Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude rétrospective des résultats du traitement chirurgical de 21 pseudarthroses de l'humérus - 01/01/05

Doi : 10.1016/j.main.2005.01.003 
C. Chantelot a, b, , S. Ferry a, S. Lahoude-Chantelot a, G. Prodomme a, R. Guinand a, C. Fontaine a
a Service de chirurgie de la main et du membre supérieur, hôpital Roger-Salengro, CHRU de Lille, France 
b Service d'orthopédie B, hôpital Roger-Salengro, CHRU de Lille, 59037 Lille cedex, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction. - La morbidité des pseudarthroses de l'humérus n'est pas négligeable, les buts de cette étude rétrospective étaient d'apprécier les résultats de ces reprises difficiles et d'essayer de codifier la prise en charge chirurgicale.

Patients et méthodes. - Entre 1996 et 2000, 21 patients ont été opérés d'une pseudarthrose de la diaphyse humérale. À la révision, l'âge moyen était de 40 ans. Les causes du traumatisme initial étaient : 12 AVP, sept chutes de hauteur d'homme, une défenestration, un accident de travail par machine agricole. Les localisations de la fracture étaient le plus souvent au niveau du tiers moyen. Dans 17 cas de reprise pour pseudarthrose, l'ostéosynthèse était effectuée par plaque vissée. Trois patients ont bénéficié d'un fixateur externe devant l'existence d'un sepsis. Un patient a été ostéosynthésé par un clou verrouillé de type Seidel. Dans six cas il s'agissait de la prise en charge d'une pseudarthrose itérative dont une patiente qui à ce jour n'a toujours pas consolidé. Nous avons utilisé le score de la Société d'orthopédie de l'ouest (SOO).

Résultats. - Selon le score d'évaluation de la « SOO » nous avons constaté : dix très bons résultats, cinq bons résultats, trois résultats moyens, un mauvais résultat. Le seul mauvais résultat correspondait à la patiente chez qui la consolidation n'a pas été obtenue.

Discussion et conclusion. - Le traitement plus précoce des pseudarthroses d'humérus paraît justifié, cependant le meilleur traitement des pseudarthroses d'humérus reste celui de la prise en charge de la fracture initiale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction. - The morbidity of surgery for non-union of the humerus is not insignificant: the aims of this retrospective study were to study the results of these rather difficult procedures and to make some logical suggestions regarding surgical technique.

Patients and methods. - Between 1996 and 2000, 21 patients had a surgical procedure for non-union of the humeral shaft. At follow-up, the mean age was 40 years. The causes of the initial trauma were: 12 road accidents, seven standing height falls, one fall from a window, one farm machine accident. The commonest fracture site was the middle third. In 17 procedures, we performed plate osteosyntesis. Three patients were treated by external fixator because of infection. In one patient we used a nail.

For the follow-up evaluation, we used the score of the Western Orthopaedic Society.

Results. - According to the "WOS» score evaluation, we noted: ten very good results, five good results, three poor results and one bad result. The bad result corresponded to the patient in whom consolidation was not obtained.

Discussion and conclusion. - Management of non-union of the humerus should be by immediate surgery. The best treatment of non-union of the humerus is its prevention by correct management of the initial fracture.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Humérus, Pseudarthrose, Greffe osseuse

Keywords : Non-union, Humeral shaft fracture


Plan


© 2005  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 2

P. 84-91 - avril 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude rétrospective de 13 arthrodèses scaphocapitatum pour instabilité scapholunaire chronique
  • C. Chantelot, E. Becquet, F. Leconte, S. Lahoude-Chantelot, G. Prodomme, C. Fontaine
| Article suivant Article suivant
  • Embrochage centromédullaire ascendant des fractures diaphysaires de l'humérus de l'adulte. Évaluation des résultats anatomiques et fonctionnels à propos de 63 cas
  • C.B. Diémé, A. Abalo, A.D. Sané, D. Fall, P.W. Dakouré, A. Ndiaye, S.I.L. Seye

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.