Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Maladie de Parkinson : de la physiopathologie des troubles psychiques à la maîtrise du traitement dopaminergique - 24/09/10

Doi : 10.1016/j.neurol.2010.07.006 
S. Thobois a, C. Ardouin b, E. Schmitt b, E. Lhommée b, H. Klinger a, J. Xie a, C. Lagrange b, A. Kistner b, M. Aya Kombo b, V. Fleury b, A. Poisson a, V. Fraix b, E. Broussolle a, P. Pollak b, P. Krack b,
a Service de neurologie C, université Lyon-I, hospices civils, hôpital neurologique Pierre-Wertheimer, 69500 Bron, France 
b Université Joseph-Fourier, UM des troubles du mouvement, clinique universitaire de neurologie, pavillon de neurologie, CHU de Grenoble, 38043 Grenoble cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les troubles psychiques de la maladie de Parkinson peuvent être classés dans deux catégories opposées : hypodopaminergiques s’ils sont liés à la dénervation dopaminergique et hyperdopaminergiques s’ils sont en rapport avec le traitement dopaminergique.

État des connaissances

L’apathie est le trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie de Parkinson. Elle fait partie d’un syndrome comportemental hypodopaminergique plus large comprenant, par ailleurs, l’anxiété et la dépression. La stimulation subthalamique, autorisant un sevrage en traitement dopaminergique à un stade avancé de la maladie de Parkinson, constitue un modèle d’étude de certains signes non moteurs dopa-sensibles. Les fluctuations non motrices qui sont essentiellement des fluctuations de l’état psychique traduisent une dénervation mésolimbique mise en évidence en tomographie par émission de positons, la sensibilisation du système mésolimbique dénervé expliquant les troubles comportementaux hyperdopaminergiques. Les signes psychiques liés à la dénervation mésolimbique déterminent la qualité de vie plus que les signes moteurs liés à la dénervation nigrostriatale.

Perspectives et conclusions

Ces constatations nous amènent à proposer une nouvelle prise en charge de la maladie en soulignant : (1) l’importance du suivi neuropsychologique pour détecter les signes psychiques hypodopaminergiques appartenant à la maladie et les signes hyperdopaminergiques comportementaux liés au traitement et (2) en redéfinissant le rôle respectif des agonistes dopaminergiques et de la L-dopa dans la prise en charge des signes non moteurs et moteurs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

Behavioral changes in Parkinson’s disease are complex and their pathophysiology is not yet fully understood. The dopaminergic system seems to play a major role and most of the behavioral disorders in Parkinson’s disease can be classified into either hypodopaminergic if related to the disease itself or hyperdopaminergic if related to dopaminergic treatment.

State of the art

Subthalamic stimulation, which enables withdrawal of dopaminergic medication at an advanced stage in the disease, provides a model for the study of certain nonmotor, dopamine-sensitive symptoms. Such a study has shown that apathy, which is the most frequent behavioral problem in Parkinson’s disease, is part of a much broader hypodopaminergic behavioral syndrome which also includes anxiety and depression. Nonmotor fluctuations – essentially fluctuations in the patient’s psychological state – are an expression of mesolimbic denervation, as shown in positron emission tomography. Drug-induced sensitization of the denervated mesolimbic system accounts for hyperdopaminergic behavioral problems that encompass impulse control disorders that can be alternatively classified as behavioral addictions. The association of impulse control disorders and addiction to the dopaminergic medication has been called dopamine dysregulation syndrome. While L-dopa is the most effective treatment for motor symptoms, dopamine agonists are more effective in improving the nonmotor levodopa-sensitive symptoms. On the other hand, L-dopa induces more motor complications and dopamine agonist more behavioral side effects. There is increasing data and awareness that patients’ quality of life appears to be dictated by hypo- and hyperdopaminergic psychological symptoms stemming from mesolimbic denervation and dopaminergic treatment rather than by motor symptoms and motor complications related to nigrostriatal denervation and dopaminergic treatment.

Perspectives

Better management requires knowledge of the clinical syndromes of hyper- and hypodopaminergic behaviors and nonmotor fluctuations, a better understanding of their underlying mechanisms and the development of new evaluation tools for these nonmotor symptoms.

Conclusions

The neurologist who strives to gain mastery of dopaminergic treatment needs to fine tune the dosage of levodopa and dopamine agonists on an individual basis, depending on the presence of motor and nonmotor signs respectively.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie de Parkinson, Dopamine, Comportement, Apathie, Dépression, Anxiété, Syndrome de dysrégulation de la dopamine

Keywords : Parkinson’s disease, Dopamine, Behavior, Apathy, Depression, Anxiety, Dopamine dysregulation syndrome


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 166 - N° 10

P. 816-821 - octobre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quelles pistes pharmacologiques non-dopaminergiques pour le traitement de la maladie de Parkinson ?
  • P. Derkinderen
| Article suivant Article suivant
  • La maladie de Parkinson idiopathique : une maladie métabolique ?
  • I. Rieu, Y. Boirie, B. Morio, P. Derost, M. Ulla, A. Marques, B. Debilly, S. Bannier, F. Durif

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.