Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge en urgence de l’angiœdème à bradykinine - 23/07/11

Doi : 10.1016/j.annfar.2011.01.011 
B. Floccard a, J. Crozon a, T. Rimmelé a, A. Vulliez a, B. Coppere b, V. Chamouard c, I. Boccon-Gibod d, L. Bouillet d, B. Allaouchiche a,
a Département d’anesthésie-réanimation, pavillon G, centre de référence des angiœdèmes à bradykinine, site constitutif, hôpital Édouard-Herriot, hospices civils de Lyon, place d’Arsonval, 69437 Lyon cedex 03, France 
b Service de médecine interne, centre de référence des angiœdèmes à bradykinine, site constitutif, hôpital Édouard-Herriot, hospices civils de Lyon, place d’Arsonval, 69437 Lyon cedex 03, France 
c Pharmacie, hôpital Édouard-Herriot, hospices civils de Lyon, place d’Arsonval, 69437 Lyon cedex 03, France 
d Service de médecine interne, centre national de référence des angiœdèmes à bradykinine, hôpital Albert-Michallon, 38043 Grenoble cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Présenter les aspects cliniques de l’angiœdème à bradykinine, maladie méconnue des anesthésistes-réanimateurs et urgentistes, et les données récentes de sa prise en charge en urgence et dans la période périopératoire, en développant les bases scientifiques les justifiant.

Sources des données

Recommandations internationales et revues générales récentes. Recueil des données à partir de la base de données Medline avec le mot clé : angioedema.

Sélection des travaux et extraction des données

Les travaux cliniques des dix dernières années ont été analysés et les informations cliniques pertinentes ont été extraites.

Synthèse des données

L’angiœdème est un syndrome clinique caractérisé par des épisodes d’œdèmes sous-muqueux et/ou sous-cutanés, transitoires et récidivants, appelés crises. Lors d’une crise, les œdèmes peuvent être localisés au niveau de la peau et/ou des muqueuses ORL et du tube digestif. Ce syndrome n’est pas d’origine allergique. Il est lié à un déficit du C1 inhibiteur du complément ou à une augmentation de l’activité du facteur XII, responsable d’une libération excessive de bradykinine provoquant une fuite capillaire. Il existe des formes héréditaires et des formes acquises, notamment associées à la prise d’IEC et de sartans. Cette maladie rare doit être connue des anesthésistes, réanimateurs et urgentistes car, en l’absence de traitement spécifique, le pronostic vital peut être mis en jeu par survenue d’un œdème laryngé. Par ailleurs, le malade est à risque de faire une crise durant la période périopératoire, en raison du traumatisme chirurgical. Des recommandations internationales existent et de nouvelles molécules sont disponibles en France. Pour les crises modérées, le traitement repose sur l’acide tranexamique. Dans les formes héréditaires, selon la localisation et la gravité des crises, le traitement d’urgence est basé sur l’utilisation de l’Icatibant, antagoniste des récepteurs B2 de la bradykinine, et du concentré de C1 inhibiteur. Dans le cas de la femme enceinte ainsi que pour les formes acquises, le concentré de C1 inhibiteur est le traitement de référence. Les traitements antalgiques et le remplissage ne doivent pas être négligés, modulés en fonction des signes cliniques. Les situations à risques (période périopératoire, accouchement, soins dentaires) doivent être identifiées et une prophylaxie à court terme mise en place avant tout geste susceptible de déclencher une crise. Des algorithmes sont proposés pour le diagnostic, le traitement et la prévention des crises. Des recommandations sont faites pour l’accouchement où le concentré de C1 inhibiteur doit être utilisé.

Conclusion

L’angiœdème à bradykinine doit être évoqué en cas d’œdèmes récidivants et transitoires. La prise en charge en urgence a évolué grâce à la commercialisation de nouvelles molécules. La prévention des crises lors de la chirurgie et l’accouchement est importante. La disponibilité du concentré de C1 inhibiteur à dose suffisante doit être vérifiée avant le geste. La création du centre de référence multisites (CREAK) a pour mission d’aider les cliniciens dans la prise en charge. Les patients atteints de la maladie devraient être connus des services d’urgence. Les établissements de santé ne pouvant pas tous avoir des stocks d’urgence doivent mettre en place des procédures d’approvisionnement rapide ou de transfert des patients vers des sites référents.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

Present the clinical signs of bradykinin-mediated angioedema, a disease little known to intensive care anaesthesiologists, and develop their scientific basis with recent data on management in emergency and perioperative care.

Data sources

International recommendations and recent general reviews. Data collection was performed using the Medline database with the keyword: angioedema.

Study selection and data extraction

Research studies published during the last 10years were reviewed. Relevant clinical information was extracted and discussed.

Data synthesis

Angioedema is a clinical syndrome characterized by episodes of transitory recurrent submucosal and subcutaneous oedema, called attacks. During an attack, the oedema may be localized at the level of the skin and/or ENT and digestive tract mucosa. This syndrome is not due to an allergic reaction. It is related to a C1 complement inhibitor deficiency or an increase in factor XII resulting in the excessive release of bradykinin, which leads to capillary permeability. There are hereditary and acquired forms, notably associated with the use of ACE inhibitors and sartans. This rare disease should be recognized by anaesthesiologists and intensive care and emergency physicians because, in the absence of specific treatment, it can be life-threatening due to the appearance of laryngeal oedema. In addition, there is a risk that the patient may have an attack during the perioperatory period, due to surgical trauma. International recommendations exist, and there are new molecules available in France. For moderate attacks, treatment is based on tranexamic acid. For hereditary forms, according to the localization and gravity of the attacks, emergency treatment is based on the use of Icatibant, a bradykinin B2 receptor inhibitor, and C1 inhibitor concentrate. For pregnant women and acquired forms, C1 inhibitor concentrate is the treatment of reference. Antalgic and perfusion treatments should not be neglected, and should be modified as a function of clinical signs. High-risk situations (perioperatory period, birthing, dental care) should be identified and short-term prophylaxis put in place before any procedure that may trigger an attack. Algorithms are proposed for the diagnosis, treatment and prevention of attacks. Recommendations exist for during childbirth, in which case C1 inhibitor concentrate should be used.

Conclusion

Bradykinin-mediated angioedema should be evoked in the case of recurrent and transitory oedema. Emergency management has evolved thanks to the commercialization of new molecules. Prevention of attacks during surgery and for during childbirth is important. The availability of C1 inhibitor concentrate in sufficient doses should be verified prior to the procedure. A multi-site reference centre (CREAK) has been created to help clinicians manage this disease. Patients with this disease should be identified in emergency departments. Health establishments, which cannot all have emergency stocks, should set up procedures for rapid provision or the transfer of patients to reference sites.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Angiœdème, Anesthésie, Concentré de C1 inhibiteur, Icatibant

Keywords : Angioedema, Anaesthesia, C1 inhibitor concentrate, Icatibant


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 7-8

P. 578-588 - juillet 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Balance bénéfique risque de la prégabaline en périopératoire : revue systématique de la littérature
  • F. Remérand, C. Couvret, A. Baud, M. Laffon, J. Fusciardi
| Article suivant Article suivant
  • Dysfonction microcirculatoire lors de la chirurgie cardiaque : intérêt de la technique NIRS à propos de deux cas cliniques
  • J.-B. Bouchet, E. Durand, J. Morel, C. Castelain, J.-F. Fuzellier, S. Molliex, C. Auboyer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.