Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Estimation de la douleur induite par les soins de réanimation par les différentes catégories de soignants - 14/12/10

Doi : 10.1016/j.annfar.2010.09.001 
C. Grosclaude a, b, K. Asehnoune a, D. Demeure a, S. Millet a, P. Champin a, E. Naux a, M. Malinge b, C. Lejus a,
a Service d’anesthésie et de réanimation chirurgicale, Hôtel-Dieu hôpital mère–enfant, CHU de Nantes, place Alexis-Ricardeau, 44093 Nantes cedex 01, France 
b CLUD, CHU de Nantes, 44093 Nantes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Identifier, à l’aide d’une enquête d’opinion auprès du personnel de deux réanimations, les soins et les situations estimés comme étant les plus algogènes.

Méthodes

Enquête individuelle menée à l’aide d’un questionnaire comportant une liste de 46 soins potentiellement douloureux. Le soignant devait indiquer le niveau de douleur, sur une échelle de 0 à 10, associé selon lui à chaque item ainsi qu’une estimation de sa fréquence.

Résultats

Cent questionnaires ont été distribués (15 médecins, 71 IADE et 14 aide-soignantes (AS) avec un taux de réponse de 53 % et 2110 scores. Le drainage thoracique était associé avec le score de douleur le plus élevé (7,5 [6,5–9]). La mobilisation du polytraumatisé, la mobilisation de lame dans la sphère ORL et l’ablation du drain thoracique étaient classés par tous parmi les dix soins estimés les plus douloureux. Quelle que soit la nature du soin, le score médian global des estimations réalisées par les AS (n=385 ; 6 [4–7]) était plus élevé que celui correspondant aux estimations des 29 IDE (n=1267 ; 5 [3–7]) (p<0,01). Le score accordé par les IDE était plus élevé que celui des médecins pour 39 gestes sur 46. Aucune relation n’a été observée entre l’intensité douloureuse et la fréquence estimée des soins.

Conclusion

Comme chez l’enfant, les réanimateurs adultes sous-estiment l’intensité douloureuse des soins de réanimation par rapport aux IDE et aux aides-soignants Aussi, l’ensemble du personnel paramédical doit participer à l’élaboration des procédures de prévention et de traitement de la douleur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

To assess the procedures considered as the most painful by health personnel of two adult critical care units.

Methods

Individual written survey with a questionnaire about 46 potentially painful procedures. Each individual has to estimate the pain intensity as well as the frequency of performance for each painful procedures.

Results

One hundred questionnaires were provided (15 physicians, 71 nurses and 14 auxiliaries). The rate of answer was 53 % and 2110 scores were recorded and analyzed. The insertion of a pleural drain was associated with the higher pain score (7.5 [6.5–9]). Discrepancies were observed between the professional categories in ranking painful procedures. However, the mobilization of a severe trauma patient, the removal of an otorhinolaryngological or a pleural drain were classified in the 10 most painful procedures by physicians, nurses as well as auxiliaries. Whatever the procedure was, the median global scores estimated by the auxiliaries (n=385; 6 [4–7]) were higher than those corresponding to the nurses (n=1267; 5 [3–7]) (p<0.01). Nurses attributed a higher score than the physicians for 39 of 46 procedures. No relation was found between the estimated pain intensity and the estimated frequency of the procedures.

Conclusion

As in paediatrics, adult intensivist physicians underestimate pain during procedure comparing with nurses and auxiliaries. Consequently, health care professionals should elaborate protocols to accurately assess, prevent, or treat painful procedures in intensive care units.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Douleur liée aux soins, Réanimation, Évaluation, Drain thoracique

Keywords : Painful procedure, Intensive care unit, Evaluation, Thoracic tube


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 12

P. 884-888 - décembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Changement de pratique en ALR ophtalmique (ALR à l’aiguille et maintien des anticoagulants) : sécurité vis-à-vis des incidents hémorragiques mineurs
  • N. Saumier, E. Lorne, F. Dermigny, K. Walkzak, F. Daelman, P. Jezraoui, Y. Mahjoub, S. Milazzo, H. Dupont
| Article suivant Article suivant
  • Étude prospective comparant l’hypnosédation et l’anesthésie générale pour la pose de dispositif de stérilisation intratubaire en ambulatoire
  • H. Musellec, F. Bernard, P. Houssel, N. Guillou, P. Hugot, L. Martin, H. Hamelin, J. Lanchou, M.-E. Gentili, C. Devins, C. Virot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.