Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Os, infection par le VIH et antirétroviraux - 02/04/11

Doi : 10.1016/j.monrhu.2011.01.003 
Rose-Marie Javier a, , David Rey b
a Service de rhumatologie, hôpital de Hautepierre, avenue Molière, 67098 Strasbourg cedex, France 
b Le Trait d’union, centre de soins de l’infection par le VIH, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’espérance de vie des sujets infectés par le VIH s’est améliorée de façon très importante depuis l’instauration des traitements antirétroviraux hautement efficaces à la fin des années 1990 avec actuellement un effectif croissant de personnes séropositives et un vieillissement de cette population. Il est actuellement bien documenté que les sujets infectés par le VIH ont une densité minérale osseuse plus basse que les sujets témoins. En revanche, les données fracturaires sont plus contradictoires. La physiopathologie de cette DMO basse semble multifactorielle incluant les habitudes de vie de ce groupe de patients comprenant plus de facteurs toxiques osseux, la toxicité propre de l’infection par le VIH, une prévalence élevée de l’hypovitaminose D mais également les effets osseux des antirétroviraux. Parmi ceux-ci, les antiprotéases ainsi que certains inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse, comme le ténofovir, sont les plus incriminés. Certaines antiprotéases affectent le métabolisme osseux en inhibant la différenciation ostéoclastique, en inhibant la différenciation ostéoblastique et en altérant le métabolisme de la vitamine D. Ces données incitent à une évaluation osseuse initiale des patients infectés par le VIH avant tout traitement et à un suivi densitométrique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Highly active antiretroviral therapies have decreased human immunodeficiency virus-associated mortality explaining the greater number of older adults living with HIV infection. Low bone mineral density is more prevalent in HIV-infected patients compared to controls. Data about fracture risk in HIV patients are more conflicting. Pathogenesis of this reduced bone mineral density appear to be multifactorial with interaction of high rates of osteoporosis risk factors like tobacco and alcohol use, low vitamin D levels, direct HIV infection and antiretroviral therapy use. Among antiretroviral drugs, protease inhibitors and some nucleotide reverse transcriptase inhibitors, like tenofovir, are more associated with bone loss. Some protease inhibitors are potent inhibitors of cytochrome interacting with metabolism of vitamin D and affect bone metabolism inhibiting osteoblast and osteoclast differentiation. These data suggest that detection of osteoporosis is important for HIV patients before any treatment with subsequent BMD monitoring.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : VIH, Sida, Ostéoporose, Fractures, Traitements antirétroviraux

Keywords : HIV, AIDS, Osteoporosis, Fractures, Antiretroviral therapy


Plan


© 2011  Société française de rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 78 - N° 2

P. 101-106 - avril 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ostéoporose et inhibiteurs de pompe à protons
  • Christian Roux
| Article suivant Article suivant
  • Os et transplantation
  • Mickaël Rousière

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.