Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évaluation prospective de trois méthodes de positionnement de la sonde nasogastrique en réanimation - 01/01/05

Doi : 10.1016/j.annfar.2005.03.041 
P. Seguin a, , V. Le Bouquin a, D. Aguillon a, A. Maurice a, B. Laviolle b, Y. Mallédant a
a Service de réanimation chirurgicale, hôpital Pontchaillou, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35033 Rennes cedex 09, France 
b Centre d'investigations cliniques, Inserm 0203, hôpital Pontchaillou, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35033 Rennes cedex 09, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif. - Évaluer la performance de trois tests différents dans leurs capacités à prédire le positionnement intragastrique de la sonde nasogastrique (SNG).

Type d'étude. - Étude prospective d'observation en réanimation.

Patients et méthodes. - Tous les patients pour lesquels la pose d'une SNG était retenue étaient inclus. Une fois la SNG posée, trois tests étaient successivement réalisés : l'aspiration de liquide digestif, le pH et l'insufflation d'air avec auscultation épigastrique. La faisabilité et les résultats obtenus pour chaque test étaient notés et comparés à ceux du cliché thoracique (CT), examen de référence. Le CT permettait de caractériser les complications et de les classer comme majeures ou mineures.

Résultats. - Un total de 419 poses de SNG (202 sondes double courant et 217 sondes d'alimentation entérale) était analysé chez 280 patients. Les malpositions représentaient 10 % des insertions (majeures, n=11 et mineures, n=31). L'aspiration gastrique et la mesure du pH du liquide aspiré étaient peu sensibles (respectivement 77 et 49 %) et peu spécifique (respectivement 38 et 74 %). L'insufflation était sensible (96 %) mais peu spécifique (17 %). L'association des trois tests n'améliorait pas leurs performances. Deux complications graves étaient uniquement décelées par le CT (sonde intrapleurale et un pneumothorax).

Conclusion. - Aucun des tests évalués, pris isolement ou en association, n'était suffisamment fiable pour se substituer au contrôle radiologique. La présence de complications, rares mais potentiellement graves non détectées par ces tests renforce cette opinion.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective. - Evaluation of three methods (aspiration of gastric fluid, pH measurement of gastric fluid, and insufflation of air) in order to determine the right position of the nasogastric (NG) tube.

Study design. - Prospective, observational study in an intensive care unit.

Patients and methods. - All patients requiring a NG tube were included. Since the NG tube was inserted three tests were successively performed: aspiration of gastric fluid, pH measurement of the gastric fluid, and auscultation over the epigastrium of air injected through the NG tube. The feasibility and the results obtained for each test were noted and compared to chest X-ray, considered as the reference. Chest X-ray classified the complications as major or minor.

Results. - A total of 419 NG tube (202 decompressive NG tube and 217 gastric feeding tube) were analysed in 280 patients. Malpositions of the NG tube were observed in 10% (majors, n=11 and minors, n=31). Aspiration of gastric fluid and pH measurement were not sensible (77% and 49%, respectively) and not specific (38% and 74%, respectively). Insufflation of air was sensible (96%) but not specific (17%). The combination of the three methods did not improve the sensibility and specificity. Two complications were only detected by chest X-ray (one insertion in the intrapleural space, and one pneumothorax).

Conclusion. - None of the test evaluated, alone or associated, was sufficient to avoid chest X-ray. Moreover the occurrence of two potential and serious complications only detected by chest X-ray increase this assertion.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Complications, Sonde nasogastrique, Réanimation

Keywords : Complication, Nasogastric tube, Intensive care unit


Plan


© 2005  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 6

P. 594-599 - juin 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Histoire d'eau : un Ringer peut en cacher un autre
  • Y. Blanloeil, I. Furic, J.P. Maupetit
| Article suivant Article suivant
  • Évolution périopératoire du statut nutritionnel en chirurgie carcinologique des voies aérodigestives supérieures. Étude prospective et descriptive
  • E. Wiel, M.E. Costecalde, D. Séguy, O. Merrot, C. Erb, D. Chevalier, B. Vallet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.