Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P148 - La haute prévalence de la dénutrition augmente l’exhaustivité de son dépistage - 07/12/10

Doi : NUCLI-12-2010-24-S1-0985-0562-101019-201005399 

M* Jacota [1],

D Diasso [1],

P Canale [1],

J Rouet [1],

G Lassus [1],

G Zeanandin [1],

X Hébuterne [1],

J-F Quaranta [1],

S M Schneider [1]

Voir les affiliations

Résumé

Introduction et But de l’étude. – Le dépistage des troubles de l’état nutritionnel (TEN) reste peu exhaustif malgré les recommandations HAS sur son caractère systématique. Les objectifs de notre travail étaient d’évaluer l’exhaustivité du dépistage TEN (déclarations des patients et des professionnels) et d’étudier son lien avec la prévalence de la dénutrition.

Matériel et Méthodes. – En pré-sensibilisation au dépistage TEN, des questionnaires anonymes ont été renseignés par des patients adultes tirés au sort (et leur état nutritionnel mesuré) et par des professionnels de santé du CHU (envoi systématique). Les pratiques de dépistage TEN ont été confrontées à la prévalence de la dénutrition dans le pôle, le diagnostic de dénutrition étant posé par les enquêteurs sur IMC et poids antérieur renseignés par les patients (poids mesurés, taille et poids antérieur recueillis).

La prévalence de la dénutrition selon les critères de la HAS était de 31,6 ± 9,1 % en MCO et de 35,8 ± 3,6 % en SSR/SLD. Les pôles cliniques ont été comparés entre ceux à prévalence supérieure (7 pôles) ou inférieure (4 pôles) à 25 % par tests de Chi2, Fischer et Anova.

Résultats. – Deux cent quatre-vingt-dix patients MCO et 56 SSR/SLD (30 %/14,9 % des lits), 61 médecins/sages-femmes, 470 IDE/AS/élèves, 42 cadres de santé et 22 diététiciens (taux de réponse : 18,9 %) ont répondu.

Tableau. – Éléments du dépistage des TEN selon les patients et les professionnels dans les pôles avec prévalence élevée/basse de dénutrition (en italique les associations non significatives, p ≤ 0,005 pour les autres cas).

Il n’y avait pas de lien entre la prévalence de la dénutrition et le traçage TEN par les médecins (41 %), le fait que les médecins (45,9 %) et les cadres (26,2 %) déclarent s’assurer du dépistage, que les cadres vérifient le recueil par les IDE/AS (76,2 % pour le poids, 4,8 % pour l’IMC) et que les diététiciens déclarent que ces procédures existent (38,9 %).

L’attitude (comme déterminant) des professionnels envers l’importance des TEN et de leur dépistage est également associée à la prévalence (p = 0,028).

Conclusion. – Le dépistage TEN (meilleur pour le poids et la taille) est plus exhaustif dans les pôles avec haute prévalence de la dénutrition, même si les déclarations des soignants sont optimistes par rapport à la réalité. On peut supposer une sensibilisation des soignants par leur environnement (vue l’association attitudes – prévalence), plus qu’un rôle de l’encadrement médical et soignant qui pense souvent à tort que des procédures existent. La mise en place d’un dépistage systématique doit permettre d’améliorer les pratiques dans tous les pôles.


Plan



© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° S1

P. 119-120 - décembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P147 - Nutrition et DRG : enquête auprès de diététiciens
  • A* Cuttat, C Chuard, V Viatte, J Depeyre
| Article suivant Article suivant
  • P149 - Une forte prévalence de la dénutrition est associée à de meilleures connaissances des professionnels en termes de dépistage des troubles nutritionnels
  • M* Jacota, D Diasso, P Canale, J Rouet, G Lassus, G Zeanandin, X Hébuterne, J-F Quaranta, S M Schneider

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.