Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une gestion des voies aériennes à haut risque en médecine pédiatrique préhospitalière - 17/05/10

Doi : 10.1016/j.annfar.2010.01.021 
N. Picard a, P. Lakhnati a, A.-L. Guillerm a, J.-L. Sebbah a, G. Dhonneur b,
a Smur 95, centre hospitalier de Gonesse, 25, rue Pierre de Theilley, France 
b Département d’anesthésie et réanimation, CHU Jean-Verdier, avenue du 14-Juillet, 93143 Bondy, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 3
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Nous rapportons une situation de gestion des voies aériennes à haut risque, réalisée en médecine préhospitalière chez un garçon de trois ans victime d’un traumatisme crânien et maxillofacial sévère. Rapidement, l’intubation trachéale était jugée nécessaire par le médecin du Smur du fait de l’état neurologique associé à une détresse ventilatoire liée à une obstruction haute des voies aériennes. Après une induction en séquence rapide, la laryngoscopie se révélait difficile et deux tentatives d’intubation trachéale échouaient. Alors qu’une bradycardie hypoxique s’installait et que la SaO2 n’était plus prenable, un mandrin béquillé pédiatrique était bloqué dans la trachée par une manœuvre rotative et permettait l’intubation trachéale et la réoxygénation. Après avoir été trachéotomisé pour la chirurgie d’hémostase et réparatrice, l’enfant récupérait sans séquelles neurologiques. Dans le cas que nous présentons, la ventilation par le masque facial ou par un masque laryngé aurait été probablement inefficace du fait des plaies ouvertes de la cavité orale et du pharynx. Avant d’injecter la succinylcholine, nous aurions dû anticiper la nécessité de réaliser une oxygénation transtrachéale. Comme la majorité des médecins du Smur n’ont pas l’expérience de l’accès trachéal de sauvetage ventilatoire en pédiatrie, ce cas clinique permet de discuter des limites de l’induction en séquence rapide en cas de traumatisme maxillofacial, incite à redéfinir le contenu de la trousse d’intubation pédiatrique et témoigne une fois de plus de la performance du mandrin béquillé pour accéder à la trachée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

We report the case of high-risk airway management performed in prehospital conditions in a 3-year-old boy suffering from a severe head and maxillofacial trauma. Tracheal intubation was decided because of a comatose status associated with an acute upper airway obstruction resulting in severe hypoxaemia. One minute after a rapid sequence induction, difficult laryngoscopy was encountered. Two tracheal intubation attempts failed. During maintained laryngoscopy, a pediatric angulated Eschmann-like stylet was blindly blocked into the trachea using a rotational maneuver. A tracheal tube was railroaded over the stylet while a hypoxic bradycardia installed. The young child was tracheostomized upon arrival in the hospital, and recovered without neurological complication. In the present case, neither facemask nor laryngeal mask ventilation would have been efficient because of oral cavity jaw and sub-mental pharyngeal open wounds. Since most paediatric emergency medicine physician are not familiar with infraglottic airway techniques, our observation questions the safety of rapid sequence induction in case of severe maxillofacial trauma and reinforces the value of pediatric Eschmann-like stylet. Minimal airway tools equipment for difficult paediatric airway management is discussed.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Mandrin béquillé pédiatrique, Intubation trachéale, Médecine préhospitalière, Eschmann pédiatrique

Keywords : Paediatric Eschmann-like stylet, Tracheal intubation, Emergency prehospital care


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 4

P. 308-310 - avril 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Défaillance cardiaque et neurologique secondaire à une intoxication accidentelle par l’hydrogène sulfuré : à propos d’un cas
  • A. Chaari, M. Bahloul, H. Chelly, M. Sahnoun, M. Bouaziz
| Article suivant Article suivant
  • Médicaments utilisés dans la prise en charge de la prééclampsie. Pharmacologie et risques fœtaux
  • R. Serreau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.