Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hypogonadisme hypogonadotrope : notions récentes sur la régulation de l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique - 14/01/11

Doi : 10.1016/S0003-4266(10)70005-6 
F. Brioude 1, , C.-E. Bouvattier 2, M. Lombès 3
1 Service d’Explorations Fonctionnelles Endocriniennes, Hôpital d’Enfants Armand Trousseau, APHP, 26 avenue du Dr Arnold Netter 75571 Paris cedex 12, France 
2 Service d’Endocrinologie Pédiatrique, Hôpital Saint Vincent de Paul, APHP, 74 avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris, France 
3 Inserm U693 et Service d’Endocrinologie et des Maladies de la Reproduction, Hôpital Bicêtre, APHP, 70 avenue du Général Leclerc, 94275 Le Kremlin Bicêtre cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

L’hypogonadisme hypogonadotrope (HH) se définit par une absence de synthèse des stéroïdes sexuels secondaire à un défaut de libération des gonadotrophines hypophysaires. Ceci se traduit par un impubérisme plus ou moins sévère, se révélant le plus souvent dans l’enfance ou à l’adolescence. La génétique des HH fait intervenir de nombreux gènes. Cependant, des anomalies moléculaires ne sont identifiées que pour environ 30 % des patients. Le syndrome de Kallmann (SK) associe HH et anosmie. Six gènes ont été mis en cause (KAL1, FGFR1, FGF8, PROK2, PROKR2 et CHD7). Cependant, la génétique du SK est complexe, en raison de la variabilité du phénotype pour une même anomalie moléculaire, et de la fréquence de mutations hétérozygotes. La présence chez un même patient de mutations sur plusieurs de ces gènes (digénisme) pourrait expliquer cette variabilité.

Les HH familiaux sans anosmie sont de transmission autosomique récessive le plus souvent. Des anomalies moléculaires ont été identifiées sur plusieurs neuropeptides ou leurs récepteurs, tous impliqués dans l’axe gonadotrope : GNRHR, KISS1R/GPR54, neurokinine B (TAC3), TACR3 et GNRH1 (mais aussi PROK2, PROKR2 et CHD7). Des anomalies de la leptine et son récepteur sont également responsables d’HH.

Un nouvel élément régulateur négatif de l’axe a été récemment identifié chez l’homme : RFRP3, orthologue du GnIH (gonadotrophin inhibitory hormone) aviaire.

Les découvertes récentes sur ces neuropeptides ont fait passer notre compréhension de la physiologie de l’axe gonadotrope d’un modèle linéaire à un modèle en réseau autour du neurone à GnRH, élément central dans la régulation de l’axe gonadotrope.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Hypogonadotropic hypogonadism (HH) is defined by the absence of sex steroid synthesis associated with the lack of appropriate gonadotrophin secretion. This leads to a variable degree of impuberism, often diagnosed during childhood or adolescence. Genetics of HH involve many genes. However, molecular defects have been identified in only 30 % of patients.

Kallmann syndrome (KS) is defined by the association of HH and anosmia. Six genes are involved in KS (KAL1, FGFR1, FGF8, PROK2, PROKR2 and CHD7). However, genetics of KS is complex, because of the variability of the phenotype for a similar molecular defect. Otherwise, heterozygous anomalies are frequently described. Identification in the same patient of several mutations in some of these genes (digenism) could account for this variability. Autosomal recessive transmission is frequently observed in familial cases of HH without anosmia. Molecular alterations have been identified for several neuropeptides or their corresponding receptors, which are involved in the physiology of the gonadotropic axis : GNRHR, KISS1R/GPR54, neurokinin B (TAC3), TACR3 and GNRH1 (and PROK2, PROKR2 and CHD7). Anomalies of leptin or its receptor are also involved in HH cases.

A new negative regulating element has been recently identified in humans : RFRP3, which is ortholog of the avian GnIH (gonadotrophin inhibitory hormone).

Recent progress about these neuropeptides leads to a new model of comprehension of the gonadotropic axis physiology, from a linear model to a network model, which regulates the central element of regulation of the gonadotropic axis, represented by the GnRH neurons.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Hypogonadisme hypogonadotrope, Syndrome de Kallmann, GnRH, GnIH, Puberté

Keywords : Hypogonadotropic hypogonadism, Kallmann syndrome, GnRH, GnIH, Puberty


Plan

Plan indisponible

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 71 - N° S1

P. S33-S41 - septembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Nouveaux aspects de la physiologie et de la physiopathologie de l’hormone de croissance
  • P. Kamenicky, M. Lombès, P. Chanson
| Article suivant Article suivant
  • La somnolence feinte de l’ovaire adulte : importance des protéines forkhead au sein de l’ovaire adulte
  • J. Sarfati, J. Young, S. Christin-Maitre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.