Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Impact de la prise en charge anesthésique sur la ventilation postopératoire en salle de surveillance postinterventionnelle - 23/07/11

Doi : 10.1016/j.annfar.2011.03.009 
J. Allary, G. Weil, J.-L. Bourgain
Service d’anesthésie, institut Gustave-Roussy, 114, rue Édouard-Vaillant, 94805 Villejuif, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Depuis plusieurs années, des travaux ont montré l’intérêt de la prévention de la curarisation résiduelle, de la douleur postopératoire et de l’hypothermie dans la prévention des complications périopératoires. Des agents de demi-vie contextuelle courte ont été mis sur le marché dans le but d’améliorer leur maniabilité et de permettre une extubation précoce en sécurité. Grâce à une base informatisée de recueil de données cliniques, l’impact de cette triple stratégie a été évalué sur des critères cliniques : antagonisation des curares en salle de surveillance postinterventionnelle (SSPI), température à l’arrivée en SSPI, sédation à l’arrivée en SSPI. Une telle stratégie devait aboutir à faciliter le sevrage de la ventilation contrôlée et ce deuxième point a été évalué au travers de l’incidence de la ventilation contrôlée en SSPI.

Méthode

Il s’agissait d’une étude rétrospective sur deux périodes disjointes (2002–2003 et 2006–2007). Les données cliniques étaient saisies au cours de l’anesthésie et en SSPI sur des ordinateurs en réseau et stockées dans une base de données active depuis 2001. L’adhésion des cliniciens à ces protocoles a été évaluée par la proportion de patients ayant bénéficié de ces protocoles (monitorage curarisation, type d’hypnotique et de morphinique, utilisation d’un moyen de réchauffement peropératoire). L’impact clinique a été jugé sur le nombre de patients dont la curarisation a été antagonisée en SSPI, la température à l’arrivée en SSPI, le score de sédation à l’arrivée en SSPI et le nombre de patients sous ventilation mécanique en SSPI.

Résultats

Entre les deux périodes (12 033 et 11 805 patients respectivement), la consommation d’isoflurane s’est arrêtée et celle de rémifentanil a progressé, l’utilisation des systèmes de réchauffement a augmenté et celle du monitorage de la curarisation s’est généralisée. La pratique de l’analgésie multimodale s’est répandue. Le nombre de patients ayant reçu de la néostigmine en SSPI s’est effondré passant de 73 à 11. Le nombre de patients avec une température inférieure à 35,5°C ne s’est pas modifié (1173 versus 1 278). Les patients sont significativement moins sédatés à l’arrivée en SSPI. L’incidence globale de la ventilation postopératoire en SSPI a diminué de 1,1 % (n=132) à 0,2 % (n=30). Tous les patients ventilés en SSPI et ayant été curarisés ont bénéficié d’un monitorage par NMT. La proportion de patients arrivant extubés en SSPI avec une température inférieure à 35,5°C a augmenté de 34,1 à 46,6 %. La durée moyenne de séjour en SSPI est passée de 122 à 114minutes (p<0,05).

Discussion

Les pratiques professionnelles ont été modifiées selon les protocoles édictés. L’impact clinique de ces changements a été important, améliorant le sevrage de la ventilation contrôlée. L’absence d’effet de la stratégie de réchauffement sur la température centrale a conduit à extuber des patients réveillés, décurarisés, mais hypothermes, sans que l’innocuité de cette attitude ait pu être évaluée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

Control of residual muscle paralysis and hypothermia reduce postoperative complications rate. Short context sensitive half life anaesthetic agents allow a better adjustment of anaesthesia depth according to surgical requirement and a safe early extubation. Using a large clinical database, impact of these three strategies was assessed on clinical criteria such as use of neostigmine in postanaesthesia care unit (PACU), temperature, sedation score at the arrival into PACU and mechanical ventilation weaning.

Methods

This is a retrospective study on two separated periods. Since 2001, clinical events are entered into the database during and after anaesthesia in the same file. Agreement of anaesthesia staff to these strategies was assessed by the proportion of patients receiving modern anaesthetic agents (desflurane, sevoflurane and remifentanil) and the use of warming devices. Clinical impact was assessed by the number of patients receiving neostigmine in PACU, sedation score and temperature at the arrival in PACU and number of patients with mechanical ventilation in PACU.

Results

Between the two periods (12,033 and 11,805 patients, respectively), use of sevoflurane, desflurane and remifentanil markedly increased, as well as the use of warming devices. Number of patients with neuromuscular reversal in PACU decreased from 73 to 11 and sedation score improved dramatically. Incidence of postoperative ventilation in PACU decreased from 1.1% (n=132) to 0.2% (n=30). Incidence of postoperative hypothermia was not changed during the two periods but incidence of hypothermia in the mechanically ventilated patient increased from 34.1 to 46.6%. Length of stay in PACU decreased from 122 to 114minutes (p<0.05).

Discussion

Implementation of new intraoperative protocols induced major effects on postoperative clinical parameters and especially postoperative mechanical ventilation. Failure of our hypothermia prevention associated with a fast return of consciousness lead to wean from mechanical ventilation hypothermic patients. Risks of this strategy were not estimated.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Réveil, Ventilation contrôlée, Hypothermie, Curarisation résiduelle, Anesthésie complications

Keywords : Recovery, Controlled ventilation, Hypothermia, Residual paralysis, Anaesthesia, Complications


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 7-8

P. 538-545 - juillet 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mesure de l’anxiété et du besoin d’informations préopératoire en six questions
  • J.-M. Wattier, O. Barreau, P. Devos, S. Prevost, B. Vallet, G. Lebuffe
| Article suivant Article suivant
  • La contusion pulmonaire expose-t-elle au risque de prolifération bactérienne à pneumocoque ? Résultats d’une étude expérimentale
  • P.-G. Guitard, C. Abriou-Guérin, V. Royon, N. Frébourg, J.-L. Pons, I. Aimé, B. Guéné, B. Dureuil, B. Veber

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.