Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

O035 - Tolérance et efficacité d’une boisson glucidique ingérée deux heures avant une endoscopie haute sous anesthésie générale - 07/12/10

Doi : NUCLI-12-2010-24-S1-0985-0562-101019-201005475 

A Parzy [1],

C Poignavant [1],

R Masson [1],

M Musikas [1],

A-L Bignon [1],

E Vastel [1],

C Joubert [1],

M-A* Piquet [1]

Voir les affiliations

Résumé

Introduction et But de l’étude. – Bien qu’il y ait des recommandations autorisant les liquides clairs jusqu’à 2 h avant une anesthésie générale (AG), le jeûne strict reste l’attitude de routine en raison de la crainte d’une inhalation. Pourtant, des études en chirurgie ont montré l’intérêt d’une boisson glucidique préopératoire sur le confort des patients. Le but de l’étude était d’évaluer chez des patients adressés pour une endoscopie haute, l’effet d’une boisson glucidique préanesthésique sur le confort pré et postopératoire et le volume résiduel gastrique.

Matériel et Méthodes. – Étude prospective, randomisée comparant, chez des patients programmés pour une endoscopie sous AG, un groupe boisson (200 ml de jus de fruit sans pulpe ± 200 ml de café ou thé, 2 à 4 h avant l’induction) et groupe à jeun (depuis minuit). La randomisation était stratifiée sur le type d’endoscopie. Les patients ayant des troubles ioniques, hémodynamiques ou diabétiques étaient exclus. Deux heures avant l’AG (H-2), juste avant (H0) et 4 h après (H+4), l’anxiété, la soif, la faim, la nervosité, la fatigue, les nausées étaient évaluées par échelle visuelle analogique (EVA cotée de 0 à 10) et la force musculaire par dynamométrie. L’endoscopiste, ignorant le groupe de randomisation, évaluait la qualité de l’examen (par EVA) et aspirait le résidu gastrique. Les variables quantitatives, exprimées en moyenne ± écart-type, ont été comparées par un test t de Student et les variables qualitatives par un test du Chi2

Résultats. – Sur 154 patients éligibles, 39 ont refusé de participer, 6 ont été exclus. Donc 109 patients ont été randomisés, 52 dans le groupe boisson et 57 dans le groupe à jeun. L’examen était une gastroscopie avec ligatures de varices dans 34 % des cas, gastroscopie avec coloscopie 47 %, et cholangiographie rétrograde 19 %. Il n’y avait pas de différence entre les 2 groupes concernant l’âge, le sexe, la présence d’une cirrhose, ni l’indication de l’endoscopie (NS). La durée médiane du jeûne était de 16 h 34 dans le groupe à jeun versus 3 h 30 dans le groupe boisson. Il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant les échelles d’anxiété, faim, nervosité, fatigue ou nausées à aucun des temps (p = NS). Une tendance à la réduction de la soif pendant l’attente pré anesthésique était observée dans le groupe boisson versus à jeun (deltaEVA entre H0 et H-2 : – 12 vs – 3 ; p = 0,056). Il n’existait pas de différence de la force musculaire mesurée par dynamométrie entre les 2 groupes avant ni après l’AG (p = 0,87), et aucune différence pour les EVA qualité de l’examen endoscopique, stase gastrique et visibilité de la muqueuse. Le volume gastrique résiduel était identique (5 ± 4 ml dans le groupe boisson vs 6 ± 4 ml à jeun ; NS). Le pH était de 2,5 ± 2 dans le groupe boisson vs 3,4 ± 2,7 dans le groupe à jeun (p = 0,07). Aucune inhalation n’a été observée et 1 patient de chaque groupe a vomis.

Conclusion. – L’ingestion d’une boisson glucidique 2 à 4 h avant l’AG ne modifie pas le résidu gastrique ni la qualité de l’endoscopie. Le faible volume résiduel gastrique montre que la crainte de l’inhalation n’est pas justifiée.


Plan



© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° S1

P. 38-39 - décembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • O034 - Réinstillation intestinale du chyme à domicile : pour quels patients ?
  • F* Buchoul, D Picot, AM Besseiche, L Turbel, F Trivin, L Garin
| Article suivant Article suivant
  • O036 - Influence de la leucine sur le métabolisme protéique et la prolifération cellulaire intestinale chez l’homme : rôle de la voie PI-3 kinase/Akt/GSK-3
  • M* Coëffier, S Claeyssens, M Bensifi, S Lecleire, B Maurer, N Boukhettala, N Donnadieu, A Lavoinne, A-F Cailleux, P Déchelotte

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.