Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P201 - Analyse des prescriptions de nutrition parentérale de néonatalogie d’un centre hospitalier au regard des recommandations ESPEN-ESPGHAN - 07/12/10

Doi : NUCLI-12-2010-24-S1-0985-0562-101019-201005457 

A M Bernard [1],

D Lannoy [2 et 3],

S* Neuville [3],

P-E Dupire [1]

Voir les affiliations

Résumé

Introduction et But de l’étude. – À l’heure actuelle, la prescription des nutritions parentérales (NP) en néonatologie est réalisée sur une ordonnance-type, manuscrite pour fabrication par les infirmières du service sans validation pharmaceutique. Un état des lieux a été réalisé, dans le contexte d’ouverture du nouveau centre hospitalier de la Polynésie Française afin d’analyser les prescriptions au regard des recommandations ESPEN-ESPGHAN. Pour ce faire, les apports nutritionnels totaux réellement administrés chez les nouveaux-nés ont été évalués.

Matériel et Méthodes. – Les apports nutritionnels totaux chez les nouveaux nés ayant une NP ont été relevés entre octobre 2008 et mai 2009 dans le service de néonatalogie : parentéraux, entéraux (allaitement artificiel, maternel éventuellement enrichi), volumes liquidiens apportés par les thérapeutiques médicamenteuses orales ou parentérales. Des données cliniques et biologiques étaient suivis afin de déterminer si les apports energétiques, glucidiques, protidiques, lipidiques, liquidiens étaient adaptés. Pour chaque patient, toutes les données ont été rassemblés dans un tableur EXCEL®, totalisées, rapportées à 1 kg et comparées aux recommandations de l’ESPEN 2005.

Résultats. – Les données de 27 patients ont été évaluées (8 filles d’âge gestationnel moyen de 34,4 semaines d’aménorrhée (SA) [min = 28 SA + 4 j ; max = 39 SA] et de poids de naissance moyen de 2 424 g [min = 1 000 g ; max = 3 715 g], et 9 garçons d’âge gestationnel moyen de 32,9 SA [min = 25 SA + 4 j ; max = 38 SA] et de poids de naissance moyen de 1 593 g [min = 666 g ; max = 3 350 g]). Quarante-quatre pour cent des patients ont un apport hypocalorique (< 100 kcal/Kg/j), 18,5 % ont un apport hypercalorique (> 160 kcal/Kg/j) ; 78 % ont eu un apport protéique nul à J0, 30 % à J1 et encore 11 % à J2 ; 41 % des patients ont eu un apport glucidique > 18 g/Kg/j ; 48 % ont eu un excès d’apport lipidique (> 6-7 g/kg/j) et 11 % un apport nul. La majorité des patients a eu un apport liquidien en-deçà de 160 mL/kg/j. Le rapport phospho-calcique de 1,5 n’est pas respecté chez 100 % des patients. D’un point de vue clinique, 44 % des nouveaux nés ont mis plus de 10 jours à retrouver leur poids de naissance.

Conclusion. – Les prescriptions de NP de néonatalogie de notre établissement sont peu conformes aux recommandations ESPEN-ESPGHAN. L’une des raisons semble être l’absence de prise en compte de l’intégralité des apports nutritionnels lors de la prescription de NP. Les apports totaux sont donc souvent inadaptés, avec des conséquences cliniques dont une croissance non optimale. Une amélioration importante serait la mise en place d’un outil informatisé de prescription de la nutrition prenant en compte à la fois les apports entéraux et parentéraux.

1 Koletzko B et al. Guidelines on paediatric parenteral nutrition of the European Society of Paediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition (ESPGHAN) and the European Society for Clinical Nutrition and Metabolism (ESPEN), supported by the European Society of Paediatric Research (ESPR). Journal of pediatric gastroenterology and nutrition 2005;41:S1.


Plan



© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° S1

P. 143-144 - décembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P200 - Audit externe d’une unité de préparations stériles d’un centre hospitalier : état des lieux et perspectives
  • S* Bahri Hicheri, M Ben Kacem, A Chekir, C Ben Zina, S Sfar
| Article suivant Article suivant
  • P202 - Obstacle à la nutrition parentérale individualisée en territoire isolé : exemple de la Polynésie Française
  • A M Bernard, D Lannoy, S* Neuville, P-E Dupire

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.