Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Résultats des tests cutanés dans l’exploration des toxidermies - 16/11/10

Doi : 10.1016/j.annder.2010.09.008 
A.-C. Bursztejn a, , A.-C. Rat b, P. Tréchot c, J.-F. Cuny a, J.-L. Schmutz a, A. Barbaud a
a Service de dermatologie, hôpital Fournier, 36, quai-de-la-Bataille, 54000 Nancy, France 
b Service d’épidémiologie et d’évaluation cliniques, hôpital Marin, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 54000 Nancy, France 
c Service de pharmacovigilance, hôpital central, 29, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 54000 Nancy, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Des tests allergologiques cutanés peuvent être réalisés pour explorer une suspicion de toxidermie médicamenteuse. Leur sensibilité semble varier selon les médicaments et les types de toxidermie ; il n’existe pas de stratégie d’exploration clairement fixée. Nous avons cherché à déterminer la fréquence de positivité des tests en fonction de la classe médicamenteuse incriminée et de la nature de l’accident attribué au médicament. Un objectif secondaire était d’étudier les réponses à diverses dilutions des substances testées.

Patients et méthodes

Ont été présélectionnés rétrospectivement pour cette étude tous les dossiers de patients chez qui une suspicion de toxidermie avait été explorée dans notre centre, à la fois par des patch-tests (PT), des prick-tests (pt) et des intradermoréactions (IDR). Les médicaments incriminés et une liste préétablie de molécules de la même famille étaient systématiquement testés. Les dossiers correspondant à des cas de syndrome de Lyell, d’érythème pigmenté fixe, de photosensibilité et de DRESS syndrome (drug eruption with eosinophilia and systemic symptoms) ont été écartés. Les toxidermies étaient réparties en deux groupes : groupe U (urticaire/angiœdème) et groupe E (exanthèmes, érythrodermies, toxidermies eczématiformes).

Résultats

Quatre cent vingt-neuf cas de suspicion de toxidermie ont été examinés chez 319 patients ; 200 cas appartenaient au groupe U et 229 au groupe E. Au total, 61,8 % ont eu au moins un test positif dans la classe médicamenteuse suspectée : 67,5 % dans le groupe U et 56,8 % dans le groupe E. Dans le groupe U, les PT étaient positifs dans 14 % des cas pour les bêtalactamines (BL), 17 % pour les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et 6 % pour les produits de contraste iodés (PCI) ; dans le groupe E, ces chiffres étaient respectivement de 12 % pour les BL, 9 % pour les AINS et 2 % pour les PCI. Les pt étaient positifs dans le groupe U chez 73 % des cas explorés pour les BL, 40 % pour les AINS et 40 % pour les PCI ; dans le groupe E, ces chiffres étaient respectivement de 51 % pour les BL, 32 % pour les AINS et 35 % pour les PCI. Les IDR étaient positives dans 13 % des cas du groupe U pour les BL, 10 % pour les AINS et 40 % pour les PCI ; dans le groupe E, ces chiffres étaient respectivement de 14 % pour les BL, 7 % pour les AINS et 40 % pour les PCI. Dans le groupe U, l’utilisation d’une solution diluée donnait des résultats positifs dans 50 % des pt et 48 % des IDR ; ces chiffres étaient respectivement de 3 % et 63 % dans le groupe E.

Les limites principales de cette étude tiennent à son caractère rétrospectif et à l’absence d’évaluation de la spécificité et de la pertinence des tests positifs.

Conclusion

Chez les sujets ayant eu une toxidermie à type d’urticaire/angiœdème, d’exanthème, d’érythrodermie ou d’eczéma, la fréquence des tests cutanés positifs est élevée en général et pour chacune des grandes catégories médicamenteuses étudiées (BL, AINS, PCI). Les pt dilués ont une certaine sensibilité et pourraient être utiles dans l’exploration des urticaires et angiœdèmes, de même que les IDR diluées dans les divers types de réactions. Une meilleure standardisation des pratiques (y compris les dilutions) et de la lecture des tests apparaît souhaitable, pour mieux évaluer la spécificité et la pertinence des résultats des tests en cas de toxidermie médicamenteuse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Skin tests are often used to explore adverse drug reactions. The sensitivity of skin tests appears to vary according to the drugs tested and the type of adverse reaction in question. There is no clear strategy to explore drug adverse reactions. The aim of this study was to determine the frequency of positive results for the different skin tests according to therapeutic class tested and type of adverse reaction. The secondary objective was to study response to the test drugs at different dilutions.

Patients and methods

We retrospectively selected all patients presenting a suspected adverse drug reaction investigated in our clinic by patch test (PT), prick test (pt) and intradermal test (IDT). The suspected drugs and a pre-established list of substances from the same therapeutic family were systematically tested. Medical records from patients with Lyell syndrome, fixed drug eruption, photosensitivity and Drug Eruption with Eosinophilia and Systemic Symptoms (DRESS) syndrome were excluded. Adverse drug reactions were divided into two groups: the U group (urticaria or angioedema) and the E group (maculopapular-rash, erythroderma and generalized eczema).

Results

Four hundred and twenty-nine adverse drug reactions in 319 patients were assessed: 200 in the U group and 229 in the E group. In total, 61.8% presented at least one positive test for the suspected therapeutic class: 67.5% in the U group and 56.8% in the E group. In the U group, patch tests were positive in 14% of cases for betalactams, 17% for NSAIDs and 6% for radio-contrast media (RCM); in the E group, PT were positive in 12% of cases for betalactams, 9% for NSAIDs and 2% for RCM. Prick-tests were positive in the U group in 73% of the betalactams explored, 40% for the NSAIDs and 40% for the RCM; in the E group, pt were positive in 51% for betalactams, 32 for NSAIDs and 35% for RCM. IDT were positive in the U group in 13% for betalactams, 10% for NSAIDs and 40% for RCM; in the E group, IDT were positive in 14% for betalactams, 7% for NSAIDs and 40% for RCM. In the U group, pt were positive in 50% of cases with a diluted aliquot and in 48% of cases for IDT; in the E group pt were positive in 3% of cases with a diluted aliquot and in 63% of cases for IDT.

The main limitations of this study are due to its retrospective nature and to the absence of evaluation of the specificity and relevance of the positive tests.

Conclusion

In patients presenting adverse drug reactions such as urticaria, angioedema, maculopapular rash, erythroderma and generalized eczema, the frequency of positive tests is high in general and for each therapeutic class (betalactams, NSAIDs, RCM). Diluted aliquots for pt remained sensitive and could be useful in exploring urticaria or angioedema, in the same way as diluted aliquots for IDT in both types of reaction. Better standardization of test procedures (including diluted aliquots) and of result reading would improve evaluation of the specificity and relevance of skin tests in adverse drug reactions.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Toxidermie, Patch-test, Prick-test, Intradermo-réaction, Dilution

Keywords : Adverse drug reaction, Patch test, Prick test, Intradermal test, Dilution


Plan


© 2010  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 137 - N° 11

P. 688-694 - novembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Consultation spécialisée de dermatologie professionnelle : bilan de cinq ans d’activité. Place de l’atopie
  • N. Garçon-Michel, M. Paul, B. Loddé, A.-M. Roguedas-Contios, L. Misery
| Article suivant Article suivant
  • Manifestations buccales du psoriasis
  • R. Tomb, H. Hajj, E. Nehme

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.