Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mesure de la pression intraorbitaire avant, pendant et après décompression orbitaire osseuse dans l’orbitopathie dysthyroïdienne - 23/11/10

Doi : 10.1016/j.jfo.2010.08.004 
A. Berthout a, b, , C. Vignal a, P.V. Jacomet a, O. Galatoire a, S. Morax a
a Service d’ophtalmologie et de chirurgie orbitopalpébrolacrymale, fondation ophtalmologique Rothschild, 25-29, rue Manin, 75019 Paris, France 
b Service d’ophtalmologie, clinique ophtalmologique Saint-Victor, 354, boulevard de Beauvillé, 80054 Amiens cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Dans l’orbitopathie dysthyroïdienne (OT), l’augmentation volumétrique des muscles oculomoteurs et de la graisse orbitaire aboutit à une exophtalmie et à une augmentation de la pression intraorbitaire. Cette élévation de pression serait incriminée dans l’apparition d’une neuropathie optique compressive (NOC). Afin d’objectiver au mieux cette élévation de pression et ses variations accompagnant la décompression orbitaire, des mesures systématiques ont été réalisées en peropératoire de toute décompression orbitaire pour OT.

Matériel et méthode

Il s’agit d’une étude prospective portant sur 20 yeux (12 patients) présentant une OT pour laquelle une décompression orbitaire a été décidée. Pour cinq yeux, l’indication opératoire a été portée en raison d’une NOC, pour les 15 autres, il s’agissait d’une indication d’ordre esthétique. Sous anesthésie générale, avant toute incision, un capteur de pression (capteur de pression intracrânienne parenchymateuse Codman®) a été implanté par voie transcutanée dans le cadrant orbitaire temporal inférieur. Des mesures ont été réalisées avant incision, après décompression de chaque paroi et en fin d’intervention. La pression maximale durant l’intervention a été relevée.

Résultats

La pression intraorbitaire avant tout geste chirurgical était de 14,05mmHg±9,19 pour une valeur normale estimée dans la littérature à 4mmHg±1,5 (différence statistiquement significative p<0,0001). Dans le groupe présentant une NOC, la pression préopératoire s’élevait à 26,8mmHg±7,85 contre 9,8mmHg±4,2 dans le groupe sans NOC : la pression était significativement plus élevée dans le groupe avec NOC (p<0,0001). Après décompression (un à trois parois selon l’importance de l’exophtalmie), la pression était mesurée à 4,3mmHg±2,53 pour l’ensemble de la série soit 6,4mmHg±2,07 dans le groupe avec NOC contre 3,6mmHg±2,32 dans le groupe sans NOC (p<0,05). La diminution globale de pression induite par la chirurgie était de 9,75mmHg±7,55, elle était significativement plus importante pour le groupe avec NOC : diminution de 20,4mmHg contre 6,2mmHg pour le groupe sans NOC (p<0,001). La diminution pressionnelle était plus importante après effondrement de la première paroi (plancher) qu’après effondrement des suivantes et ce, quel que soit le groupe (p<0,001). La pression maximale observée durant l’intervention était mesurée à 78,3mmHg±23,47 sans qu’aucune modification pupillaire ne soit retrouvée.

Discussion

Cette étude montre que la pression intraorbitaire est augmentée dans l’OT et davantage dans les formes graves avec NOC. La décompression orbitaire comme son nom l’indique permet une « décompression » et un retour à une situation pressionnelle proche de la normale. La NOC ne résulte donc pas seulement de la compression directe des muscles oculomoteurs sur le nerf optique mais aussi d’une élévation globale du niveau de pression au sein de la cavité orbitaire.

Conclusion

La pression intraorbitaire est élevée dans l’OT. Elle participe à l’apparition de la NOC. La décompression orbitaire permet une diminution significative du niveau pressionnel.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

In Graves’ orbitopathy, the volumetric increase of the oculomotor muscles and orbital fat leads to exophthalmia and a rise in orbital pressure. This rise in pressure may be implicated in the appearance of a compressive optic neuropathy. To investigate this increase in pressure and its variations accompanying surgical decompression, systematic measurements were taken before, during, and after every case of orbital decompression in Graves’ disease.

Results

The intraorbital pressure before the surgical procedure was 14.05mmHg±9.19 for a normal value estimated in the literature at 4mmHg±1.5 (statistically significant difference, P<0.0001). In the group presenting a compressive optic neuropathy (NO), the preoperative pressure was 26.8mmHg±7.85 versus 9.8mmHg±4.2 in the group without NO: the pressure was significantly higher in the group with NO (P<0.001). After orbital decompression (one to three walls depending on the severity of the exophthalmia), the pressure was measured at 4.3mmHg±2.53 for the entire series: 6.4mmHg±2.07 in the group with NO versus 3.6mmHg±2.32 in the group without NO (significant difference, P<0.05). The total decrease in pressure induced by the surgery was 9.75mmHg±7.55 and was significantly greater for the group with NO: reduction of 20.4mmHg versus 6.2mmHg for the group without NO (P<0.001). The reduction in pressure was greater after collapse of the first wall (floor) than after collapse of following walls for all groups (P<0.001). The maximum pressure observed during the intervention (caused by the instruments) was measured at 78.3mmHg±23.47 without pupillary changes.

Discussion

This study shows that the intraorbital pressure is increased in Graves’ orbitopathy and more in serious forms with compressive optic neuropathy. Orbital decompression, as its name indicates, provides decompression and a return to a near-normal orbital pressure situation. Compressive optic neuropathy does not result only from the direct compression of the oculomotor muscles on the optic nerve, but also from an overall rise in the pressure level within the orbital cavity.

Conclusion

Intraorbital pressure is increased in Graves’ orbitopathy, participating in the appearance of compressive optic neuropathy. Orbital decompression provides a significant reduction in intraorbital pressure.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pression intraorbitaire, Orbitopathie dysthyroïdienne, Neuropathie optique compressive

Keywords : Intraorbital pressure, Graves’ orbitopathy, Compressive optic neuropathy


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 9

P. 623-629 - novembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Manifestations ophtalmologiques de la maladie de Morquio
  • J. Couprie, P. Denis, N. Guffon, N. Reynes, H. Masset, F. Beby
| Article suivant Article suivant
  • Injections sous-conjonctivales de bévacizumab dans le traitement de la néovascularisation cornéenne
  • J. Gueudry, F. Richez, B. Tougeron-Brousseau, O. Genevois, M. Muraine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.