Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le sentiment de culpabilité et de honte chez les survivants de l’Holocauste - 11/06/11

Doi : 10.1016/j.evopsy.2011.03.011 
Katarzyna Prot-Klinger
MD, PhD, psychiatre, Institut de psychiatrie et de neurologie, rue Sobieskiego 9, 02-957 Varsovie, Pologne 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 17
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les personnes ayant participé à cette étude sont des Juifs ayant survécu à l’Holocauste (n=89). L’objectif de cette étude était de découvrir si oui ou non un sentiment de culpabilité et de honte était, bien des années après cette expérience traumatisante, toujours présent dans les récits des survivants de l’Holocauste. Une analyse quantitative des réponses concernant les sentiments de culpabilité et de honte n’a pas révélé de différences significatives entre le groupe étudié et les contrôles. Cet article développe la thèse de la prégnance d’un sentiment de culpabilité et de honte chez les rescapés de l’Holocauste. En analysant les données présentes dans la littérature, ainsi que celles révélées par les récits des survivants, l’hypothèse suivante peut être émise : le rescapé est soumis à un processus dynamique lorsqu’il s’agit du sentiment de deuil et de perte. Une question ouverte est alors posée, à savoir si le processus de deuil peut entièrement s’accomplir chez les rescapés de l’Holocauste, au regard de l’étendue et de la gravité du traumatisme. Peut-être est-ce possible, mais cela nécessite plus de temps. De plus, un certain nombre de conditions doivent être préalablement remplies, et notamment l’affirmation et la représentation symbolique de l’Holocauste juif non seulement dans les récits personnels des rescapés mais aussi dans le discours social.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Participants in the study were Jewish Holocaust survivors (n=89). A total of 70 respondents constituted the trauma group. The remaining 19 participants were regarded as the controls. The control group consisted of persons of Jewish nationality who had experienced the trauma of anti-Semitic persecution, but their life had not been directly threatened. The aim of the study was to find out whether feelings of guilt and shame are still present in narratives of the Holocaust survivors, years after their traumatic experiences. A quantitative analysis of responses concerning guilt and shame feelings revealed no significant differences between the study group and the controls. The paper presents a historical outline of thought regarding survivors’ guilt and shame. Combining data reported in the literature and contemporary narratives of the survivors, it can be hypothesized that we are confronted with a dynamic process of the survivor’s working through grief and bereavement. An open question remains whether the bereavement process can be completed in survivors – it is difficult to complete because of the extent of trauma. Completion of the process is perhaps possible, but requires more time, besides, some conditions must be fulfilled first – particularly, a place for the Jewish Holocaust should be acknowledged and affirmed not only in personal narratives, but also in social discourse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Holocauste, Survivant, Traumatisme psychique, Culpabilité, Honte, Étude rétrospective, Questionnaire, Étude comparative, Revue de littérature

Keywords : Holocaust, Survivors, Trauma, Guilt, Shame, Retrospective study, Comparative study, Questionnaire, Review of literature


Plan


 Le programme d’étude portant sur les rescapés de l’Holocauste est le résultat de longues années de travail thérapeutique avec des rescapés. Les thérapies – individuelles et en groupes – sont menées depuis 1995, à l’initiative de feu le Pr Maria Orwid. Actuellement, les personnes engagées dans ce projet sont : Łukasz Biedka, Krzysztof Szwajca, Kazimierz Bierzyński, Ewa Domagalska, Ryszard Izdebski. L’objectif principal de la thérapie concernant des rescapés est souvent défini comme une recréation de la continuité entre le passé d’avant la guerre et le présent, vers un retour au « niveau fonctionnel de l’Ego » d’avant-guerre. La reconstruction du Soi des survivants est réalisée par la reformulation de leur vision négative de la vie, en leur démontrant que leur vie est aussi faite de belles/bonnes choses ainsi qu’en insistant sur la force dont ils ont fait preuve et qui leur a permis de survivre. Ces personnes ont besoin d’une aide thérapeutique et d’une redirection de leur propre image – celle d’un être fragile et désemparé – vers celle d’une personne qui a survécu au pire grâce à sa seule force. Traduction : Caroline Bourreau. Je tiens à remercier le Pr Yves Thoret pour ses critiques constructives et ses encouragements ainsi que pour son extraordinaire travail de rédaction.
 Toute référence à cet article doit porter mention: Prot-Klinger K. Le sentiment de culpabilité et de honte chez les survivants de l’Holocauste. Evol psychiatr 2011; 76 (2).


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 201-217 - avril 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Vers une déconstruction des situations de maltraitances intrafamiliales
  • Valérie Moulin
| Article suivant Article suivant
  • Le syndrome de Tardieu. Maltraitance des enfants, médecine légale et psychiatrie au xixe siècle
  • Jacques Arveiller

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.