Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P011 - Apports en macronutriments avant et après bypass gastrique pour obésité morbide - 07/12/10

Doi : NUCLI-12-2010-24-S1-0985-0562-101019-201005507 

V Giusti [1],

G* Cesarino [1]

Voir les affiliations

Résumé

Introduction et But de l’étude. – L’augmentation de la prévalence et de la sévérité de l’obésité, les échecs des traitements conservateurs et la demande grandissante d’une solution efficace sur le long terme ont donné à la chirurgie un rôle de plus en plus important dans la prise en charge de l’obésité. Le bypass gastrique, considéré comme la méthode de référence en chirurgie bariatrique, a montré d’excellents résultats sur l’évolution pondérale à moyen et à long terme. Cependant, il engendre très souvent des carences nutritionnelles. L’objectif de cette étude est d’évaluer les apports en macronutriments avant et après bypass gastrique pour obésité morbide.

Matériel et Méthodes. – Étude de type prospective. Les apports alimentaires ont été analysés utilisant un carnet alimentaire sur 7 jours et un rappel de 24 heures. L’interprétation quantitative a été effectuée à l’aide de photos d’aliments validées (SU.VI.MAX) et d’aliments factices. L’analyse nutritionnelle a été réalisée avec le programme Prodi 5.3. Deux analyses sont faites : les apports moyens en énergie (kcal) et en protéines (g), et les répartitions des glucides et lipides.

Résultats. – Seize patientes (âge moyen 41 ans) ont été inclues : BMI moyen 44 ± 15 kg/m2 et poids moyen 117 ± 6 kg.

La répartition entre protéines, glucides et lipides correspond relativement bien aux recommandations en pré et postopératoire. On observe une chute importante des apports en protéines 1 mois postopératoire.

Conclusion. – La réduction des apports énergétiques totaux causée par le mécanisme restrictif de l’intervention implique une diminution significative des apports en macronutriments. En effet, on observe que les apports 1 mois après l’opération sont trois à quatre fois inférieurs aux apports habituels, ce qui peut engendrer une malnutrition protéino-énergétique sévère si aucune mesure diététique n’est mise en place. Vu les risques importants liés à une carence protéino-énergétique, un suivi clinique et diététique rigoureux est donc nécessaire après l’opération.


Plan



© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° S1

P. 54-55 - décembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P010 - La consommation de fluides de la population française : retraitements des données de l’étude INCA2
  • S* Vergne, L Le Bellego, F Recours, P Hebel
| Article suivant Article suivant
  • P012 - Effets de mélanges de fibres, de lipide et de protéine sur la satiété chez la souris
  • R* Rasoamanana, C Chaumontet, D Tomé, G Fromentin, N Darcel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.