Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Réalité de la reprise de poids après bypass gastrique (367) - 19/10/10

Doi : 10.1016/S1878-786X(10)70070-X 
G. Becouarn 1, , R. Caiazzo 2, Ph. Topart 1, P. Ritz 3
1 Société de Chirurgie Viscérale, Clinique de l’Anjou, 49000 Angers, France 
2 Service de Chirurgie Digestive, CHU, 59000 Lille, France 
3 Unités de Nutrition Clinique, CHU Larrey, 31059 Toulouse, France 

Correspondence.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 1
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le bypass gastrique est une technique validée de perte de poids durable chez les patients avec un IMC > 35-40kg/m2. La reprise pondérale 18-24 mois après un bypass gastrique pose plusieurs problèmes : i) compte-tenu de l’intensité de la perte de poids (environ 66 % de l’excès pondéral initial) la reprise de quelques kg doit-elle être considérée comme un échec remettant en cause les autres bénéfices ? (métaboliques, réduction de la mortalité et du nombre de cancers) ; ii) doit-on considérer certains patients comme à risque de reprise de façon à intervenir plus tôt sur le comportement ou le montage chirurgical ?

Méthode

Pour évaluer la réalité et les déterminants de cette reprise pondérale nous avons analysé les données disponibles de la cohorte des 1000 patients opérés à Lille et Angers et extrait les données des patients avec des dossiers complets à 2 ans (n=358) et appliqué des critères « médicaux » de reprise de poids. En effet, une stabilité pondérale est considérée après une stratégie non chirurgicale de perte de poids, quand la reprise éventuelle de poids ne dépasse pas 5 % de poids perdu. La reprise de poids a été jugée entre 12 et 24 mois. Les données initiales et le changement de poids précoce (entre 0 et 1 mois) et à 12 mois ont été comparés entre les patients au poids stable (reprise < 5 % du poids perdu à 12 mois) et ceux qui reprenaient du poids (reprise > 5 % du poids perdu)

Résultats

En moyenne les 358 patients ont continué à perdre du poids entre 12 et 24 mois (2,6 % de poids perdu en plus à 24 mois qu’à 12 mois). La perte de poids entre 12 et 24 mois n’était pas influencée par le sexe, la catégorie de l’IMC de départ (< ou > 50 kg/m2), la perte de poids initiale, ou l’équipe chirurgicale (Lille ou Angers). Plus la perte de poids est importante entre 0 et 12 mois, et plus la perte de poids continue entre 12 et 24 mois (p=0,008). Entre 12 et 24 mois, 108 patients ont repris plus de 5 % du poids perdu. Ils ne diffèrent pas des autres par l’âge, le sexe, le poids ou l’IMC de départ, l’excès de poids initial, ou la perte de poids initiale (0 à 1 mois). Ces patients ont perdu moins de poids à 12 mois (38 ± 13kg) que les autres (42 ± 14kg ; p=0,001). Les 108 patients ont regagné en moyenne 17,7 ± 17,4 % du poids perdu, alors que les 250 autres ont perdu 11,3 ± 17,4 % de plus.

Conclusion

En conclusion, un tiers environ des patients avec un bypass gastrique reprennent plus de 5 % du poids perdu à 12 mois. Ces patients ne diffèrent pas de ceux qui vont continuer à perdre entre 12 et 24 mois, sauf par le fait que leur perte de poids est un peu moins intense à 12 mois. Cela suggère que la perte de poids a commencé à s’infléchir tôt après la chirurgie et que la perte de poids initiale n’est pas un frein à une perte de poids ultérieure. Compte tenu de l’importance de la perte de poids à 12 mois, une reprise de 5 % (soit environ 8 kg) du poids perdu apparaît comme un critère assez conservateur. La traduction de cette reprise pondérale en « perte des avantages acquis (métaboliques…) » doit être évaluée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 147 - N° 4S1

P. 32 - septembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude rétrospective comparent le bypass gastrique par laparoscopie en première intension et le bypass gastrique après gastroplastie (366)
  • G. Bernard C, M. Bazi, B. Cadiere, G. Dapri
| Article suivant Article suivant
  • L’œsophagectomie cœlio-assistée pour cancer permet-elle de diminuer les complications pulmonaires ? Résultats d’une étude prospective cas-témoin (368)
  • N. Briez, G. Piessen, J.-P. Triboulet, C. Mariette

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.