Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

En France, la prévention de la transmission verticale de l’hépatite B est à améliorer ! À propos d’une enquête en Picardie - 11/10/10

Doi : 10.1016/j.jgyn.2010.05.009 
A. Braillon a, , b , A. Lerat a, J. Lansac c, G. Dubois a
a Service de santé publique, CHU d’Amiens, 1, place Victor-Pauchet, 80054 Amiens cedex 1, France 
b Réseau hépato-Picardie, 1, place Victor-Pauchet, 80000 Amiens, France 
c Collège national des gynécologues-obstétriciens français, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Une enquête a été menée auprès des gynécologues-obstétriciens (GO) et des sages-femmes (SF) des maternités publiques et privées de Picardie en 2008.

But

Décrire les pratiques de prévention de la transmission verticale de l’hépatite B au cours de la grossesse et de l’accouchement.

Matériel et méthodes

Les questionnaires ont été distribués par les SF cadres de santé. Des protocoles de soins ont été demandés.

Résultats

Soixante-seize GO et 210 SF (66 et 79 %, respectivement) ont répondu. Quatre-vingt-deux pour cent des GO et 80 % des SF déclarent doser systématiquement l’Ag HBs quand la mère est vaccinée contre l’hépatite B ; 86 % des GO et 91 % des SF dosent en urgence l’Ag HBs quand il est absent à l’accouchement. Huit des neuf protocoles transmis sont non conformes aux recommandations, peu pratiques ; un seul est conforme. Le suivi du nouveau-né (NN) n’apparaît pas organisé.

Conclusion

Des actions d’amélioration spécifiques doivent être mises en place au niveau local (formations des équipes, aide à la rédaction de protocole) sur une base pluridisciplinaire/pluriprofessionnelle. Une action nationale d’ampleur, de type conférence de consensus, apparaît nécessaire d’autant que pour la simple politique vaccinale la France est là encore dans une situation tristement exceptionnelle.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

We aimed to study the conditions of practice and professionals’ experiences for vertical transmission of hepatitis B virus infection.

Material and methods

We sent a questionnaire survey to obstetricians and midwifes of all the 18 maternity clinics of the region (22,000 deliveries per year), both public and private. We also collected the protocols.

Results

Mean response rate was 66% for obstetricians and 79% for midwifes. When the mother is vaccinated against hepatitis B virus, 82% of obstetricians and 80% of midwifes performed the HBsAg screening. When the HBsAg screening is not available at delivery, the emergency dosage is performed by 86% of obstetricians et 91% of midwifes. Eight out of nine protocols were not in agreement with the guidelines and were poorly convenient; only one was pertinent. Discharges instructions for follow-up must be improved.

Conclusion

Improvement programs must be implemented in the clinics (teaching sessions and assistance in preparing protocols) on a multidisciplinary basis. A national mobilisation, such as a consensus conference, is needed because even hepatitis B vaccination in France is poorly implemented.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hépatite B, Sérovaccination, Santé publique, Grossesse

Keywords : Hepatitis B vaccination, Hepatitis B Ig, Public health, Perinatal


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 6

P. 478-483 - octobre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Procidence du cordon : prise en charge obstétricale et conséquences néonatales
  • S. Alouini, L. Mesnard, P. Megier, B. Lemaire, S. Coly, A. Desroches
| Article suivant Article suivant
  • Évolution et complications thromboemboliques de la myocardiopathie idiopathique du péripartum au CHU de Dakar : étude prospective à propos de 33 cas
  • Ad. Kane, M. Mbaye, M.B. Ndiaye, M. Diao, P.-M. Moreira, C. Mboup, I.B. Diop, M. Sarr, A. Kane, J.-C. Moreau, S.A. Ba

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.