Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épidémiologie et facteurs de risque d' ostéoporose - 01/01/04

P. Dargent-Molina
 INSERM, Unité de recherche U149 (Recherches épidémiologiques en santé périnatale et santé des femmes), 16 avenue Paul- Vaillant-Couturier, 94807 Villejuif cedex, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

On estime aujourd'hui que, sur 100 femmes âgées de 50 ans, 40 souffriront d'au moins une fracture ostéoporotique majeure (col du fémur, vertèbre, poignet) avant la fin de leur vie. La mesure de la densité minérale osseuse (DMO) est à la base du diagnostic clinique d'ostéoporose, et est actuellement considérée comme l'élément clé pour repérer les femmes à haut risque et décider de la mise en route d'un traitement préventif. Cependant, pour un niveau donné de DMO, le risque de fracture varie en fonction de l'âge et de la présence d'autres facteurs de risque (antécédents personnels et familiaux, minceur, prise de corticoïdes, facteurs de risque de chute, etc.). On pent penser qu'à l'avenir notre façon d'interpréter l'ostéodensitométrie sera modifiée, et il est probable que le résultat sera exprimé en terme de risque absolu de fracture sur les 10 ans à venir. Différents seuils d'intervention pourront alors être définis en fonction de l'âge des sujets, du niveau et de la nature des facteurs de risque présents, ainsi que des actions préventives ou thérapeutiques envisagées.

Chez les femmes âgées, les facteurs liés aux chutes (troubles neuromusculaires et de la vision, en particulier) ont un poids comparable àcelui de la DMO daps le déterminisme des fractures du col du fémur. Plusieurs essais contrôlés randomisés ont récemment montré que des programmes multifactoriels axés sur les facteurs de risque individuels, ou bien un entraînement physiqué adapté aux personnes âgées et axé sur le travail de l'équilibre, permettaient de diminuer de 25 à 30 % le Rique de chutes. L'efficacité de ces mesures par rapport à la prévention des fractures doit être évaluée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

It has been estimated that 40 % of white women aged 50 years will suffer at least one of the major osteoporosic fractures (hip, vertebrae,wrist) before the end of their life. Bone mineral density (BMD) measurement is the basis of osteoporosis diagnosis and is generally considered as a key element to identify high risk subjects who should benefit most from a bone active treatment preventive of fractures.

However, for a given BMD level, the risk of fracture varies with age and with the presence of other risk factors (personal or familial history of fracture, low weight, corticotherapy, fall-related risk factors etc.). In the future, it is probable that densitometry results will be expressed in terms of risk of fracture within the next 10 years. Different intervention thresholds could then be defined depending on the age of the subject, the level and nature of the risk factors, as well as the type of preventive or therapeutic actions considered.

In the elderly, fall-related factors such as neuromuscular and visual disorders have a weight similar to the one of BMD in the determinism of hip fracture. Recently, several randomized controlled trials have shown that multifactorial preventive programs tailored to individual risk factors or exercise programs emphasizing balance training can reduce the risk of falls in the elderly by 25 to 30 %. The efficacy of such measures on Fracture prevention must be demonstrated.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ostéoporose, Épidémiologie, Risque fracturaire, Densité minérale osseuse, Chutes

Keywords : Osteoporosis, Epidemiology, Risk fracture, Bone mineral density, Falls


Plan

Plan indisponible

© 2004  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° S5

P. 517-525 - décembre 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ostéoporose : état d'urgence
  • F. Retornaz, C. Jeandel
| Article suivant Article suivant
  • Génetique de l'ostéoporose
  • M. Cohen-Solal, M.-C. de Vernejoul

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.