Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’acceptation du clonage reproductif et de l’eugénisme du design dans la bioéthique du Mexique. Un dialogue critique - 11/03/11

Doi : 10.1016/j.etiqe.2010.10.001 
L. Sagols 1
Cuautla 85, depto. 404 C, Col. Sta. Ursula Xitla, Tlalpan, CP 141420 Mexique, DF, États-Unis 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le Mexique est un pays de contraste. La population est loin de la pratique médicale et des dernières innovations biologiques sur la bioéthique quand certains intellectuels apportent une voix forte sur ces progrès tels que le clonage ou les perspectives d’eugénisme positif. Notre propos tente ici de montrer les tensions entre les pensées libérales très présentes au Mexique avec une pensée ontologico-existentiel sur ces deux sujets. En ce qui concerne le clonage reproductif, deux philosophes mexicains pensent qu’il n’est pas un procédé immoral et donc n’a pas à être interdit puisqu’il n’existe aucun déterminisme génétique absolu. Pour eux, les gènes à eux seuls ne peuvent pas prédire a priori la pensée ni les caractéristiques psychiques de la personne. Le psychisme dépassera toujours le déterminisme génétique. Ma perspective est de dire que bien qu’il est possible d’envisager que la dignité ontologique du clone soit garantie, la construction de sa dignité existentielle, celle que la personne construit en gagnant de l’indépendance des autres, sera tout à fait perturbée et sera plus difficile à conquérir. En ce qui concerne l’eugénisme du design, c’est-à-dire un eugénisme positif, pour modifier les gènes, voire les lignées germinales afin de permettre à une autre humanité à s’adapter aux nouvelles technologies doit être tout autant réfutée. En effet, ces deux modifications sont un eugénisme de fait, même si cela dépend de la volonté de personnes et non d’État. De plus, la liberté de l’homme est en, quelque sorte bafouée, puisque l’autre n’est plus qu’objet technique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Mexico is a complex country where modern medical practices and biological innovations contrast with daily life occupations. The loud voice of certain intellectuals celebrating advances in biomedical issues such as cloning or the perspectives of positive eugenism may not be heard by the general population. Here, we attempt to show how in Mexico, tension on these two subjects develops between outspoken liberal opinions and ontologico-existential thinking. Regarding reproductive cloning, two Mexican philosophers believe that it is not an immoral process and thus cannot be prohibited since absolute genetic determinism does not exist. For them, genes alone cannot predict beforehand what will be the thoughts or the psychic characteristics of any individual, albeit a human clone. A person’s psyche will always override genetic determinism. My perspective is to say that though the ontological dignity of the clone could probably be guaranteed, the construction of existential dignity, the dignity that a person constructs by gaining independence from others, would be highly perturbed and much more difficult to conquer. Eugenism by design, i.e. positive eugenism, means modifying genes or germinal lines for the purpose of enabling another humanity to adapt to new technologies have to be refuted. In my opinion, these two modifications, even though they may depend on the will of individual persons and not the state, constitute an eugenism by fact. One could say that human freedom is being discarded since the other becomes a technical object.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Clonage reproductif, Eugénisme, Libéralisme, Ontologie, Existentialisme

Keywords : Reproductive cloning, Eugenism, Liberalism, Ontology, Existentialism


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 8 - N° 1

P. 4-10 - mars 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • De la mort… donnée
  • A. de Broca
| Article suivant Article suivant
  • Camus et l’engagement soignant, de l’impuissance à la révolte
  • P. Svandra

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.