Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le travail des centres maternels auprès de jeunes mères célibataires à haut risque - 15/06/10

Doi : 10.1016/j.evopsy.2010.04.002 
Jaqueline Wendland
Maître de conférences en psychopathologie du nourrisson à l’Université Paris Descartes (Paris V), laboratoire de psychopathologie et processus de santé, et psychothérapeute à l’unité petite enfance et parentalité Vivaldi, service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, hôpital Pitié-Salpêtrière, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant. Unité petite enfance et parentalité Vivaldi, 28, allée Vivaldi, 75012 Paris, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 11
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les mères célibataires représentent environ un quart des familles monoparentales françaises. Parmi celles-ci, les jeunes mères hébergées dans des centres maternels constituent une population à haut risque. Prenant appui sur deux recherches de terrain menées auprès de cette population, ainsi que sur notre expérience de prise en charge en psychothérapie conjointe de ces jeunes mères et leur bébé, nous proposons dans cet article une réflexion à propos du travail complexe réalisé par les centres maternels. Il émerge que le centre maternel, en tant qu’institution, est convié à jouer, d’une part, une fonction maternelle, de contenant, de pare-excitation et de protection à l’égard de la mère en devenir et de son bébé. C’est dans ce cadre protégé et aux repères stables que la mère pourra mettre en jeu ses compétences pour élever son enfant et pour établir avec lui un lien affectif. Il devra aussi intervenir en tant que “ père ”, médiateur de la relation mère-enfant et, pour se faire, interpeller autant que possible le père de l’enfant lui-même. Dans cette ‘fonction paternelle’, l’institution devra projeter la mère et l’enfant vers l’extérieur, en les (ré)inscrivant dans un réseau social et affectif et, en leur permettant d’échapper ainsi aux risques de rechute dans l’isolement ou de répétition des carences multiples vécues par la (les) génération(s) précédente(s).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Single mothers represent about a quarter of French single-parent families. Within the population of single mothers, those who seek shelter in institutions such as maternity homes constitute a high-risk group. Grounded on two field studies with this population, and on our own clinical experience of joint psychotherapy of these mothers and their infant, this paper discusses the complex work realized by maternity homes. It emerges that maternity homes, as institutions, are brought to play, on the one hand, a maternal role that includes the holding, a “protective shield” role against excitation, and the safety of the mother to be and her infant. In this protected and stable environment, the mother will be able to develop her competencies to raise her infant and to build an affective bond with him. On the other hand, maternity homes should also act as a “father”, mediating the mother-infant relationship and, in doing that, they have to engage, as much as possible, the infant’s father himself. In this “paternal role”, the institution should open the mother and her infant to the outside world, (re)integrating them in a social and affective network, and preventing them to relapse into the isolation or the multiple deprivations experienced by the preceding generations.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Mère, Nourrisson, Famille monoparentale, Parentalité, Prévention médicale, Facteur de risque, Fonction paternelle, Interaction précoce, Psychothérapie mère-enfant

Keywords : Mother, Infant, Single-mother, Parenthood, Medical prevention, Risk factor, Maternity homes, Paternal role, Early interaction, Mother-infant psychotherapy


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention: Wendland J. Le travail des centres maternels auprès des jeunes mères célibataires à haut risque. Evol psychiatr 2010 ; 75.


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 2

P. 249-259 - avril 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le corps anorexique comme le lieu d’expression d’une souffrance familiale
  • Isabel Frias, Marie-Lyse Testart, Marie-Noëlle Brigot, Danielle Vanhalst, François Kiebbe, Julian Obadia, Coviaux Benoit, Lucie Brelinski, Christelle Lefetz, Catherine Blond, Pascal Antoine, Jean-Louis Nandrino, Vincent Dodin
| Article suivant Article suivant
  • Psychosomatique de l’eczéma chez l’enfant : une problématique d’indifférenciation au sein du groupe familial
  • Romy Pasteur, Patrice Cuynet, André Mariage

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.