Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Lorsque l’enfant surdoué est une fille. Spécificités du féminin à la lueur du bilan psychologique - 09/02/11

Doi : 10.1016/j.evopsy.2010.12.002 
Caroline Goldman
Psychologue pour enfants, docteur en psychologie, enseignante. Université Paris 5 Descartes, université catholique de Paris, 23, rue du Montparnasse, 75006 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les enfants surdoués connus des praticiens sont généralement des garçons. Mon échantillon inédit de thèse, accueillant 26 jeunes surdoués âgés de sept à 16ans dont la moitié a été recrutée dans un contexte de consultation et l’autre moitié, dans une institution scolaire tout-venant, donc non consultante et ignorante de sa supériorité intellectuelle, a permis de découvrir que les enfants aux hauts QI étaient en réalité également répartis entre filles et garçons, et que les filles n’allaient généralement pas mieux qu’eux sur le plan psychologique, bien qu’elles ne consultent pas. L’étude fine de leur profil, notamment grâce au bilan psychologique complet, a permis, en association avec ma pratique libérale ultérieure spécialisée auprès de ces fillettes et jeunes filles très brillantes, d’apprécier de nombreuses singularités les réunissant, des plus phénoménologiques aux plus inconscientes : à propos de leurs profils psychopathologiques variés, de leur statut d’enfant aînée de la famille, du couple uni que forment généralement leurs parents, mais surtout, du pacte anaclitique liant ces fillettes à leur figure maternelle perçue comme vulnérable, et de l’implication centrale des idéaux paternels sur le développement de leur pensée. Cet article mentionne et discute ces observations puis expose une vignette clinique chargée de les illustrer de façon vivante. Il a pour objectif de faciliter la compréhension et la prise en charge de ces filles surdouées dans un contexte de consultation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The gifted children we know are generally boys. My original thesis sample has received 26 subjects aged between 7- and 16-year-old: half of them have been met in a psychiatric context, and the other part in a classic school institution (those last subjects were ignorant of their IQ). This has made me discover that children with high IQ were as often girls as boys, and that girls didn’t feel better, even if they were less consulting. The fine study of their psychopathological profiles, with the help of projectives tests and of my later personal clinical practice with those girls, has permited to appreciate many peculiarities, from the most descriptives to the most unconscious: about their varied psychopathological profiles, about their older sister status and their close-knit parents, but first of all, about the anaclitic pact between those girls and their mother figure perceived as vulnerable, and the central implication of the fatherly ideals on the development of their thinking. This article discusses those observations and then, exposes a clinical case to illustrate them lively. His objective is to facilitate the understanding and the care of giften girls in a consultation context.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Enfant surdoué, Fille, Féminité, Psychopathologie, Étude clinique, Psychanalyse, Test projectif, Cas clinique

Keywords : Gifted child, Female, Feminity, Psychopathology, Psychoanalysis, Projective test, Clinical case, Clinical study


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Goldman C. Lorsque l’enfant surdoué est une fille. Spécificités du féminin à la lueur du bilan psychologique. Evol psychiatr 2011; 76 (1).


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 1

P. 43-53 - janvier 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La mélancolie, un destin de la passivité
  • Estelle Louët, Catherine Chabert
| Article suivant Article suivant
  • Anorexie mentale et fonctionnements limite. Traitement diversifié de la perte et du conflit œdipien à l’adolescence
  • Sarah Vibert, Aline Cohen de Lara

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.