Médecine

Paramédical

Autres domaines


Fractures récentes des articulations IPP - 01/01/04

Doi : 10.1016/j.main.2004.08.010 
T. Dubert
Clinique la Francilienne, 16, avenue de l'Hôtel-de-Ville, 77034 Pontault-Combault, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 16
Iconographies 16
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Par leur extrême variété, les fractures récentes des articulations IPP posent des problèmes difficiles aussi bien au point de vue diagnostique que thérapeutique. Le résultat aura une influence sur l'ensemble de la fonction du doigt et de la main. La mobilisation immédiate est toujours souhaitable et c'est ce qui justifie parfois le recours à une stabilisation chirurgicale. L'analyse de la fracture est essentielle et nécessite de bons clichés centrés et standardisés. En principe, les fractures non déplacées doivent être traitées orthopédiquement. Au niveau de P1, l'orientation du trait détermine la stabilité de la fracture. Certaines fractures non déplacées peuvent être stabilisées préventivement pour autoriser une mobilisation immédiate. Toutes les fractures déplacées doivent être réduites et ostéosynthésées. Une stabilisation articulaire complémentaire est parfois nécessaire. Au niveau de P2, il faut différencier les fractures palmaires et dorsales. Les fractures palmaires concernent l'insertion distale de la plaque palmaire. L'importance de l'impaction est déterminante dans la stabilité articulaire et la tendance à la subluxation dorsale. Les fractures dorsales sont des équivalents d'arrachement du tendon extenseur médian, dont l'anatomie doit être reconstruite le plus précisément possible pour éviter l'évolution vers une déformation en boutonnière. Dans tous les cas, le pronostic des fractures de la base de P2 est étroitement lié au degré d'impaction qui rend l'ostéosynthèse difficile et nécessite le recours à un distracteur dynamique, une reconstruction par greffe osseuse ou une interposition de plaque palmaire. Les fractures complexes nécessitent d'une part le traitement de la fracture et d'autre part une stabilisation articulaire statique ou dynamique pour prévenir l'instabilité d'une part et protéger la réparation osseuse d'autre part.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Recent PIP fractures are challenging trauma in terms of diagnosis as well as treatment. It must be remembered that the final outcome will have a considerable impact on the global finger and hand function. Immediate mobilization and rehabilitation are mandatory, and may justify a surgical approach and fixation in selected cases. A good understanding of the fracture type is essential and relies in good part on precise, focused and standardized radiographs. Non-displaced fractures are generally treated conservatively. In the proximal phalanx, the orientation of the fracture line dictates the stability of the fracture. Thus non-displaced fractures can occasionnally be preventively stabilized, in order to allow early mobilization. Displaced fractures should always be anatomically reduced and surgically fixed. A temporary joint stabilization is optional. In the middle phalanx, one must consider palmar and dorsal fractures differently. Palmar fractures include a distal palmar plate avulsion. The degre of impaction will dictate the stability of the joint towards dorsal subluxation. Dorsal fractures include central slip avulsion of the extensor tendon. An antomical reduction and surgical fixation is mandatory to avoid a progressive boutonniere deformity. Prognosis of all the middle fractures is closely dependent on the degre of impaction. When direct osteosynthesis is not possible, distraction devices, bone graft or palmar plate reconstruction may be useful alternatives. In complex fractures, bone fixation and joint stabilization must be combined in order to prevent secondary displacement and joint instability.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Interphalangienne proximale, Fracture, Phalange, Articulation, Ostéosynthèse, Distracteur, Arthroplastie

Keywords : Proximal Interphalangeal joint, Fracture, Phalanx, Osteosynthesis, Distractor, Arthroplasty


Plan


© 2004  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 1

P. 1-16 - février 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial Board
| Article suivant Article suivant
  • Fracture de tête radiale non synthésable : résection, implant de Swanson ou prothèse ? Étude rétrospective comparative
  • L. Obert, D. Lepage, D. Huot, F. Givry, P. Clappaz, P. Garbuio, Y. Tropet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.