Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Chromogranin A assay in clinical practice - 27/08/10

Doi : 10.1016/j.ando.2010.04.004 
M. d’Herbomez a, , b , C. Do Cao c, D. Vezzosi d, F. Borzon-Chasot e, E. Baudin f

et le groupe des tumeurs endocrines (GTE France)

a Département de médecine nucléaire, centre de biologie pathologie, CHRU, 59037 Lille cedex, France 
b Faculté de médecine, université de Lille 2, Lille, France 
c Clinique d’endocrinologie, hôpital Huriez, centre hospitalier de Lille, Lille, France 
d Service d’endocrinologie, hôpital Larrey, 24, chemin de Pouvourville, TSA 30030, 31059 Toulouse cedex 9, France 
e Fédération d’endocrinologie, hôpital neurocardiologique, 59, boulevard Pinel, 69677 Bron cedex, France 
f Institut Gustave-Roussy, 39, rue Camille-Desmoulins, 94805 Villejuif cedex, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Les chromogranines sont une famille de protéines localisées exclusivement dans les granules de sécrétion des cellules endocrines, neuroendocrines et des neurones. La chromogranine A (CgA) en est la principale protéine. La CgA se comporte comme une prohormone qui subit un processus de dégradation par protéolyse donnant naissance à des peptides actifs. Elle possède des fonctions auto, para, endocrine. C’est un marqueur très utilisé en immunohistochimie pour affirmer l’origine endocrine d’une tumeur. En dépit de l’absence de standardisation internationale, du défaut de définition précise des seuils diagnostiques, certains dosages sériques ou plasmatiques de CgA sont fiables. De nombreuses études cliniques ont montré l’intérêt du dosage de la CgA circulante dans l’approche diagnostique et pronostique des tumeurs neuroendocrines. Ce marqueur général présente majoritairement des concentrations sériques proportionnelles au volume tumoral. L’interprétation des taux de CgA tiendra des capacités sécrétoires propres aux différents types de tumeurs endocrines variables selon leur niveau de différenciation cellulaire et leur siège anatomique. Seront aussi à considérer les éventuelles sécrétions hormonales associées, l’existence d’une insuffisance rénale et/ou d’une hypergastrinémie. De nouvelles applications cliniques du dosage de CgA apparaissent dans l’évaluation du stress en réanimation et aussi dans l’appréciation du risque cardiovasculaire ainsi que de nouveaux dosages de peptides actifs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Chromogranins belong to the family of secretory chromogranin and secretogranin proteins. They are found in secretory vesicles throughout the neuroendocrine system. Chromogranin A (CgA) is the main component. CgA acts as a prohormone submitted to processes of degradation through which active peptides are generated. CgA has auto, para and endocrine functions. It is widely used as an immunohistochemical marker. Despite the lack of international standardization, and the lack of an accurate definition of the diagnostic cut-off levels, some CgA assays are reliable. Numerous studies have suggested that CgA determination may be of interest for the diagnosis and the follow-up of various endocrine tumors. Plasma levels of this general marker are proportional to tumor mass. The localization of the primitive tumor, the presence of associated hormonal secretions and possible renal failure and/or hypergastrinemia must be taken into consideration for proper interpretation of CgA levels. New clinical indications are emerging for the evaluation of stress in intensive care units and the assessment of cardiovascular risk. New assays estimating the concentration of active peptides are under development.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tumeurs neuroendocrines, Chromogranine A, Dosage

Keywords : Neuroendocrine tumors, Chromogranin A, Assay

Abbreviations : NET, Cg, CgA, CgB, CEA, NSE, PSA, ACTH, 5HIAA, VIP, PP, SMS, IMA, MEN, MN, PPI, CRP, CT, AA


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 71 - N° 4

P. 274-280 - septembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le syndrome de Cowden ou syndrome des hamartomes multiples en endocrinologie clinique
  • M. Sardinoux, I. Raingeard, D. Bessis, I. Coupier, E. Renard, J. Bringer
| Article suivant Article suivant
  • The interleukin-1 family gene polymorphisms and Graves’ disease
  • O. Khalilzadeh, M. Anvari, A. Esteghamati, F. Momen-Heravi, M. Mahmoudi, A. Rashidi, H.M. Amiri, M. Ranjbar, S. Tabataba-Vakili, A. Amirzargar

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.