Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Enquête sur l’utilisation du mannitol en réanimation préhospitalière en Île-de-France - 30/07/10

Doi : 10.1016/j.annfar.2004.08.006 
F.X. Duchateau , A. Burnod, C. Chollet, A. Ricard-Hibon, E. Samain, J. Marty
Service d’anesthésie-réanimation-Smur, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, 92110 Clichy, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif. – Évaluer l’emploi actuel du mannitol par les médecins Smur en Île-de-France.

Type d’étude. – Enquête téléphonique, descriptive.

Méthodes. – Trois médecins transporteurs dans chacun des 37 Smur d’Île-de-France ont été contactés par téléphone à des jours différents. Un questionnaire concernant l’utilisation personnelle du mannitol leur était soumis.

Résultats. – Quatre-vingt-seize questionnaires ont été recueillis. Les médecins étaient essentiellement anesthésistes-réanimateurs (9 %) et médecins urgentistes (87 %). Trois services ne disposaient pas de mannitol ; 35 % (n = 34) des personnes interrogées ont déclaré ne jamais avoir utilisé du mannitol et 17 % (n = 16) une seule fois. Quinze pour cent des médecins interrogés (n = 14) ne souhaitaient pas utiliser le mannitol en préhospitalier ; les raisons en étaient l’absence de connaissance de l’efficacité du produit pour cinq d’entre eux, la nécessité d’une imagerie préalable pour sept d’entre eux, ou d’un avis neurochirurgical pour trois d’entre eux. Parmi ceux l’ayant déjà utilisé ou prêts à le faire, les médecins ont déclaré très majoritairement (92 %, n = 57) l’employer chez le traumatisé crânien (TC) avec signes cliniques d’engagement. Enfin, 31 % (n = 30) ont répondu ne pas connaître les doses à administrer, 32 % (n = 31) disposer d’un aide-mémoire immédiatement disponible, et pour ceux qui ont donné une posologie (n = 66), 63 % ont fourni des valeurs compatibles avec les recommandations.

Conclusion. – Les intentions d’utilisation du mannitol par les médecins des Smur d’Île-de-France ne répondent que partiellement aux recommandations pour la pratique clinique pour la prise en charge du TC grave. Des mesures visant à améliorer l’appropriation de ces recommandations par les médecins devraient être favorisées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective. – To evaluate the use of mannitol in prehospital care in Paris area.

Study design. – Survey using telephone interviews.

Methods. – Emergency physicians on duty in the 37 emergency departments in charge of prehospital care in Paris area were called by one investigator. They were asked to answer a questionnaire about their own use of mannitol in the prehospital setting.

Results. – Ninety-six questionnaires were recorded. Physicians were anaesthesiologists (9%) or emergency physicians (87%). In three departments, mannitol was not available in the ambulances. Thirty-five per cent (n = 34) reported no use of mannitol and 17% (n = 16) just once. Fourteen physicians (15%) did not want to use it. The reasons for not using mannitol were lack of knowledge about efficacy for five, need for previous brain imaging for seven or neurosurgeon’s agreement before using mannitol for three. For those who had already used mannitol or were ready to use it, the main indication was increased intracranial pressure with clinical signs of brain herniation after severe brain injury for 92% of physicians. Thirty-one % reported not knowing the dose of mannitol, 33% having a memorandum immediately available and among those who answered the question, 63% gave a value compatible with guidelines.

Conclusion. – A significant percentage of physicians tacking part in the French prehospital care system, do not follow published guidelines on the use of mannitol. Actions improving implementation of those guidelines should be supported.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Traumatisme crânien grave, Mannitol, Préhospitalier

Keywords : Brain injury, Mannitol, Prehospital care


Plan


© 2004  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 23 - N° 9

P. 879-883 - septembre 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Estimation postopératoire de la pression artérielle pulmonaire d'occlusion par étude Doppler, en mode M couleur, du flux transmitral
  • S. Thierry, D. Thébert, E. Brocas, F. Razzaghi, E. Vermes, A. Van de Louw, A. Tenaillon
| Article suivant Article suivant
  • Induction par inhalation
  • N. Nathan, J.E. Bazin, A.M. Cros

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.