Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’affirmation de soi revisitée pour diminuer l’anxiété sociale - 25/03/11

Doi : 10.1016/j.jtcc.2010.11.003 
Camille Lefrançois a, , b , Aurélie Van Dijk a, b, Marie-Héloïse Bardel a, Jacques Fradin a, b, Farid El Massioui a, b
a Laboratoire de psychologie et de neurosciences, institut de médecine environnementale, 157, rue de Grenelle,75007 Paris, France 
b UFR de psychologie, laboratoire de cognition humaine et artificielle (CHArt), université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Un comportement non assertif est souvent observé chez des individus souffrant d’anxiété sociale. Les thérapies comportementales et cognitives proposent notamment aux sujets phobiques sociaux une méthode d’affirmation de soi basée sur le jeu de rôle. L’objectif de ce travail est d’étudier les effets d’un nouvel exercice cognitif et comportemental de jeu de rôle sur l’affirmation de soi et l’anxiété sociale. Cet exercice est basé sur l’interprétation de deux rôles caricaturaux opposés : un personnage présentant un défaut de confiance en soi, et un autre présentant un excès de confiance en soi. Trente-huit individus présentant des troubles d’anxiété sociale ont participé à l’étude. Les résultats mettent en évidence, à l’aide de questionnaires, une diminution de l’anxiété sociale (Liebowitz) et des troubles de « soumission » définis d’après l’observation clinique et une revue de littérature (« inventaire de positionnement grégaire » [IPG] conçu pour l’étude) suite à la pratique quotidienne des exercices pendant une semaine. Aucune évolution n’a été mise en évidence pour les scores obtenus au questionnaire d’affirmation de soi (Rathus) ce qui pourrait être attribué aux limites psychométriques de celui-ci. Les études futures analyseront notamment l’effet de ces exercices sur le long terme à l’aide de nouveaux outils d’évaluation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Non-assertive behaviour is often observed in social phobia. Consequently, cognitive and behavioural therapies for social phobia consist largely of social skills training and assertive training, mostly using role-playing. The aim of this paper is to study the effects of a new role-playing intervention technique on self-confidence and social anxiety. The intervention consisted in playing two caricatured and opposite roles. The first one was a submissive role, and the second was a dominant role. Thirty-eight participants completed the Liebowitz social anxiety scale (LSAS ; Liebowitz, 1987) and the Rathus assertiveness schedule (RAS ; Rathus, 1973). Our results showed a lesser social anxiety level after a one-week period of daily role-playing. Assertiveness level however remained the same, probably due to psychometrical limitations of the tool. Hence, subsequent studies will analyse the long-term effects of our role-playing technique, with a larger population and using present and new measurement tools.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Affirmation de soi, Anxiété sociale, Thérapie comportementale et cognitive, Jeu de rôle

Keywords : Self-confidence, Social anxiety, Cognitive and behavioural therapy, Role-playing


Plan


 Travail présenté au 41e congrès de l’EBBS : Lefrançois C, Fradin J, El Massioui F. (septembre 2009). Self-assertion and primitive gregarious positioning: the emergence of a neurocognitive behavioral therapy? Poster pour le 41st European Brain and Behavior Society Meeting, 13–18 septembre, Rhodes Island, Grèce.


© 2010  Association française de thérapie comportementale et cognitive. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 21 - N° 1

P. 17-23 - mars 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Co-occurrence d’un trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) et d’un trouble réactionnel de l’attachement (TRA) chez les enfants d’âge scolaire vivant en milieu substitut : une illustration clinique
  • B. Dutray
| Article suivant Article suivant
  • Étude de l’attitude négative face aux problèmes, des attentes envers l’alcool et du coping auprès d’une population alcoolo-dépendante
  • I. Varescon, R. Wantier, V. Bouvet Leprince, D. Lejeune

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.