric anaesthesia. Tools and techniques are available for assessing and managing the perioperative distress experienced by children.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Enfant, Opération, Anxiété, Agitation, Troubles postopératoires, Préparation, Prémédication, Présence parents, Prévention

Keywords : Child, Operation, Anxiety, Distress, Postoperative complications, Preparation, Premedication, Parental presence, Prevention


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 4

P. 289-300 - avril 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Bloc iliofascial et troubles cognitifs postopératoires chez la personne âgée
  • V. Perrier, B. Julliac, A. Lelias, N. Morel, P. Dabadie, F. Sztark
| Article suivant Article suivant
  • Rhabdomyolyse et syndrome des loges des deux avant-bras lors d’une chirurgie robotique de longue durée
  • P. Deras, J. Amraoui, C. Boutin, S. Laporte, J. Ripart

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.