Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement de maintenance dans les cancers bronchiques non à petites cellules métastatiques : une révolution conceptuelle ? - 11/04/11

Doi : 10.1016/j.lpm.2011.01.009 
Maurice Pérol 1, 2, , Dominique Arpin 2
1 Centre Léon-Bérard, département de médecine, 69373 Lyon cedex 08, France 
2 Hospices civils de Lyon, hôpital de la Croix-Rousse, service de pneumologie, 69317 Lyon cedex 04, France 

Maurice Pérol, Hôpital de la Croix-Rousse, 103, grande rue de la Croix-Rousse, 69317 Lyon cedex 04, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 11
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Key points

Standard treatment of advanced non-small cell lung cancer is based on several lines of therapy separated by treatment-free intervals in which each new line is started when tumour progression is detected.

The maintenance strategy consists of pursuing an appropriate, well-tolerated treatment after the end of first-line chemotherapy in order to maintain the initial therapeutic benefit and to avoid rapid clinical deterioration that would rule out further treatment.

Two kinds of maintenance therapy have been investigated: continuation maintenance which consists in continuing a targeted agent or a chemotherapy agent that was part of initial induction therapy and switch maintenance defined by initiating a new agent immediately after the end of induction chemotherapy.

Clinical trials show that maintenance strategy provides a significant benefit in terms of disease control and improves overall survival for switch maintenance with pemetrexed or erlotinib.

Survival benefit appears to be due mainly to the progression-free survival gain and to the increase in the proportion of patients who can receive several lines of treatment.

Maintenance therapy is an important option for patients receiving first-line treatment, particularly for those with rapid disease progression. The choice of continuation or switch maintenance will depend on drug used in combination to platinum for induction treatment, response to first-line, histology and patient’s preference.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

La stratégie thérapeutique « standard » des cancers bronchiques non à petites cellules avancés repose sur l’administration de plusieurs lignes successives de traitement, déterminées par la constatation d’une progression de la maladie et séparées par des intervalles libres de tout traitement.

La stratégie de maintenance consiste en la poursuite d’un traitement adapté, peu toxique, dès la fin de la chimiothérapie de première ligne, supprimant ainsi l’intervalle libre de traitement, ceci dans le but de maintenir le bénéfice thérapeutique obtenu et d’éviter une progression rapide de la maladie pouvant être incompatible avec l’administration d’un traitement ultérieur.

Deux types de maintenance ont été étudiées : maintenance de « continuation » ou maintenance « vraie », consistant à poursuivre l’une des composantes du traitement d’induction initial (cytotoxique en monothérapie ou thérapeutique ciblée) et switch maintenance fondée sur l’introduction immédiate d’un nouveau traitement anticancéreux, cytotoxique ou thérapeutique ciblée, dès la fin de la chimiothérapie d’induction.

Les essais conduits montrent que la stratégie de maintenance prolonge de façon cliniquement pertinente la durée du contrôle de la maladie et améliore la survie de manière significative pour la switch maintenance avec le pemetrexed et l’erlotinib.

Le gain de survie apparaît lié à la majoration de la survie sans progression et, de façon spécifique pour la switch maintenance, à l’augmentation de la proportion des patients exposés à plusieurs lignes de traitement actif.

La maintenance constitue désormais une option thérapeutique importante en première ligne, particulièrement en cas de maladie symptomatique et d’évolution rapide ; le choix du type de maintenance à instaurer repose sur le type de traitement d’induction employé, la qualité de la réponse au traitement d’induction, le type histologique de la tumeur et les souhaits du patient.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 40 - N° 4P1

P. 404-414 - avril 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Carcinomes bronchiques non à petites cellules: traitements périopératoires
  • Virginie Westeel, Benjamin Schipman, Pascale Jacoulet
| Article suivant Article suivant
  • Effets indésirables des nouvelles thérapeutiques biologiques du cancer bronchique non à petites cellules
  • Marion Castel, Atul Pathak, Fabien Despas, Julien Mazières

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.