Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Anesthésie locorégionale chez une femme enceinte atteinte de neuropathie tomaculaire asymptomatique - 11/10/10

Doi : 10.1016/j.annfar.2004.08.004 
S. Berdai, D. Benhamou

l’équipe SOS-ALR1

  Y. Auroy, H. Bouaziz, C. Ecoffey, F. Mercier, P. Narchi, K. Samii (www.alrf.asso.fr).

Département d’anesthésie–réanimation, hôpital de Bicêtre, 78, rue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin–Bicêtre, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 4
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La neuropathie tomaculaire est une affection rare mais dont l’incidence est probablement sous-estimée, caractérisée par des altérations des nerfs périphériques et résultant en une neuropathie sensorielle devient cliniquement parlante en cas de compression nerveuse ou de microtraumatisme (paralysie de pression). En dépit de la reconnaissance de cette pathologie comme une entité à part entière, la gestion de l’anesthésie de ces patients est peu documentée. C’est encore plus vrai lorsqu’on s’adresse à la grossesse et l’analgésie locorégionale lors de l’accouchement. Nous présentons le cas d’une patiente avec neuropathie tomaculaire suivie lors de deux accouchements consécutifs dans le même établissement hospitalier et ayant bénéficié de conseils de prise en charge par l’équipe SOS-ALR. Lors de la première grossesse, la patiente bénéficiait d’une péridurale mais une césarienne était réalisée pour dystocie mécanique (bupivacaïne 0,0625 % et sufentanil 0,2 μg/ml pour le travail puis lidocaïne 2 % adrénalinée pour la césarienne). Deux ans plus tard, la même patiente était revenue en consultation préanesthésique lors d’une deuxième grossesse et une césarienne programmée était pratiquée sous rachianesthésie (bupivacaïne et sufentanil). Les deux accouchements se déroulaient dans des conditions normales sans séquelle neurologique en post-partum.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Tomaculous neuropathy (or hereditary neuropathy with liability to pressure palsy [HNLPP]) is a rare and hereditary disease which incidence has probably been undersestimated. It is characterised by demyelination resulting in numbness and weakness after nerve pressure, injury or stretch. Despite a well-documented genetic pathophysiologic mechanism, implications for anaesthesia in patients with HNLPP are only speculative and the use of regional anaesthesia is debatable. We report here the case of a patient with HNLPP who was followed during two consecutive pregnancies in the same hospital and for whom an expert of the SOS-RA hotline service was consulted before each delivery. For the first delivery, epidural analgesia was performed for labour pain control but a caesarean section was necessary because of failure to progress (0.0625% bupivacaine with 0,2 μg/ml sufentanil for labour then 2% lidocaine with adrenaline for surgery). Two years later, the patient was again seen for a preanaesthetic visit because elective Caesarean section was planned. Spinal anaesthesia using hyperbaric bupivacaine and sufentanil was used. Both deliveries were uneventful and there were no neurologic complaints in the postpartum periods.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pathologie neurologique : neuropathie tomaculaire, paralysie de pression, Anesthésie locorégionale : péridurale, rachianesthésie, Obstétrique : grossesse, césarienne

Keywords : Neurologic disease: hereditary neuropathy with liability to pressure palsy, tomaculous neuropathy, Regional anaesthesia: epidural anaesthesia, spinal anaesthesia, Obstetrics: pregnancy, Caesarean section


Plan


© 2004  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 23 - N° 10

P. 1011-1014 - octobre 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Acidose lactique majeure secondaire à une intoxication volontaire par valproate
  • D. Blayac, A. Roch, P. Michelet, E. De Francheschi, J.-P. Auffray
| Article suivant Article suivant
  • Images in obstetric anesthesia: giant cystoadenofibroma in a healthy parturient
  • K.M. Kuczkowski

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.