Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P133 - La réalisation effective d’une nutrition entérale proposée par l’UTN améliore la survie des patients dénutris hospitalisés - 07/12/10

Doi : NUCLI-12-2010-24-S1-0985-0562-101019-201005382 

D* Séguy [1, 2 et 3],

N Danel Buhl [2 et 3],

B Seignez [2 et 3],

S Neuville [3],

A Duhamel [1 et 4]

Voir les affiliations

Résumé

Introduction et But de l’étude. – Lorsqu’elle diagnostique l’existence d’une dénutrition chez un patient hospitalisé, notre UTN propose une prise en charge dont la prescription incombe finalement au médecin du service demandeur. Le but de cette étude était d’évaluer le devenir des patients dénutris hospitalisés chez qui l’UTN avait proposé le recours à la nutrition entérale cyclique nocturne (NEcn).

Matériel et Méthodes. – Chaque patient pris en charge par l’UTN en 2009 a fait l’objet d’un recueil prospectif de données cliniques, nutritionnelles et biologiques. En cas d’échec des mesures diététiques (adaptation et enrichissement des plateaux, prescription de compléments oraux [CO]), l’UTN proposait d’associer, à la poursuite de l’alimentation orale diurne habituelle, la réalisation d’une NEcn. Le devenir nutritionnel et la survie des patients chez qui une NEcn était proposée ont été étudiés durant leur séjour. Les patients recevant effectivement une NEcn (groupe NEcn) ont été comparés à ceux chez qui la NEcn n’a finalement pas été réalisée, conduisant alors à la poursuite des seules mesures diététiques (groupe C). Les patients justifiant une NE exclusive étaient exclus. Les résultats sont exprimés en moy ± DS.

Résultats. – Parmi les 902 patients hospitalisés qui se sont vu proposer une NEcn par l’UTN, 68 % l’ont réalisée. Les causes de non réalisation de la NEcn étaient le refus du patient (56 %), la non prescription du médecin (28 %) ou indéterminées (16 %). Les données initiales des groupes C vs NEcn étaient comparables en ce qui concerne l’IMC (22,0 ± 5,7 vs 21,9 ± 5,4), la perte de poids (– 9,9 ± 9,9 % vs – 11,0 ± 11,5 %), la circonférence brachiale (CB) (26,1 ± 4,6 cm vs 26,2 ± 4,9 cm), la C-reactive protein (CRP) (83 ± 78 mg/L vs 78 ± 68 mg/L), le délai entre l’admission et la première visite de l’UTN (6,8 ± 15,6 j vs 6,4 ± 11,4 j), la proportion de patients de chirurgie (35,5 vs 35,0 %). Dans le groupe C, l’âge était plus élevé, l’albumine plus basse (59,8 ± 18,7 ans vs 57,2 ± 16,7 ans ; p = 0,043 et 29,4 ± 6,0 g/L vs 30,7 ± 7,0 g/L ; p = 0,009, respectivement ; test T) et la proportion de patient atteints de cancer plus faible (32 % vs 41 %, p = 0,01 ; Chi2) que dans le groupe NEcn. Les patients du group NEcn prenaient des CO moins longtemps (3,8 ± 8,6 j v.s 9,2 ± 1,6 j ; p < 0,0001) et la durée de leur NEcn était de 13,9 ± 22,5 j. Durant le séjour, le poids et la CB se stabilisaient dans le groupe NEcn (– 0,0 ± 4,0 kg et – 0,1 ± 1,8 cm, NS), tandis qu’ils se dégradaient dans le groupe C (– 0,9 ± 3,6 kg, p = 0,017 et – 0,4 ± 1,5 cm, p = 0,005) (test t pour valeurs appariées). La survie actuarielle était meilleure dans le groupe NEcn (31/609 vs 24/293 décès, p = 0,003, Kaplan-Meier, log-rank). L’analyse multivariée (Cox) montrait que la NEcn (HR = 0,948/j de NEcn, IC 95 % [0,915-0,982], p = 0,003) et l’albumine (HR = 0,939/g, IC95 % [0,889-0,992], p = 0,03) étaient des facteurs protecteurs contrairement à l’âge (HR = 1,020/an, IC 95 % [1,009-1,049], p = 0,05) et à la CRP (HR = 1,006/mg, IC 95 % [1,002-1,010], p = 0,007) qui étaient des facteurs aggravants.

Conclusion. – En cas de dénutrition, la réalisation d’une NEcn proposée par l’UTN stabilisait l’état nutritionnel et améliorait la survie des patients hospitalisés.




© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° S1

P. 112 - décembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P132 - Impact d’une formation nutritionnelle au niveau des pôles et de la mise en place de diététiciens mobiles sur l’amélioration du diagnostic nutritionnel des patients hospitalisés
  • A* Pradignac, F Piran, V Becker, D Pechereau, V Sery, J L Schlienger
| Article suivant Article suivant
  • P134 - Facteurs prédictifs de sous-alimentation chez 1 688 patients adultes hospitalisés : une analyse multivariée basée sur deux études prospectives transversales de contrôle qualité du service de la restauration hospitalière
  • R* Thibault, M Chikhi, A Clerc, P Darmon, P Chopard, L Genton, M P Kossovsky, C Pichard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.